dimanche 1 mars 2015

Premier mars 2015, début du printemps ... météorologique


La semaine dernière aurait dû être très riche, dans mon agenda du moins. Lundi passé je devais passer la journée à Oostende avec mon copain Bernard et terminer de manière gourmande le soir avec Chocolat – Saké mais un chauffard imbibé et drogué en a décidé autrement : collision frontale, Bernard est aux soins intensifs et ce n'est pas demain la veille qu'il en sortira... Il n'a pas encore pu lire la lettre que je lui ai écrite, je pense qu'après l'avoir parcourue il se dépêchera de se rétablir, je lui annonce que dès qu'il reviendra ici, je préparerai un ... café, et même que je suis prête à en boire avec lui ! Je pense très fort à sa grande soeur Caro, qu'il appelle super-glu : 14 ans les séparent et elle veille sur lui « comme une louve sur son petit » comme il dit, il n'a pas connu sa maman morte en le mettant au monde. Mercredi funérailles de la maman de mon amie Marijo, elle a tout prévu elle-même ce qui a donné à la cérémonie une ambiance toute particulière, comme si c'était elle qui orchestrait le tout. Il faut dire que c'était une femme de tête, elle aurait eu 100 ans le 7 juillet, vivait toujours chez elle, « pas question que j'aille chez les « vieux » dans une seigneurie. La dernière fois que je l'ai vue, on a reparlé de son enterrement, en m'accueillant, elle a voulu me rappeler ce qu'elle avait prévu, « je ne sais pas ce que vous mijotez pour mon anniversaire, mais ici c'est moi qui suis aux commandes pour ma rencontre avec mon Seigneur». Ce fut une très belle cérémonie, pas de tristesse ni d'hypocrisie. C'est précisément ce que je déteste : le (ou la) défunt(e) paré(e) ce jour-là de toutes les qualités, quasi canonisable... Cela n'engage que moi bien sûr et je ne veux aucune cérémonie, je sais que je pourrai compter sur ma filleule pour faire respecter cela. Vendredi, un anniversaire qui me rappelle la plus forte émotion de ma vie, merci ma Chantal : http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2012/02/adieu-mon-amie-ma-soeur.html . Le dernier jour de février a commencé très tôt, à 2 heures mon mari m'appelle, il a dû faire sonner longtemps cet engin que par distraction j'ai laissé dans ma chambre, un peu mauséeuse par ce réveil en plein rêve, pour passer au cauchemar éveillé : un mari la figure et le crâne en sang, pas trop grave cependant, cela saigne beaucoup de ce côté. Par contre, suspiscion de côtes cassées : pauvre Doudou. Et je suis une infirmière nulle, j'ai horreur du sang et de tout ce qui tourne autour, j'ai donc voulu le faire emmener aux urgences mais il a refusé, ce que je comprends un peu : déjà le mot « urgences » doit avoir un sens particulier dans ces milieux mais en plus en début de week-end... Les blessures au crâne sont finalement superficielles, quant aux côtes, il n'y a de toute manière rien à faire. Voilà en résumé le contenu des derniers jours de février... heureusement qu'il n'y en a pas 31 ! Et le thé dans tout cela ? Très peu présent : quand j'ai appris l'accident de Bernard, j'étais partagée entre la colère et la haine pour ce chauffard, le thé boisson vivante s'en est ressenti, il avait un goût amer. Pas de celle présente parfois chez certains mais agréable et douce, celle liée à mon état d'esprit en le préparant et tous les sentiments négatifs qui s'étaient transposés dans ma tasse. Même le Gyokuro infusé en souvenir de mon amie a été pollué par la rage que j'ai en moi, ce jour-là j'ai appris que Bernard a été plongé dans un coma artificiel vu la gravité de son état. Et depuis le vol plané de mon mari, je ne le quitte plus. Le thé n'y a donc pas sa place non plus, je suis préposée à la préparation de tisanes et vu sa collection... .http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2015/02/la-solitude-ca-nexiste-pas.html. Je n'y goûte pas, tous ces « parfums » pourtant naturels sur le papier, dégagent des odeurs de "chiclette", le nom belge des chewing-gums. C'est vrai que mon moral en a pris un coup, je suis en manque. Mais un long coup de fil hier soir m'a redonné l'énergie qui commençait à me manquer. Ce matin, j'ai besoin de retrouver mon cocon et toutes les belles énergies qui s'en dégagent.
Le ciel est encore un peu agité mais en ce premier jour du mois du printemps, je le vois tout bleu-soleil... Et c'est Guy Béart qui l'illustre : "C'est l'espérance folle
Qui nous console
De tomber du nid
Et qui demain prépare
Pour nos guitares
D'autres harmonies"
Il n'y a qu'un thé pour illustrer cette espérance, LE Matcha cuvée spéciale.
Je retrouve enfin cet état particulier qui m'avait tant manqué, vivre intensément l'instant comme si plus rien d'autre n'existait.
En savourant ce nectar, je pense avec reconnaissance à mon généreux donateur, à ma Chantal qui m'a offert ce chawan et à celle qui a trouvé les mots hier soir pour que ceci redevienne possible... MERCI d'être présents dans ma vie.
L'harmonie des sons, la symbolique de ces feuilles et les sentiments forts liés à la profonde amitié qui nous unit me fait retrouver cette sérénité et cette paix intérieure dont j'avais tant besoin. Après ces moments hors du temps, retour au quotidien, préparation du repas de midi. Pas beaucoup d'inspiration mais si j'ai retrouvé le goût du thé, le reste suivra.
En attendant, je retrouve mes Essentiels dans ce lieu de quiétude: thé, un
Shan Cha griffé L'Essence du Thé et de quoi l'infuser en gong fu.
En ouvrant la boîte, je retrouve les parfums entêtants déjà décrits ici : http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2014/11/dernier-week-end-de-novembre-que-du.html.

