lundi 3 août 2015

La semaine commence très fort !

Après une très courte nuit – le bonheur me tenant lieu de repos – je reprends mes activités là où je les avais laissées. 
Sous ce ciel qui semble m'indiquer la voie... 
A commencer par ceci. Heureusement que les CD ne se griffent pas à l'usage, je l'ai écouté hier soir 4 fois en entier avec tellement d'émotions en découvrant ces morceaux que je ne connaissais pas (sauf deux). J'avais choisi un Tisane de l'Abbaye griffée ThéÔdor pour me mettre dans cette ambiance divine, hors du temps. Ce matin je récidive avec quelques nuances cependant : 
préparatin du thé infusé à froid, un fabuleux
Bi Lo Chun de Taiwan (eh oui, je peux me payer ce luxe grâce à la générosité de ma chère Belle-fille, 600 g alors que j'en avais demandé 200!). 
Dans la théière infuse ce
Thé des Nuages népalais griffé Neo-T.
C'est sur ma terrasse que je le savourerai, en restant cependant à l'ombre, il faut que je me résolve à acheter un parasol si je ne veux pas rester cloîtrée quand l'astre est trop fort. 
Vu d'en haut, les cosmos semblent me rappeler mon devoir quotidien mais ce sera pour ce soir. 
Cette nuit, j'ai repéré les morceaux qui me touchent le plus, c'est ce que je vais ré-ré-ré-réécouter ce matin ! Et toujours avec autant de frissons, le bonheur de ne pas avoir de voisins "mitoyens" me permet de ne pas baisser le son, au contraire. 
Ces voix montent vers ce ciel de plus en plus bleu et, ce qui est extraordinaire, pas un chant d'oiseaux, peut-être sont-ils muets d'admiration en entendant ces voix célestes.
Je les imagine se posant sur la balustrade pour assister au concert... Ce
Thé des Nuages, si doux, si délicat, accompagne très bien ces moments d'extase et me fait penser que je n'ai pas encore commandé le conte éponyme, ce sera fait demain !
Il est malheureusement l'heure de quitter mon cocon pour préparer le dîner, mais ce sera de courte durée...
En effet, cette après-midi sera consacrée à une rencontre autour du thé, ma chère Fabienne qui, malgré ma demande répétée, ne vient jamais les mains vides ! Mais je dois à la vérité de dire que je fais pareil. 
Premier thé : un
Yunnan White Moonlight griffé Biochi. Pendant que je l'infuse de beaux souvenirs me reviennent :http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2014/12/encore-et-encore.html.
En théière de "conversation" cette fois-ci, nous avons tellement de choses à nous dire, cela faisait un bail qu'on ne s'était pas revues ! Un vrai bonheur que de partager notre passion. Mais pas que celle-là... je ne sais comment le sujet est venu dans la conversation, nous parlions de livres, une de nos autres passions communes, j'ai dit à Fabienne qu'un de mes rêves était de passer des vacances dans un phare, elle m'a tout de suite recommandé un livre Armen écrit par l'ancien gardien de ce phare. Immédiatement, un fort souvenir m'est revenu, le commentaire de ma chère Framboise à la suite de ce billet qui ne parlait pas du tout de cela : http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2009/08/merci-le.html. Comme j'aimerais la revoir en pleine santé... Demain, je vais chercher les livres que j'ai commandés, je l'ajouterai à la liste de ma nouvelle commande. La théière est vide mais nous ne sommes pas encore complètement rassasiées, Fabienne me parle alors de
