lundi 5 juin 2017

Vivement demain...

Hier j'ai passé une grande partie de la journée à travailler au jardin, si les fleurs et les plantes souffrent de la chaleur, les herbes dites mauvaises se portent très bien, trop bien ! Heureuse du résultat malgré les courbatures et la fatigue. Aujourd'hui, veille du grand jour, je mets la pédale douce, le temps s'est fort rafraîchi, à peine 15°, j'en connais au moins une qui doit être ravie (= message codé...). Au programme : musique, cuisine et lecture. Avec ma drogue bien sûr. 
Tandis qu'infusent les Belles, direction ma terrasse. Un beau ciel dont les nuages blancs me rappellent ce que j'aimais faire enfant, me coucher dans l'herbe du jardin, admirer ce beau toit très haut en essayant de voir ce que la forme des nuages pouvaient me raconter. J'ai passé l'âge (encore que...) mais j'aime toujours les contempler. 
Dans la tasse, un Phuguri 2016, dans les yeux, la contemplation de ce bouquet aux couleurs harmonieuses et dans les oreilles ces sonates pour flûte et basse continue. Ce CD a été enregistré il y a exactement 32 ans, les 3, 4 et 5 juin 1985. Mes sens s'éveillent et me procurent cette douce sérénité dont j'ai besoin. Je vais à présent rejoindre la cuisine pour m'avancer pour demain. Après le dîner, retour dans mon cocon. Le thé de lecture sera le même Phuguri que ce matin, mais préparé à froid hier avec des fraises qui ont nagé toute la nuit dans ce breuvage dont il a pris un peu de leur couleur. MERCI une fois encore pour cette recette chère Carine, je ne résiste pas à citer une partie de ton mail : "Je trouve fascinant que ces feuilles, cultivées sur les marches du Toît du monde, se marient si harmonieusement avec un fruit si typique de chez nous, semblent établir une communion si intime qui se rit de la géographie, de l'histoire et du reste, ... comme pour nous donner une image de ce que peut être l'ouverture au monde de l'Autre ?" Inutile de te dire que je partage tout à fait ce que tu as écrit... Tout est dit, et bien dit.
J'ai hâte de me plonger dans l'univers de Kawabata, je voulais me procurer
un de ses romans Nuée d'oiseaux blancs, le titre m'inspire, la libraire ne l'a pas en rayon mais me propose une compilation.
Je n'ai encore rien lu de cet auteur mais les intitulés me laissent dubitative, que vais-je découvrir, et surtout vais-je aimer ? En tous cas, je m'accrocherai !
Ossements, Histoire du visage de la morte, que cachent ces titres ? Kawabata a eu une enfance difficile : orphelin de père à 1 an, de mère à 2, élevés par ses grands-parents. Mort de sa grand-mère quelques années plus tard, Et de son grand-père l'année de ses 14 ans, c'est l'enterrement de ce dernier qu'il décrit dans Ossements. En 5 pages... Plus fort encore, le deuxième récit, 1 page 1/2. Il va falloir que j'apprivoise ces écrits, comme les thés japonais.
Dehors, le ciel s'assombrit et le tonnerre gronde, la Nature demande avec insistance que les nuages se vident... Je n'irai pas plus loin aujourd'hui, ce soir ce sera concert et thé dans mon cocon en attendant le jour J... J'aime et j'ai besoin de solitude mais savoir mon mari en souffrance dans cet hôtel si particulier m'empêche d'en profiter vraiment. Il sera en convalescence pendant un certain temps, je vais donc suspendre ce blog mais cela ne m'empêchera pas de continuer à me droguer ! A bientôt... Le plus vite possible !

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonne journée pour ton jour j et bon rétablissement à ton mari. Pleins de pensées positives.
Bizouille Bizouille
Mich

Cathy a dit…

Bonjour Francine

Oh je pensais que le jour pour Xavier était déjà passé... Bon rétablissement, courage
Pleins de bises chargées d'ondes positives

Carine Amery a dit…

Chère Francine,
Bonne convalescence à ton mari.
Prends soin de toi aussi.
Je t'embrasse,
Carine

sugi a dit…

Bonjour Francine
Prompt rétablissement à ton mari! On vous envoie pleins de courages! <3

Belle soirée
Bisous
Sophie et Agnès