Que vont donner ces grandes feuilles odorantes, infusées dans cette superbe porcelaine cette fois ? Elle me tient particulièrement, ce n'est pas QUE de la porcelaine... http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2014/08/de-linfluence-de-la-lune-dobjets.html
Liqueur brillante, jaune soleil. Emotions gustatives intenses d'abord en portant la tasse à mes lèvres, je l'ai infusé en théière de Yixing fin novembre, les saveurs étaient assez complexes mais apparaissaient progressivement. Ici, j'ai l'impression qu'elles se sont toutes concentrées dès le premier passage,
comme si la porcelaine ne voulait rien garder. Et quelle finesse!, vue de l'intérieur, elle est quasi translucide.
Aux émotions gustatives, s'en mêle une autre, forte aussi : celle de la rencontre avec le généreux donateurs qui m'a offert ce thé précieux : http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2014/11/retrolfactions-souvenirs-proches-et.html, ce jour-là ce Shan Cha très torréfié avait été infusé en théière, mais on sentait bien que les feuilles avaient d'autres choses à offrir.
Et elles les révèlent aujourd'hui.
Elles se plaisent là-dedans et ont encore à donner même si le breuvage pâlit un peu comme les goûts.
Belle harmonie bicolore...
Dans la tasse, les saveurs s'estompent mais celles qui ont tapissé mon palais la renforcent un peu.
Elles ont tout donné mais leur vie n'est pas finie : séchées, elles accompagneront mes rêves. Ou les feront naître...
En admirant ce bateau à thé, autre souvenir, Zen zoo thesaurus, ce pays coin de Taiwan à Paris. Mais c'est l'heure du goûter, mon mari a envie de crêpes.
Je passerai la fin de cette belle journée spéciale avec mon mari, le journal nous a appris que le 1er mars débute le printemps météorologique... mais je voudrais redire ma gratitude ceux qui m'ont permis de retrouver mes Essentiels.

vendredi 27 février 2015

Trois ans, déjà... Toujours aussi vivante


Les souvenirs sont nos forces. Quand la nuit essaie de revenir, il faut allumer les grandes dates, comme on allume des flambeaux. Victor Hugo

dimanche 22 février 2015

Dernier dimanche de février, mais surtout J – 28 !






Encore une journée "ordinaire", avec une surprise cependant:
émerger des brumes du sommeil, les retrouver dans les ciel. Et dans mon salon bleu-thé, mes rituels habituels:
de la musique,
un écrin doré contenant du
 
 
 
