dimanche 14 janvier 2018

Le printemps a fait une belle apparition ce 14... janvier!

Après une semaine de folie, très riche mais qui m'a tenue éloignée de mon cocon, ce week-end je me pose enfin, je ne verrai pas petit Dragon et sa famille, ils ont eu la grippe et il n'est pas question que mon mari risque de l'attraper. Ce matin, grasse matinée avant d'aller faire les courses. Après le diner, balade digestive en forêt sous un beau ciel bleu lumineux. Puis préparer un Bai Mu Dan, cela fait des mois que je n'en avais plus préparé, même si l'hiver est assez doux, pour moi c'est un thé d'été, un ciel bleu, du soleil et donc une belle lumière, 
c'est le cas aujourd'hui... 
il ne manque qu'une douce chaleur. 
Le restaurant est à nouveau prêt à accueillir la gente ailée. 
Ils ne tardent pas à arriver, c'est donc bien emmitouflée dans mes grandes ailes papillon que j'observe cet incessant va-et-vient, malheureusement impossible de les immortaliser. 
Le soleil commence à descendre à l'horizon, la température baisse rapidement, il est temps de rentrer. Envie d'un thé au jasmin, 
Dès l'ouverture de l'écrin, les perles de Si Ling Chi impérial dégagent un doux parfum qui me fait voyager dans le Maghreb -souvenirs émus...- 
Tandis qu'infusent les perles, je me berce de cette musique qui me pénètre jusqu'à l'âme, les voix me font frissonner... 
La théière, comme un rappel du spectacle de cet après-midi, laisse échapper ces parfums envoutants du jasmin et en bouche, des saveurs florales très présentes alliées aux notes végétales des feuilles du thé vert. Puis comme quasi chaque soir, lecture. Ce matin, malgré une nuit agitée à cause précisément de ce livre, je me réveille en pleine forme. 
Mes rituels... 
De l'écrin contenant le Balasun, se dégage un parfum subtil de fleurs. 
Dans la tasse, ce sont plutôt les notes fruitées qui se dégagent, c'est si doux... On ne parle plus de ces jardins de Darjeeling qui ont pâti des problèmes politiques de la région. Les plantations abandonnées pendant des semaines vont-elles cette année être aussi généreuses, et surtout les cueilleuses ont-elles obtenu quelque amélioration de leur conditions de vie ? Je l'espère. 
La musique s'est tue, l'encens s'est consumé, place à la lecture avec une deuxième théière pour tenir le choc. Comme mon mari m'invite au restaurant, j'aurai le temps de l'achever, mais quoi ? BILQISS est le livre que j'ai commencé cette nuit, j'aurais voulu le terminer tellement j'ai été prise par ce « roman » mais je n'ai pu lutter contre Morphée... Deux citations au tout début du livre me parlent, l'une de saint Augustin : "Chanter, c'est prier deux fois", et l'autre du prophète Muhammad : "Une quête de savoir vaut mieux qu'une vie entière de prière". Mais dès la deuxième page, j'ai commencé à ressentir une sorte d'oppression : "J'étais une femme dans un pays où il valait être n'importe quoi d'autre, et si possible un volatile". J'en passe et des plus dures encore, et au fil des pages, ce malaise s'est amplifié, était-ce véritablement un roman ? Tout ce que l'auteure raconte est à ce point criant d'une certaine réalité... Contrairement à la critique de l'Express, je n'ai pas trouvé ce livre "fin, subtil, léger" mais bien désespérant et tragique, même si je ne regrette pas de l'avoir lu, il est remarquablement écrit... 
En descendant, j'ai eu le bonheur de voir une nichée de mésanges à longues queues, la photo n'est pas terrible mais quand j'ai voulu changer d'angle, elles se sont toutes envolées sauf ces deux-là. Très bons moments partagés devant des mets raffinés au Château du Lac sous un soleil qui a donné au ciel une luminosité qui préfigure le printemps, merci Doudou. 
En rentrant, la nature s'y croit déjà : des chatons sur le noisetier, 
un soleil qui s'est taché de blanc, 
 et chose incroyable pour un 14 janvier, jonquilles et narcisses pointent leur nez,
avec un mois d'avance ! Je ne vais pas m'en plaindre mais il peut encore geler, vont-ils résister ? 
Envie de fêter cela avec un Matcha vert fluo. 
Je savoure avec gourmandise cette Mousse de Jade à la fois douce, légèrement sucrée même, belle harmonie avec la puissance qu'elle dégage. Retour au jardin pour admirer tout ce que la nature offre aujourd'hui...
Un beau coucher de soleil clôture cette superbe journée du 14 janvier, MERCI la Vie