Pecadito griffé ThéÔdor qu'elle aimerait goûter un jour, ne sachant pas que j'en avais... 
Ce sera donc l'infusion suivante, accompagnée d'un bon reste de vendredi passé. Elle a beaucoup apprécié le breuvage qui fera partie de sa prochaine commande ! Pour le moment, elle est comme moi, elle veut d'abord vider ses boîtes et ses sachets. 
Souhait suivant, un thé japonais, ce sera le
Shincha griffé Ippodo.
Il garde son incroyable fraîcheur, je l'ai infusé 3 fois et je pense qu'il aurait pu l'être encore si je n'avais pas été interrompue. D'habitude je ne prends jamais mon GSM dans ce lieu hors du temps mais Xavier qui devait aller à Bruxelles m'a demandé de l'avoir à portée de main au kazoo... et il a sonné.
Fabienne fait partie des privilégiées que mon mari apprécie, il me demande si elle sera encore à la maison quand il rentrera, comme elle a répondu qu'elle n'avait pas d'heure, il l'invite à souper, sauf que je n'avais que des choses basiques dans le frigo, "je m'occupe de tout" fut sa réponse, ce qui explique que j'ai infusé à froid un
Genmaïcha.
Effectivement, il n'a pas fait les choses à moitié, c'est bien lui cela. J'aime moyennement ces bestioles, même bretonnes, les meilleures paraît-il, il faut trop chipoter mais je reconnais qu'il était délicieux, eux par contre se sont léché les babines et il en reste encore pour demain. 
Mais je n'oublie pas qu'en France, le fromage est sacré pour terminer un repas, 
je les laisse donc continuer, je préfère me réserver pour le dessert, 
une délicieuse tarte aux brugnons.
Mais mon mari avait encore faim, on a enchaîné sur un merveilleux et un fondant au chocolat coupés en trois ! Moi qui suis très sucre pourtant, je n'en pouvais plus, je leur ai laissé le fondant, ils faisaient tous les deux plaisir à voir... Ce repas fut non seulement pantagruélique mais aussi agrémenté de bons mots qui aident à digérer ! J'ai adoré ce prolongement inattendu, et je ne suis pas la seule mais tout a une fin ... momentanée. Comme l'a dit et redit Xavier, tu reviens quand tu veux, et avec ton mari!...
Retour dans mon cocon où j'ai hâte de découvrir ce cadeau mais je me sens trop fatiguée, en cause ma courte nuit, ce sera pour plus tard. MERCI chère Fabienne pour ces moments si vrais, si intimes qui font que la vie est pleine de petits et de grands bonheurs, j'en redemande!
D'autant que je dois me lever tôt demain, le garnisseur vient aux aurores chercher la table, le fauteuil et le canapé, nous devons encore décider des tissus, je n'ai pas osé lui demander de venir plus tard...
Ce qui suit s'adresse à Lune qui m'a demandé des nouvelles de
Shangri-La ( http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2015/07/au-fil-des-jours-une-belle-fin-de.html). Eh oui, il est malheureusement définitivement fermé et sera remplacé par un restaurant asiatique attenant à la Brasserie du Lac (et non pas à la terrasse comme je l'ai indiqué). Je me suis renseignée mais ce ne sera pas pour novembre, peut-être décembre mais les plans (et donc le permis de bâtir) n'ont pas encore été acceptés... A suivre donc mais je serais très étonnée que les délais soient respectés, j'espère me tromper ! Comme je l'ai dit en titre, la semaine commence très fort, et ce n'est que le début... à l'heure qu'il est petit Dragon et ses parents ont quitté Taipei, j'ai hâte de les revoir!

