dimanche 19 octobre 2014

UN DIMANCHE DE TOUS LES SUPERLATIFS !

Il me reste beaucoup de choses à préparer ce matin avant l'arrivée de super Zouzou.
A commencer par ce "Petit pot de petits pois". Ingrédients : 100 g de petits pois surgelés, 400 g de courgettes, 1 gousse d'ail, 10 cl de crème soja, 40 cl d'eau, 1 cube de bouillon de légumes, 2 g d'agar-agar, sel, poivre. Et je vais y ajouter du On va se revoir griffé ThéÔdor non prévu dans la recette initiale.
Couper les extrémités des courgettes, les peler à l'économe (il ne doit plus rester aucune trace verte), les couper en rondelles. Peler la gousse d'ail et la couper en 4.
Faire cuire le tout pendant 15 minutes dans l'eau bouillante salée (elles doivent être tendres en y piquant la pointe d'un couteau). En même temps, faire cuire les petits pois à l'eau bouillante salée pendant 12 minutes Puis les égoutter et les passer sous l'eau froide pour stopper la cuisson et fixer leur couleur, les réserver. Délayer l'agar-agar dans l'eau, ajouter le cube de bouillon, porter à ébullition et faire cuire 2 minutes sans cesser de remuer puis retirer du feu.
Égoutter les courgettes, les mixer avec la crème puis toujours en mixant ajouter la préparation à l'agar-agar.
Le résultat doit avoir la consistance d'un velouté très fluide. Y incorporer les petits pois et mélanger une dernière fois.
Verser dans de grands verres, laisser refroidir puis faire prendre dans le frigo pendant 2 heures. J'avais préparé du thé à la menthe que j'ai oublié d'ajouter...
Un bref regard au ciel, nous pourrons manger dehors ce midi. Je m'apprêtais à préparer le coulis de framboises pour le dessert quand la sonnette a retentit.
A partir d'ici ce sera une cuisine à 4 mains. Sarah prépare les falafels (je ne les décris pas, il n'y a pas de thé... pour cette fois).
Sarah à la manœuvre .
J'espère que les boulettes ne vont pas se déliter... je n'ai pas encore digéré ma mésaventure d'hier. Ceci dit j'ai montré la recette à Sarah qui m'a dit qu'elle ne comprenait pas comment avec les 3 ingrédients, on pouvait tenir les boulettes ensemble ; elle m'a conseillé d'essayer avec une autre sorte de tapioca.
Ici par contre, tout va bien et les parfums qui se dégagent déjà promettent des émotions gustatives.
C'est l'heure de l'apéritif, Les zakouskis décrits hier et le cocktail au thé "de baleines", ramené par Zouzou. Une vraie réussite d'après mes hôtes qui se sont resservis plusieurs fois et du cocktail et des zakouskis, j'ai dû en refaire !
Malgré un petit vent qui fait tintinnabuler les clochettes thaïlandaise, nous mangerons dehors.
A commencer par cette mixture un peu fade à mon goût, il manque la touche thé à la menthe.
Par contre Doudou et sa petite-fille le trouvent très bon, très frais.
Pour suivre une salade folle composée de graines germées de lentilles et poireaux, tomates, roquette, basilic, tofu curry/mangue, huile d'olive au thé vert griffé George Cannon. Les falafels et leur sauce au yaourt de soja, citron, tahin et coriandre.
Du soleil dans les assiettes
et sur le visage ! Sarah se régale, "j'ai l'impression d'être invitée à un diner presque parfait", et son grand-père confirme. Et ce que j'apprécie, c'est qu'elle est réellement sincère, elle ne flatte pas, merci Chérie.
Et puis tout à coup... Mais pas question de lever le camp.
Un dessert inachevé : un blanc-manger au Matcha et des rondelles de bananes qui auraient dû être caramélisées, il manque aussi le coulis de framboises.
J'attends les commentaires, je ne suis pas très emballée.
Et effectivement, c'est un dessert très imparfait : pas assez de Matcha pour Sarah, Xavier n'aime pas la texture et ne le trouve pas assez sucré. Je leur donne entièrement raison ! Pendant tout le repas, beaucoup d'échanges, Sarah est une jeune fille pleine d'idéal, elle a une vision très claire du monde qui l'entoure et de plus elle est très positive, cela nous fait beaucoup de bien à tous les deux, il n'y a pas eu que des émotions gustatives pendant ce repas !
Pendant que Doudou se repose, nous terminons l'après-midi dans le salon bleu-thé. Elle choisit un Pu Er et pas n'importe lequel!
Eh oui, Zouzou chérie, vous n'étiez encore que 2 mais vous combliez déjà votre Nanny? Que de merveilleux souvenirs !
Nous parlons aussi (évidemment) du petit Dragon et de sa sœur qui continue son fabuleux périple au Japon.
Elle m'annonce aussi que le Pu Er est son thé préféré à cette époque, ce n'est pas tombé dans l'oreille d'une sourde... Le prochain repas sera évidemment végétarien à tendance végétalien (= message codé) ET au Pu Er !
Mais après avoir passé des moments hors du temps, je me retrouve avec de fabuleux souvenirs, lointains et tout proches à la fois.
Ce ciel m'invite sur la terrasse pour prolonger le bonheur.
Tout en savourant ce nectar qui réchauffe le cœur et le corps, je mesure ma chance d'avoir un petite-fille comme Sarah, elle a bien grandi...
Le ciel est vraiment changeant mais je ne me résous pas encore à rentrer, la nature est si belle.
Je dois cependant y mettre fin, les premières gouttes viennent de tomber.
Et un bonheur ne vient jamais seul,
des nouvelles en photos de ma Mimi chérie.
En voyant celle-là, je pense à ma chère Cathy, elle pose avec sa famille devant cette "sculpture"...
Et en voilà une autre...
Et ces noms... Naoshima, Aso,
le Taka-date (aïe, aïe, les courbatures...), Kagoshima
Le bonheur est dans ses yeux... et dans mon cœur en la voyant.
Ce ciel tourmenté reste cependant très beau, il préfigure sans doute demain mais je ne veux pas y penser, et de toute manière aujourd'hui va m'aider à supporter demain. Merci mes chéries, je vous aime, vous réchauffez mon vieux cœur, sans parler de mon âme !

