mercredi 17 décembre 2014

A J – 7


C'est assez drôle, bizarre: à cette heure-ci le ciel tout gris devient bleu sur la photo !
Peut-être pour illuminer ce beau poème. Mais avant d'y revenir, je veux préparer ma drogue quotidienne.
Si les feuilles sont indiennes et correspondent à mon état d'esprit, du Tumsong griffé ThéÔdor, la théière, anglaise, me fait penser à une bouille de fripouille que je connais bien,
le décor, lui, est de circonstance mais temporairesdans ce lieu, ces poupées sont danoises et quitteront bientôt mon salon pour décorer le hall.
Et dans ce pays, les anges sont de jolies princesses... cela met donc fin aux interminables discussions sur le sexe des anges !Tout en savourant ce doux breuvage du jardin des Cœurs heureux, j'écoute ce vieux disque de chants de Noël signés Charles Aznavour. Rien à voir avec les chants traditionnels mais les paroles de la plupart sont vraiment touchantes. Il faut maintenant que je m'occupe des tâches ordinaires d'une maîtresse de maison dont la cuisine que j'aime. Il est déjà 16 heures, l'heure du goûter, quand je regagne mon cocon.
Envie de lecture et de tisane confiture de grand-mère griffé Magie du Thé.
Mais avant de me plonger dans ce concentré de philosophie que je connais presque par cœur, j'admire la nouvelle décoration murale. J'ai ce beau texte japonais depuis longtemps mais j'ai hésité jusqu'ici à l'exposer de peur d'abîmer le support mais cela me privait de méditer sur ce beau texte que j'ai fait traduire par Cathy et Staf : http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2012/10/il-est-des-jours-ou-le-bonheur-est.html. "Rien que votre présence réchauffe l'air ambiant. Rien que votre présence calme les cœurs ( on devient zen). Je veux être comme vous", ces mots me parlent... Merci à vous deux et à mon généreux donateur, et à très vite j'espère. A propos de lecture, je n'ai pu regarder La grande librairie sur la 5 qui donnait le résultat de leur sondage sur "Quel livre a changé votre vie" mais en voyant le classement sur leur site, j'ai été très étonnée : un seul livre de poésie et seulement 2 auteures. Maintenant c'est affaire de goût personnel. Ce qui est certain c'est que le Petit Prince qui est n° 1 fait partie de ceux que j'aurais cité et sans doute mis en premier mais classer mes coups de cœur absolus, j'aurais du mal, j'en reparlerai parce que j'ai extrait certains de ceux qui ont été cités et je compte les relire pendant les longues soirées d'hiver. Mais ce soir, ce sera de lecture culinaire, Noël approche et avec quel thé, je ne sais pas encore. Et puis, à cause de ces livres je n'ai toujours pas décorer la maison, il faudra que je m'y mette.  

dimanche 14 décembre 2014

Horaire décalé, pas désagréable...


 
 
 
 
 
 
 
 
Ce matin je me suis réveillée dans une forme internationale, normal il était 10h15... Il faut dire que ces dernières semaines je suis réveillée bien avant l'heure raisonnable à cause du bruit des ouvriers qui commencent leur travail entre 7h et 7h30. Et comme il fait encore noir, un spot aveuglant les éclaire.
Belle surprise : un ciel tout bleu et une superbe lumière, la journée sera belle ! Je passe le petit-déjeuner pour rejoindre mon salon bleu-thé lui aussi auréolé de lumière.
 
 
 
 
 

 
Dans cet écrin doré, un Témi griffé Thé-Tea-Cha.