vendredi 31 juillet 2015

Un 31 juillet FLAMBOYANT ! Ma bonne étoile est revenue

Il est des jours où tout semble à nouveau possible, ce 31 juillet fait partie de ceux-là !
Lever aux aurores, un peu plus tard que le soleil cependant. 
Encore pas mal de choses à faire, mais j'ai besoin des feuilles de
Gyokuro pour l'apéritif de ce midi, 
et je prends le temps de méditer un peu au son de cette musique si zen. 
Mon invité vient de sonner, tout est prêt. 
Ecrevisses au
Gyokuro, tapenade aux asperges et aux poivrons rouges accompagnées d'un Cocktail Octobre-révélation griffé ThéÔdor (ma chère Cathy, les emporte- pièces ne servent pas que pour les biscuits...) 
Et voilà mon invité, Jean-Claude, ancien éminent collègue, qui vient découvrir ma passion sous toutes ses formes, j'ai donc choisi le Tea party. 
Et à propos de formes, pas question de me contenter des traditionnels triangles. 
Jean-Claude est un brillant mathématicien, ceci explique cela. A l'intérieur, rien de nouveau, c'est à peu près la même chose que lors de cette autre Tea party dont je me souviens comme si c'était hier: http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2011/07/la-tea-party-de-tous-les-bonheurs.html: saumon fumé au beurre manié au
Genmaïcha, oeufs durs au Lapsang Souchong, poulet au Bollywood Chaïpur, Concombres au beurre manié Matcha, tous griffés ThéÔdor, (je vide aussi mes boîtes... ) et roquefort aux poires infusées au Pu Er en vrac griffé Babington's dont j'ai parlé ici :http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2015/07/dernier-week-end-de-juillet-que-du.html (encore merci, ma chère Fanou). 
Xavier continue avec le cocktail tandis que Jean-Claude découvre le
Genmaïcha infusé à froid. Ambiance chaleureuse (au propre comme au figuré !), conversations très éclectiques et beaucoup d'humour de part et d'autre. Il ne reste bientôt plus rien dans les assiettes, 
il est temps de passer aux desserts : fleur au
Matcha, genre financier, un genre de Tiramisu au Sans complexe et des brugnons blancs au sirop du même thé. 
Dans le fond, des scones ratés (eh oui, il parait que c'est inratables... la preuve que non). Mais ce n'est pas l'avis des deux hommes qui en ont mangé, chacun ces goûts ! 
Je me suis contentée de ceux-là.
Je ne sais pas si cela s'est remarqué mais j'ai tout à coup eu un coup de pompe, heureusement Jean-Claude et Xavier sont de grands bavards... j'ai donc pu un peu lâcher prise. C'est dans mon Musée (dixit Jean-Claude) que l'après-midi se poursuit. Au terme Musée, je préfère cabinet de curiosités... 
Initiation au Gong Fu Cha avec un
Dong Ding. Découverte de son parfum dans la théière ébouillantée,
suivie de ceux qui se dégagent de la tasse à sentir avant les saveurs. 
Petit devoir qui se prolonge, 
alors j'anticipe le plaisir que j'aurai à écouter ce fabuleux cadeau. Commentaire de Jean-Claude en constatant que ma bibliothèque était bien fournie sur un seul thème: "on ne parle pas de corde dans la maison d'un pendu, j'ai donc choisi la musique", bien vu cher Jean-Claude, c'est ma deuxième passion ! 
J'aurai aussi de la lecture ce soir... Avant de regagner ses pénates, il est invité par Xavier à écouter un peu de musique, Marin Marais d'abord puis L'histoire du soldat, autant j'aime la viole, autant je ne suis pas rentrée dans cette histoire malgré des voix que j'aime : Cocteau et Ustinov entre autres, j'ai donc commencé à ranger la cuisine qui en a bien besoin. Quand Jean-Claude est reparti, Xavier n'a pas tari d'éloges à son sujet entre autres: cultivé, érudit même mais très modeste, serviable aussi, pour conclure : "il revient quand il veut". 
Merci pour ce beau texte venu en droite ligne du coeur, j'ai passé une flamboyante dernière journée de juillet et en attendant d'admirer la lune bleue, je vais me plonger dans cette musique qui aura une saveur particulière, celle de l'amitié. 
Un bonheur ne vient jamais seul, 
petit Dragon dans l'eau avec son papa, 
quelques expressions 
d'un enfant heureux. 
Quel regard...
Passage à l'acte... Bon sang ne peut mentir! Cela promet pour plus tard (= message codé!) 
Et une petite dernière, quelle belle expression, merci Claude, tu as vraiment l'art de saisir ces instants magique; l'ami qui était ici aujourd'hui a admiré la photo de ton fils ! Dans une bonne semaine, c'est en chair et en os que je verrai mon petit Dragon d'eau adoré, je suis impatiente ! Ce soir, je suis encore plus heureuse, je viens de trouver une réponse dans ma boite FB, la vie est pleine de grands bonheurs d'autant que je me sens à nouveau pleine de vie, merci chère Marie-Aline de m'avoir montré la voie! Je crois que le lune y est aussi pour quelque chose, ce soir elle sera ... Bleue :
"Ce terme provient de la traduction de l'expression anglaise "once in a blue moon". Une expression qui signifie la rareté de l'événement et qu'on pourrait traduire en français par "à la saint-glinglin." in LLB. Et last but not least, la météo annonce le retour de l'été !