samedi 18 octobre 2014

Un merveilleux samedi d'été

J'ai une journée très chargée aujourd'hui.
Sera-t-elle bleue et rose comme ce ciel magnifique ?
Je ferai tout pour, mais tout ne dépend pas de moi... D'abord Braine-l'Alleud et la rencontre avec deux ados qui se battent pour retrouver le goût de vivre dans ce monde des adultes dont certains ont brisé leur enfance... Émue et impressionnée par leur combat malgré les rechutes, de moins en moins fréquentes.
Passage par Waterloo et prise de bec avec 2 sans-gêne venus se parquer juste à côté de moi sur cette place-là. Je leur ai demandé s'ils avaient vu ce panneau, réponse oui et alors ? Vous n'êtes donc pas analphabètes, vous devez donc changer de place, réponse : ta G... la vieille, cette pancarte c'est de la discrimination ! Alors la vieille s'est énervée, a demandé à une dame qui assistait à la scène le n° de la police qu'elle a cherché dans son smartphone, j'ai alors sorti son GSM pour les appeler. J'ai eu droit à un "salope" mais ils ont déguerpi ! Nous avons continué à papoter un peu avec cette jeune dame qui m'a mise en garde contre un éventuel mauvais coup de ces jeunes. Ça arrivera peut-être un jour mais c'est plus fort que moi, je ne supporte pas d'assister à ce genre d'incivilité sans réagir. Même si cela m'a énervée au point de reprendre ma voiture alors que je devais aller chez Cha-Hû-Thé... Direction donc Séquoia avec un liste des courses kilométrique.
Ceci n'était pas prévu mais dès lundi, je serai à nouveau au régime mou et tiède.
J'espère que cela me plaira...
Retour à la maison, un grand ciel bleu
et une température estivale ! Je vais passer beaucoup de temps en cuisine, je me prépare donc un thé infusé à froid.
Je commence par ces boulettes de tapioca au thé Matcha qui paraît simplissime à réaliser. Trois ingrédients seulement : 100g de tapioca, 2 CS de sucre blond (j'ai pris du sucre de canne blanc), 2 CC rases de Matcha. Après avoir rincé 3 fois le tapioca à l'eau tiède pour ne pas le faire fondre, l'égoutter 20 minutes.
Transvaser dans un saladier, ajouter le sucre et le thé et pétrir énergiquement afin de bien amalgamer le tout pour obtenir une pâte souple et homogène, ce que j'ai fait...
Avec les mains humides, prélever des petites cuillerées du mélanger et façonner des boules de la taille d'une noix. Je savais déjà que j'avais les mains vertes au figuré, je les ai maintenant au propre du genre Hulk ! Faire bouillir une grande quantité d'eau puis baisser le feu jusqu'à frémissements et y plonger les boulettes de tapioca.
Quand elles remontent à la surface, les cuire encore 5 minutes. Ce que j'aperçois dans la casserole m'inquiète, le tapioca remonte bien à la surface mais déstructuré, je crains pour la suite.
Et effectivement, seule un mini boulette est restée entière !
C'est la première fois que je fais bouillir du Matcha et même si la couleur fonce terriblement, les parfums font frémir mes narines. Je décide donc d'improviser et d'ajouter de l'agar-agar, on ne sait jamais...
Puis je transvase cette mixture dans des ramequins et le reste dans le plat de départ, je ne sais trop ce que cela va donner mais je ne comprends pas ce qui a loupé, j'ai suivi (pour une fois) la recette à la lettre.