 
Temi de chez Tea-Thé-Cha, ce thé à la saveur douce et fruitée,
qui accompagnera cette petite gâterie au son des balades irlandaises entraînantes alternant avec des mélodies très romantiques.
En fin de matinée, après le brouillard le ciel bleu et blanc et un timide soleil.
C'est l'heure de l'apéritif avec LE
Matcha,
mes porte-bonheurs, ce petit ange, rappel de merveilleux souvenirs : http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2013/06/ce-matin-il-fait-dejamagnifique-3-un.html, merci chère Marie-Aline et à très vite, je l'espère du moins... Et aussi ce petit Bouddha qui me fait penser à mon petit Dragon d'eau que j'ai vu longuement hier, sur Skype seulement, mais c'est toujours cela.
Tout est prêt pour d'autres moments de méditation
mais sans musique, dehors les oiseaux se déchaînent, à commencer par les ramiers que le printemps travaille. Une trentaine de ces bruyants volatiles ont envahi la pelouse à la recherche de nourriture d'abord, de l'âme-sœur ensuite. Du coup, je décline l'invitation au restaurant de mon mari, j'ai des envies de réinvestir le jardin et de penser à ce que je vais y faire pousser. Une salade folle vite expédiée et en route à la découverte du printemps.
Le bois-joli se décide enfin, j'espère que bientôt il resplendira comme ici : http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2009/03/attendu-avec-impatience.html.
Quelques bourgeons apparaissent aussi sur les azalées.

Une visite à la serre pour admirer le jasmin qui prend des proportions impressionnantes. Et je ne vous dis pas le parfum qui se dégage, entêtant, quand il fleurit.
Passage de l'autre côté du jardin, le fond de l'air est très frais mais pas un souffle de vent.
Il est temps de rentrer, je commence à avoir froid, je dois mettre en branle le plan T..., mais en voyant l'état de la terre, je change d'avis et vais tamiser du terreau pour l'ameublir.
Le ciel reste très beau et je ne risque pas de prendre froid, le tamisage est très physique. J'aurais voulu en faire plus mais mon dos me fait savoir que cela ne lui plaît pas du tout et je dois être en forme pour demain. En effet, pendant que je mangeais mon frugal dîner, le téléphone sonne, j'ai failli ne pas décrocher, j'avais envie de rester dans ma bulle... Mais j'ai donné un code à ceux qui ne me dérangent jamais : x sonneries, raccrocher, y sonneries, raccrocher, à la 3e fois, je décroche et reçois cette surprenante proposition : demain mon copain Bernard doit aller à Ostende pour ses affaires mais il n'a pas envie de faire la route tout seul, j'ai donc accepté de l'accompagner ! Et pendant qu'il sera occupé, j'irai visiter ce Musée : http://www.visitoostende.be/fr/faire/maison-james-ensor/280#.VOnyYul0zVI.
D'abord arranger quelques chatons puis préparation d'un thé de lecture,
le Tumsong, ce thé du Jardin des coeurs heureux dans son écrin vintage.
Une théière très anglaise et son mug assorti, en l'honneur de Bernouche, mon " London tea dealer" grâce à qui je vais revoir cette maison si particulière, très étroite, à vrai dire étouffante pour la claustrophobe que je suis mais je pense qu'un lundi, il n'y aura pas foule. Je suis très touchée par ses œuvres hors normes, tout en contrastes : tantôt colorées et pleines de vie, tantôt sombres et déprimantes, je suis aussi séduite par le personnage qui l'a habité, inclassable, iconoclaste, touche-à-tout. Fils d'un ingénieur anglais devenu alcoolique et cocanïomane et d'une mère flamande rigide que Brel a si bien décrite dans sa chanson éponyme : Les flamandes... Comment a-t-il pu devenir ce génie dans un milieu pareil ? J'en ai un peu parlé ici : http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2009/12/boire-le-avec-james.html. Et il est resté dans cette maison en gardant quasiment tel quel ce commerce d'objets hideux, son atelier était à l'étage...
Nous avons cependant un point en commun... un salon bleu ! Demain il sera colorisé !
Voici le fameux tableau intitulé L'entrée du Christ à Bruxelles ! Je ne pourrai pas le photographier, il est actuellement la propriété du Musée Getty à Los Angeles. Je continuerai ma lecture debout, mon dos me fait mal et je dois être en forme demain pour cette très longue journée, iodée et culturelle à la Costa Belga...
avant une soirée très gourmande (pour moi) et alcoolisée (pour Bernard... évidemment)!

jeudi 19 février 2015

羊年大吉!Mais aussi merveilleuses retrouvailles...