dimanche 7 janvier 2018

Première semaine de cette année toute neuve

Aujourd'hui, 2018 a une semaine. Déjà. Le temps file si vite, poussé peut-être par les très fortes rafales de vent cette semaine, des pointes de 100km près d'ici, beaucoup de branches cassées mais aucun dégâts matériel, ce qui ne fut pas le cas partout. J'aime la violence de la Nature qui se déchaîne mais je ne suis pas sortie, me rappelant la mésaventure qui m'est arrivée à la fin du siècle passé : grisée par le spectacle, je me suis précipitée dehors pour aller au fond du jardin, à l'aller aucun problème... j'avais le vent dans le dos, j'avais l'impression de toucher à peine le sol. Pour revenir par contre, ce fut autre chose, impossible d'avancer tellement le vent soufflait avec violence, j'ai mis près d'1/4 d'heure pour faire ... 70 mètres ! Mon pauvre mari par contre a mis plus de 2H30 pour revenir, il a quitté son cabinet à 20H et est arrivé à la maison à 22H38 exactement ! Semaine calme à part cela, lecture, musique, méditation et thé toujours. Comme un recentrage après le mois de décembre.
Et bien sûr, une tâche importante : soigner les monstres marins de mon petit Dragon... Ces minis-crustacés n'ont quasi pas grandi me semble-t-il, par contre ils ont proliféré, je me demande quelle est leur durée de vie, rien n'est indiqué sur le mode d'emploi. Ce samedi 6 janvier, c'est la fête de l'Epiphanie dont j'aime le symbolisme, j'en ai parlé entre autres ici : http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2009/01/cest-lepiphanie-aujourdhui.html. A ce sujet, je voudrais ici transférer un commentaire de mon cher ami Jean-Claude qui, comme toujours, est à la fois érudit et très accessible : "Merci, Chère Francine, pour ce beau rappel des Rois Mages. En est-il encore ? Mais il ne faut pas perdre l'Espérance ! Car il y a toutes sortes de Rois, et de Reines !
Peut-être en sommes-nous, à certains égards ?
"01 Jésus était né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand. Or, voici que des Mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem
02 et demandèrent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son étoile à l’Orient et nous sommes venus nous prosterner devant lui. »
03 En apprenant cela, le roi Hérode fut bouleversé, et tout Jérusalem avec lui.
04 Il réunit tous les grands-prêtres et les scribes du peuple, pour leur demander où devait naître le Christ.
05 Ils lui répondirent : « À Bethléem en Judée, car voici ce qui est écrit par le prophète :
06 Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n’es certes pas le dernier parmi les chefs-lieux de Juda, car de toi sortira un chef, qui sera le berger de mon peuple Israël. »
07 Alors Hérode convoqua les mages en secret pour leur faire préciser à quelle date l’étoile était apparue ;
08 puis il les envoya à Bethléem, en leur disant : « Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant. Et quand vous l’aurez trouvé, venez me l’annoncer pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui. »
09 Après avoir entendu le roi, ils partirent. Et voici que l’étoile qu’ils avaient vue à l’orient les précédait, jusqu’à ce qu’elle vienne s’arrêter au-dessus de l’endroit où se trouvait l’enfant.
10 Quand ils virent l’étoile, ils se réjouirent d’une très grande joie.
11 Ils entrèrent dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe.
12 Mais, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin." (Mt 2, 1-12)
L'OR, métal précieux par excellence, synonyme de beauté, de richesse et de gloire.
L'ENCENS, par sa fumée odorante, s'élevant vers le ciel et se répandant partout, synonyme de prière et d'adoration.
LA MYRRHE, par ses vertus euphorisantes et anesthésiantes, rappelant les souffrances de la vie, "usque ad mortem", et le respect de la mort et de l'ensevelissement.