Je suis un peu énervée, je monte donc sur ma terrasse d'où j'admire les zinnias en fin de vie, je les laisserai jusqu'à ce que la dernière fleur se fane, ils ont illuminé notre été.
Le thé (un Daehsan nokcha griffé ThéÔdor) est prêt, ainsi que mes lectures, je dois éventuellement prévoir un plan B pour le dessert de demain...
Non elles ne périront pas, une fois séchées elles embelliront mes rêves.
La mixture a bien pris, je veux la goûter malgré une couleur olive foncée peu engageante.
Bonne surprise au niveau de la saveur acidulée et légèrement amère MAIS je déteste la structure, c'est définitivement raté, je demanderai demain à Sarah si elle comprend ce qui s'est passé. Je ne m'en fais pas trop, j'ai un plan B, je m'installe donc dans le transat avec mes gazettes non encore ouvertes. Mais ce qui devait arriver arriva, bercée par la douceur de cet Astre généreux, je me suis endormie, il faut dire que j'ai du sommeil en retard à cause de l'arracheuse de dents qui ne m'a pas menti, "cela risque d'être douloureux", c'est fini pour le moment heureusement mais de lundi à mercredi, elle remet le couvert... Heureusement la fin de semaine promet d'être en superlatif et ce, dès jeudi soir ! Je quitte la terrasse-farniente pour l'autre, j'ai encore des tas de choses à préparer et je ne suis pas à l'avance.  
A commencer par les zakouskis de l'apéritif.
Avant cela, préparation des contenants.
Pendant qu'ils cuisent, préparation des betteraves-amande, il n'y a pas plus simple : 4 betteraves cuites, 3 CS de purée d'amande blanche, 2 CS de jus de citron frais, sel. J'y ai rajouté du Thé Madame de ThéÔdor broyé pour lui donner un petit goût fumé.
Couper les betteraves en dés,
Ajouter les autres ingrédients, mixer pour obtenir une crème onctueuse et conserver au frais.
Les zakouskis sont cuits, il me restera à les remplir demain mais je peux déjà dire que c'est déjà extra mais après la nuit, les poussières de Madame lui donneront en plus un petit goût fumé.
Les rillettes aux deux haricots à présent, ils demandent plus d'ingrédients : 1 petit oignon, 2 gousses d'ail, 2 CS d'huile d'olive (j'ai employé cette au thé vert griffé George Cannon), 2 feuilles de laurier, 225 g de haricots blancs et 225 g de haricots rouges cuits, 1 CC de moutarde, 3 CS de miso d'orge, 2 CS de ciboulette ciselée.
Éplucher et émincer l'oignon et l'ail,
les faire dorer pendant 5 minutes dans 1 CS d'huile avec les 2 feuilles de laurier.
Rajouter 1 CS d'huile et les 2 sortes de haricots, les faire cuire pendant 1 minute.
Enlever les feuilles de laurier, mettre dans un bol mixeur en ajoutant la moutarde et le miso d'orge, mixer grossièrement et réserver au frais. Ça aussi, c'est plus que bon !
Le temps de remplir le lave-vaisselle, de jeter un dernier regard sur les pois chiches qui baignent dans l'eau depuis ce midi qui ont déjà bien enflé mais qui doivent encore y rester toute la nuit, je rends mon tablier pour ce soir, même si je suis loin d'avoir terminé, je continuerai demain, j'ai envie d'écouter de la musique en sirotant je ne sais quoi encore... J'espère que demain il fera aussi beau qu'aujourd'hui, cela nous permettra de manger dehors, un 19 octobre, ce n'est pas mal j'en redemande !