Infusé, il donne une jolie couleur acajou. Et des saveurs très fruitées qui me réchauffent et provoquent la réminiscence de beaux souvenirs comme ici : http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2012/02/ce-mois-de-fevrier-particulier-commence.html. A commencer par celui qui me l'a fait découvrir ! Franck était un amoureux fou des Darjeeling, moi pas du tout à l'époque. En m'offrent cette boîte, il m'a dit que je risquais d'aimer son contenu, ce qui est le cas. Chaque fois que je savoure ce nectar, je pense à lui, il a rejoint les étoiles mais fait partie de mes grands Absents qui vit en moi, beaucoup plus présent que beaucoup de vivants que je suis amenée à côtoyer. Un autre souvenir fort me revient en mémoire, un périple londonien avec ma filleule! Il date mais reste aussi très présent dans ma mémoire, comme tout ce que nous avons vécu ensemble : http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2011/10/notre-escapade-londonienne-jour-1.html.
Un dernier regard à ces belles qui ont tout donné tandis que s'achèvent les dernières notes de Bach.
Cette belle lumière me donne envie de m'aérer pour recharger mes batteries et réveiller mes neurones. Un tour de jardin suffira, le temps d'admirer cette nature qui s'est mise en mode hiver, une petite bise me pique les joues.
C'est le moment de me replonger dans cette lecture qui justement parle de la nature. Elle sera accompagnée d'un thé de circonstance, Au fil des saisons griffé George Cannon. En trempant mes lèvres dans la tasse, d'autres souvenirs très récents : http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2014/11/retrolfactions-souvenirs-proches-et.html, et encore des émotions fortes. Et je vais bientôt recevoir LA photo, j'ai hâte... Retournons au Japon, le premier chapitre s'intitule La nature et les saisons dans la peinture japonaise qui nous donne un éclairage sur la vision japonaise des saisons et de leur représentation picturale, radicalement différente de celles que nous connaissons en Occident : "L'évocation d'une saison se fit à partir d'une réflexion poétique. Les poètes, des aristocrates éduqués vivant au sein de palais et rarement en contact avec le monde rural, vénéraient un nature idéalisée. (...) Ces poèmes établirent des correspondances entre les éléments naturels (plantes, oiseaux, saisons) et les émotions. Il posèrent les bases d'une peinture qui témoigne d'une sensibilité exacerbée face à la nature". Le Japon est au monde le pays que compte le plus de fêtes, j'en ai déjà parlé à plusieurs reprises, entre autres ici :http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2014/09/aujourdhui-cest-la-fete-de-la-lune-en.html et là :http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2014/08/qixi-en-chine-tanabata-au-japon.html. La plupart liées à la nature.
Des peintres les ont immortalisées mais aussi des poètes.
Ainsi Hanami par exemple
ou Tanabata. Un autre chapitre décrit la place de la nature et de la religion au Japon. Mais celui qui m'a le plus frappée est Un imaginaire de la nature. Très clairement résumé dans ces quelques phrases : "La nature est la tremplin de la rêverie", toute une philosophie qui me parle... Je n'irai pas plus loin aujourd'hui, il me faut intégrer toutes ces informations, les placer dans ma mémoire (à long terme j'espère) !
Retour sur ma terrasse pour admirer ce coucher de soleil flamboyant avant de me réchauffer dans mon cocon. Il fait nuit noire à présent mais aucune trace ni de la lune ni des étoiles.
Retour dans mon cocon où je passe maintenant aux "mauvaises herbes", ici la tisane de l'Abbaye griffée ThéÔdor que je partage en pensées avec ma chère Fabienne qui l'adore. Je la reverrai très bientôt (plus que 12 fois dormir...), la dernière fois ici, c'était il y a 2 ans exactement... c'est comme si c'était hier !
Et merci pour ce clin d’œil, autre souvenir hilarant mais je n'ai pas retrouvé le billet qui l'illustre, il était question de thé (évidemment) d'une expo sur le thé (no comment) et surtout de valises ! Mais je n'abandonne jamais, la preuve... http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2012/11/cetait-hier-une-derniere-journee.html Les voix cristallines entonnent des airs de circonstance, propres à la méditation.
Le deuxième disque s'achève à la lumière de la bougie clôturant une lumineuse journée. Dès demain, je prépare cette belle fête en commençant par les décorations, et s'il m'en manque, j'irai en chercher quoi que décident les excités et ils n'ont pas intérêt à me barrer la route, je ne serai pas d'humeur !

