samedi 14 novembre 2015

Il n'y a pas de mot...

Comme chaque année depuis 4 ans, je me rends à Paris pendant quelques jours à cette époque, cette fois-ci j’ai cette fois dû reporter ce voyage. J’aime ces rituels et j’étais un peu triste alors cette nuit, je me suis retirée dans mon cocon pour me consoler en infusant un fabuleux Pu Er en gong fu. Aujourd’hui était déjà bien entamé quand je suis allée dormir, détendue, heureuse. Ce matin, c’est toute guillerette que je me suis levée en pensant à ce que j’allais fêter aujourd’hui mais quand je suis entrée dans la salle à manger, le visage de mon mari d’habitude si réjoui m’a fait peur et pour cause, sa première phrase fut "je vois que tu n’es pas au courant de ce qui s’est passé cette nuit à Paris" C’est ainsi que j’ai appris que la barbarie avait envahi la ville lumière… Les premiers mots d’une chanson de Serge Reggiani me sont revenus en mémoire : "Et si c’était une nuit comme on n’en connut pas depuis, depuis cent mille nuits. Nuit de fer, nuit de sang (…)"  Il n’y aura pas de fête aujourd’hui, mais je ne veux pas être scotchée à la télévision, sauf les journaux ce soir, j’en sais bien assez. Pour moi, il y a presque quelque chose de malsain à se repaître de ces horreurs. Par contre, en écoutant de la musique, je boirai ce breuvage de paix à ceux qui n’ont pas vu se lever ce nouveau jour et à tous les blessés en espérant qu’ils s’en sortiront. Je pense à ces familles et aux amis français qui subissent de plein fouet cet acte de barbarie innommable. NON, ils ne gagneront pas, NON, même s’ils font peur sur le coup, ils ne mettront pas les humains à genou. OUI, ces humains resteront debout. Mais personnellement, j’’ai une peur, celle des amalgames, du repli sur soi, de la tentation de désigner des boucs émissaires. Je pense particulièrement à la communauté musulmane qui n’a rien à voir avec ces monstres… En particulier à mes anciennes étudiantes qui en font partie et qui m’ont (nous ont) beaucoup appris, qui sont aujourd’hui de brillantes instits. J’espère que les humains ne répondront donc pas aux barbares avec leurs armes… Je vais en rester là aujourd’hui, les mots sont bien faibles en ce moment mais je veux citer de mémoire une phrase d'espoir de la même chanson de Serge Reggiani : "Jusqu’à ce que les hommes  aient retrouvé l’amour et la fraternité " DIGNITE

3 commentaires:

Vanessa V a dit…

Oui j'ai pensé à toi, à ton séjour dans notre capitale.
Oui nous tiendrons debout mais comme toi j'espère avec discernement.
Et lors de ton prochain séjour, tu passeras à la maison. Nous avons déménagé, nous avons plus grand, je peux maintenant ranger et nettoyer et t'offrir un breuvage avec une belle vue.

Mab a dit…

Merci Francine pour tes mots!
bizzzzzzzzz de paix

Francine a dit…

@ Vanessa: eh oui chère Vanessa, j'ai pensé à toi, lors d'un de mes séjours nous avons partagé des moments forts chez Zen Zoo thesaurus. Et je serais RAVIE de te revoir, un breuvage avec vue me tente... Je te rappelle que tu es toujours la bienvenue ici.

@ Mab.: merci pour les tiens et surtout pour la baiser de paix...

@ vous deux, bonne fin de soirée, bons thés, bises