Hier soir, j'ai achevé la mise en beauté de mon salon bleu-thé :
tout brille à présent.
Et ce ne fut pas une mince affaire... Ne pas me laisser tenter par la relecture de certains.
Deux heures plus tard, j'ai enfin fini, à moi la récompense :
Musique bien sûr,
plante à infusion (appelée aussi mauvaise herbe...) griffée
ThéÔdor 
 
,
cet écrin bleu pâle contient des fleurs de camomille mais aucun joli petit scarabée noir, cela doit être une spécialité strasbourgeoise... (= message codé).
Dehors, mais où donc se cache la lune,  il fait nuit noire ? Dans ma tasse par contre, une infusion couler jaune soleil. Je la savoure par petites gorgées en pensant à tout ce qu'elle m'évoque, ma chère Grand-Mère qui en buvait souvent, un fou rire rétrospectif en pensant aux petits scarabées... et à celle qui l'a provoqué !
Un peu de méditation dans la pénombre. Puis les voix se taisent, signe qu'il est l'heure de rejoindre le pays des rêves après avoir vidé la tasse.
Au saut du lit, le soleil n'était comme moi pas encore bien réveillé
mais cela n'a pas duré, mon cœur a fait un bond de joie en trouvant cette jolie carte venue en droite ligne de Taipei, merci ma chère Hsiaolin, je penserai très fort au petit Dragon et à vous deux.
La célébration de ce jour commence par la préparation
 


 


 


 

d'un Yunnan vert de chez Terre de Chine
accompagnée de ce CD, cadeau de ma chère Ling-Ling à qui je pense plus particulièrement aussi.
Fraîcheur de l'infusion, douceur de la musique, moments bénis de méditation. Puis le silence et le vide dans la tasse, il est temps de modifier le décor
tout en restant dans l'ambiance...
sans changer de région avec ce
Yunnan sauvage blanc, le Ye Shen Bai Ya de Neo-T.
Je suis allée rechercher des livres pour enfants parlant de chèvres. Petit Georges connaît déjà la chèvre jaune,
il découvrira bientôt Péric, le petit chevrier breton et son amie Pac la chèvre à qui il va faire découvrir les livres et les mots.
Un très beau début de journée mais le temps prend son temps, je suis impatiente de retrouver ma Mimi, nous allons fêter le nouvel an chinois ensemble.
Marmite végétarienne pour elle, aux fruits de mer pour moi.
Très copieux, un pause s'impose... Et là, LA surprise et une forte émotion:
Mimi m'a ramené un Glutinous Rice Flavour Tea acheté à Pagan...
La Birmanie est le pays qu'elle a préféré, elle me montrera bientôt ses 5 mille photos.  ! Elle m'apprend aussi qu'elle a mangé des Tea leaf salad, fabuleuses ... Elle m'en aurait bien ramené aussi mais les nanny-bags se conservent moins bien que le thé !
Pendant tout le repas, elle m'a raconté son périple asiatique dont elle garde des souvenirs impérissables, j'ai par contre été étonnée d'apprendre qu'au Japon, le végétarisme n'existe pas en tant que tel. De même dans les pays pourtant bouddhistes mais elle a tenu le coup, bravo ma Mimi, mais je ne suis pas étonnée. En dégustant sa glace au coco, elle m'a décrit celles qu'elle a mangées en Thaïlande, rien à voir avec ceci, et je confirme, c'est vrai que les noix de coco là-bas poussent comme les pommes ici !
Xavier n'a pas pu nous accompagner, nous sommes allées chercher des petites gâteries pour le goûter.
Mais j'ai surtout hâte de découvrir ce superbe cadeau...
Si la couleur de l'infusion surprend, il ne fait pas de doute qu'il s'agit de thé vert, je le préparerai plus tard en zhong.
Tiens, tiens, je ne me souviens pas avoir pris cette superbe photo, bravo Mimi, il faut dire que tu as l'habitude...
Le traditionnel devoir...
Puis pour se replonger dans l'art japonais,
un
Sencha Yame de ThéÔdor infusé dans cette théière que Mimi adore
dont elle a immortalisé la liqueur. C'est la première fois que je le prépare en "grande" théière, il rend des notes plus sucrées tout en gardant sa saveur d'herbe, j'avais pourtant un peu peur du résultat.
A la deuxième infusion, l'amertume se manifeste mais reste très agréable au goût, bonne surprise donc.
A la demande générale, Doudou est venu nous rejoindre, un autre "thé", ce sera du
Sobacha griffé George Cannon.
Tu rayonnes sur cette photo ma Mimi, à l'image de cette journée très grise dehors mais si lumineuse à l'intérieur, ton grand-père en est ébloui.
Mille mercis pour cette journée pleine d'émotions, ta présence, tes anecdotes, sans oublier ton superbe cadeau qui m'a beaucoup touchée. Et à très vite pour un restaurant thaï avec Doudou cette fois. Et n'oublie pas de contacter ta cousine et ta soeur pour une rencontre à trois ! J'espère que tous les jours de l'année de la chèvre soient à l'image de celui-ci !