En y réfléchissant, LE THÉ les résume tous les trois. Sans oublier que, comme les Mages, il nous vient de l'Orient !
Quel plus beau présent pouviez-vous apporter, Chère Francine
en ce jour de la Lumière qui ré-apparait en nos ténèbres. Merci !
mais nous la célébrerons demain, jour du retour des sports d'hiver de petit Georges et ses parents, j'ai hâte de les revoir. 
Ce dimanche, avant d'enlever les décors de Noël très colorés en rouge et blanc, je tire au sort l'écrin qui contient ces thés de Noël si particuliers. Ce sera le Laponic vert 
et sa bougie assortie. Cette bougie m'impressionne, je l'ai depuis l'année dernière et elle ne fond quasi pas, par contre elle grésille toujours et son parfum remplit la pièce, je me croirais dans une pinède... 
Plaisir des sens, ces saveurs sont vraiment en harmonie avec mon esprit apaisé. Après cette semaine pendant laquelle j'ai retrouvé mes repères... 
J'ai inauguré ce deuxième calendrier, chaque jour on tire au hasard une petite pochette contenant un thé ou une tisane. Mais aussi un vœu : Utopie et Fleurs de camomille, Partage et Strong British breakfast, à mon grand étonnement j'ai aimé malgré l'Assam, dû certainement à l'équilibre avec le Darjeeling, c'est tout le talent du créateur, je pense que je me l'offrirai bientôt, on aura tout vu...  ; Quiétude et Darjeeling, Prospérité et thé noir vanille, là, je n'ai pas aimé, la vanille est trop présente, pour moi c'est écoeurant, je dois dire que je n'appécie pas trop la vanille ; Joie et Thé vert aux fleurs de jasmin, Sérénité et Une autre idée ?, je ne l'ai vraiment pas aimé, c'est à base de Rooibos et définitivement il ne passe pas ! Et aujourd'hui Plaisir qui contient une tisane Jardin d'Alix. Je le savourerai ce soir. J'aime l'idée de découvrir les thés de cette manière, bonheur de retrouver certains thés que je n'avais plus comme le thé vert aux fleurs de jasmin... Ce midi, mon mari m'invite au restaurant, "comme cela le temps passera plus vite", - j'ai eu un coup de fil de mon beau-fils me disant qu'il y a beaucoup de brouillard sur la route du retour, ils ne seront donc pas ici avec 16 ou 17h-, quelle belle idée, merci Doudou. 
Tout est prêt pour célébrer cette belle fête de l'Epiphanie. 
Et les voilà enfin, Papa et Maman ont l'air bien fatigués, plus de 600 km pour arriver jusqu'ici... Par contre, petit Dragon est en pleine forme et espère être le roi mais il se retient de ne pas aller voir à l'intérieur du morceau de galette. C'est son Papa qui a eu la fève, 
MAIS en voyant sa mine déconfite, il a abdiqué en faveur de son fils qui n'a pas voulu du titre de Roi 
mais celui de Prince ! 
Jolie fève en porcelaine... qui va très bien à petit Georges !... 
Le Roi doit choisir sa Reine, entre sa maman et sa Nanny, le choix est fait, Sigmund est sans doute passé par là... 
Puis nous avons droit au compte rendu du séjour à la montagne : ici avec son moniteur de ski de fond, 
et là, sur la piste avec sa maman. Mais il y a eu aussi de la luge avec son papa, la visite d'une fromagerie où il a bu du lait sorti du pis de la vache, et mille autre choses qui ont ravi la curiosité de ce petit garçon heureux de vivre et qui s'intéresse à tout ! Je leur ai proposé de souper ici avec des pâtes fraîches au fromage et au jambon et des litchis comme dessert. Un peu de lecture avec sa Nanny et il est temps de rentrer, demain, c'est la rentrée des classes, il faut reprendre un rythme adéquat. Je pense aussi à mes deux petites-filles qui sont en pleine session d'examen, courage mes chéries, je ne doute pas de votre réussite que nous fêterons bientôt ! Et une pensée toute particulière à deux amies chères : Fanou qui fête son anniversaire aujourd'hui et Fabienne qui le fêtera demain, nous les célèbrerons cela aussi. Ici s'achève ce premier week-end de cette année toute neuve, j'espère que les autres seront pareils...