mercredi 10 décembre 2014

D'une fête à l'autre

Il y a belle lurette que nous n'avions pas connu pareille nuit : un vent à décorner les bœufs, une pluie battante, bref tout ce que j'aime, je me retrouve dans ces éléments déchaînés ! A cette nuit quasi sans sommeil succède une journée beaucoup plus calme avec mes rituels habituels, dont je ne me lasse pas moi qui ai horreur du train-train quotidien pourtant :
thé, le Bonaparte n°40 griffé Lupicia
musique, l'oratorio de Noël de Bach
qui donnent une ambiance de circonstance. Je savoure ces moments en pensant à cette belle fête qui célèbre aujourd'hui la venue d'un Enfant-Dieu même si c'est devenu pour certains commercial à outrance.
Je suis interrompue par un bruit qui supplante la musique.
Le grand mécano s'est réveillé avec fracas.
La théière est vide mais le bruit ne s'est pas éteint, je vais donc modifier mon programme et aller au grenier chercher les décorations de Noël. Ah, ce lieu si spécial de mémoire et de souvenirs... je sais toujours quand j'y accède mais pour le quitter, c'est autre chose ! Et surtout avec quoi ?
Pas des décorations en tous cas...
En redescendant un très beau ciel et une belle lumière pénètre dans mon cocon.
J'ai envie d'un thé frais, je choisis le Ye Shen Bai Ya, ce thé blanc sauvage du Yunnan griffé Néo-T que je n'avais pas apprécié la première fois mais depuis je l'ai apprivoisé, à moins que ce soit lui.
Ce sera mon thé de lecture, Xavier n'est pas là à midi je ne dois donc pas m'occuper du dîner. J'aime le sujet du livre: même si je ne cours pas après, la mort non seulement ne me fait pas peur mais elle me fascine, c'est l'aventure la plus mystérieuse, dont personne n'est jamais revenu. Ce qui me terrifiait par contre est la déchéance physique et mentale, mais heureusement, je me suis prémunie contre cela et je remercie mes personnes de confiance d'avoir accepté ce rôle pas évident. Je ne peux m'empêcher ici de penser à une grande Absente qui m'avait demandé la même chose : http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2012/02/adieu-mon-amie-ma-soeur.html. Il y avait tellement d'intensité dans ces moments intimes, comme des fragments d'éternité marqués en moi à jamais... François Cheng est un de mes auteurs préférés, j'ai lu ses romans avec passion, entre autres ici : http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2012/04/il-etait-temps.html. Son érudition et sa façon de traiter la vie me font penser à Jean d'Ormesson, ils ont l'art de faire réfléchir à l'essentiel, pas de grandes déclarations péremptoires mais un cheminement de leurs pensées qui font avancer les nôtres, les miennes en tous cas. Avant le livre ce d'abord des échanges entre amis sur ce sujet passionnant qu'il aborde avec tant de nuance et de modestie, il n’impose rien, chaque phrase à elle seule est sujet de méditation. A lire et relire par petites touches mais sans modération, comme ma drogue.
Chaque fois que je reprends cette Bible, je découvre des facettes de ce concept qui m'avaient échappé ou qui ne me parlaient pas vraiment, et je ne suis pas prête à l'oublier.
Aujourd'hui, c'est la journée internationale des Droits de l'Homme, mais cela a-t-il encore un sens ? J'ose l'espérer...

samedi 6 décembre 2014

6 décembre, fête des enfants sages... et surtout des autres

Même si c'était prévisible, le mois de décembre a très mal commencé, l'hiver est là, le froid bien sûr mais surtout la grisaille qui atteint mes neurones qui ne fonctionnent qu'au soleil et mon moral en prend un coup... Je me suis consolée en me droguant
tout en ayant une pensée pour ceux qui n'ont pas le choix, ils doivent braver ce froid...
Aujourd'hui, un petit miracle : un beau ciel tout bleu ou presque.
Cela par contre n'a rien d'un miracle, saint Nicolas est passé !
LE spéculoos, griffé Dandoy (le seul que j'aime) mais aussi des pains à la grecque et du massepain cuit. Mon péché capital préféré est comblé, MERCI saint Nicolas !
Pendant que l'eau chauffe,
j'admire ce ciel bleu moucheté de taches rosées.
Mais par quoi vais-je commencer ?
Une première tasse de Wu Yi Yun-Yan Cha va m'inspirer.
Ce sera un pain à la grecque qui sa marie très bien avec ce thé gourmand à la saveur de pain grillé et de miel. Cette gourmandise typiquement bruxelloise n'a rien à voir avec la Grèce, son nom est au départ du patois flamand "grecht". Ce sont les pères Augustins qui distribuaient du pain aux pauvres près du lieu-dit Fossé aux loups, ce pain était appelé Wolf-Grecht brood. Bruxelles s'est ensuite francisé et ce pain amélioré s'est transformé en pain à la grecque. En néerlandais d'aujourd'hui c'est un Grieks brood. Peu importe, c'est absolutly fabulous : plaisir des sens, émotions gustatives !
D'autres émotions maintenant, chaque année, saint Nicolas (le vrai) s'arrêtait à Groenendael. Il arrivait du fond du jardin devant les yeux éblouis de nos petits-enfants.
Distribution très attendue des cadeaux avec un petit mot pour chaque enfant, puis il partageait le goûter avec nous,
avant de repartir mais en promettant de revenir l'année suivante. Que de merveilleux moments... Et l'année prochaine, nous revivrons cela avec le petit Dragon d'eau, rendez-vous le dimanche 6 décembre 2015 ! Un passage en cuisine pour préparer le dîner puis retour dans mon cocon
pour préparer la table du goûter.
Un peu de lecture en attendant accompagnée d'un Morimoto Shincha griffé Néo-T. Le livre commence par une superbe citation de Victor Hugo : "Cette solitude, la nature l'avait consolée comme il console toutes les solitudes ; la nature vient au secours de tous les abandons, là où tout manque, elle se redonne tout entière ; elle refleurit et reverdit sur tous les écroulements : elle a le lierre pour les pierres et l'amour pour les hommes.Générosité profonde de l'ombre." Cette citation me parle, je médite sur ces mots forts qui pénètrent mon âme. Je n'irai pas plus loin,
mes invités sont arrivés. Nous partageons un Wu Yi Yun-Yan Cha qui va si bien avec le spéculoos et les gâteries au massepain (merci à vous deux).
Nous évoquons cette traditionnelle fête tout en feuilletant l'album de famille. Nous prenons date pour l'année prochaine, c'est vrai que les grands étaient aussi émus par l'ambiance de ce temps d'avant dont je me souviens de chaque moment comme si c'était hier !
Le temps s'écoule doucement dans ce lieu chaleureux, mais il ne s'arrête pas, et après le petit devoir, Sophie et Stéphane vont retrouver le brouhaha de la ville et plus particulièrement le marché de Noël.
Un bref passage sur ma terrasse pour admirer ce ciel qui a bien changé depuis tantôt, j'imagine déjà le grand saint arrivant pour mettre plein d'étoiles dans les yeux d'un petit Georges.
Là-bas, il a fait connaissance avec l'école, j'adore cette photo.
Si les premiers jours n'ont pas été faciles, aujourd'hui tout va bien, "Je suis le plus petit mais c'est moi qui ai la balle !"
"Ça, c'est mon petit vélo ou plutôt c'était
parce que maintenant je roule sur un vélo de grand avec mon papa, je ne crains rien et il est très fier de moi !".
Un peu de Taï-chi. Merci cher Claude pour ces photos qui montrent un petit Dragon plein de vie qui grandit si bien. Il a toujours son air coquin et si expressif. Il me manque mais grâce à ces photos, c'est un peu moins difficile, et puis il y a Skype...
Et ce soir, c'est la pleine lune, la journée se termine véritablement en beauté.