dimanche 15 février 2009

Un dimanche tout en contrastes

Ce dimanche mon intention était de passer le plus clair de mon temps dans mon salon bleu-thé : le matin à lire quelques poèmes, écouter de la musique et l’après-midi m’entraîner à la pratique de la cérémonie des Lettrés. Un message de ma jeune sœur a changé cela. Déjà hier elle m’envoie un SMS de la Fnac pour me demander si j’ai la BD sur l’histoire du thé. Je n’en ai jamais entendu parler et lui demande donc de me l’acheter. Ce matin, elle me propose de venir me l’apporter en fin de matinée, ma réponse fut évidemment affirmative. Et donc la matinée se passe telle que je l’avais envisagée, je relis certains passages de l’extase du thé en buvant un Bancha Hojicha qui ne demande ni long temps de préparation ni concentration. J’avais choisi ce livre en prévision de l’après-midi pour déjà me mettre dans l’ambiance. (L’extase du thé, Millemont, Moundaren, 2002). Mais ma curiosité a été la plus forte, j’ai voulu lire ce nouveau livre d’autant que, et c’est le monde à l’envers, ma sœur me l’a offert alors que c’était son anniversaire à elle… Ainsi d’ailleurs qu’une jolie théière en verre datant du temps de sa période bleue. Comme thé, j’ai choisi le même que ce matin. Concernant la BD, elle m’a mise en garde, elle me la présente comme criblée de fautes d’orthographe et je voulais savoir ce qui se cachait derrière "criblé". Et ce que j’ai découvert dépasse l’entendement ! Comment est-il possible qu’un auteur et un éditeur laissent passer autant de "coquilles" ? Il y en avait tellement que je ne suis pas certaine de les avoir toutes repérées. Et pourtant cela avait bien commencé, j’ai aimé le contact de cette couverture un peu "moelleuse" qui me rappelait celles en cuir de certains livres anciens. Après avoir caressé celle-ci et passé le doigt sur le titre (argenté) qui me rappelait les dorures des anciens, j’ai lu la quatrième de couverture, j’en ai aimé le texte malgré la première "coquille" : "ICHI GO ICHI E… une fois une rencontre dit-on en japonais, et en esprit avec la nature ; il faut vivre l’instant présent, qui est un cadeau des dieux… comme le thé ! Donné aux hommes afin qu’ils connaissent la pureté, la sérénité, l’harmonie et le respect de toute chose dans la nature. Le thé est d’avantage encore que la boisson la plus consommée sur terre après l’eau : il est plus qu’un art de vie ! Voici 5000 ans, une feuille légère, emportée par la brise d’un soir s’approche doucement…". Je ne m’arrête pas trop sur le mot que j’ai mis en italique et j’ouvre ce livre. Je ne me prononcerai pas sur la qualité des dessins, je n’y connais rien en BD et en technique mais par contre je sais maintenant que "criblé" est un mot bien faible pour parler des fautes d’orthographe ENORMES qui émaillent ce livre, sans parler des erreurs de concordance des temps et d'un style assez sommaire. Je souffre d’être une pauvre unijambiste linguistique et ma consolation est d’avoir un amour fou pour ma langue maternelle, ce que j’ai vu me révolte, ce livre va être mis entre les mains de jeunes (et de moins jeunes) bédéphiles qui vont être confrontés à l’indigence de la langue de l’auteur ! Oui je suis furieuse, non je n’accepte pas ce laisser-aller. J’exagère ? Voyez plutôt : "Ni voyez là ; les personnages et les machineries issuent ; mon appareil près à "s’envoler"; j’en bouillis d’impatience (s’agissant du présent…); je suis on ne peu plus ; accueilles-la ; il repris sa route" ; et moi je vais arrêter ici… et pourtant j’ai encore largement de quoi vous "épater" ! Et si j’étais encore prof, je conseillerais à mes étudiants lors de leur stage en 5e – 6e primaires de donner ce brouillon à leurs élèves pour qu’ils le corrigent puis de l’envoyer à l’auteur et à l’éditeur. Qui sont-ils ? DAVOZ – WILLOW, La fabuleuse histoire du thé, Clair de Lune, 2009. J’envoie ceci et irai me replonger dans l’extase du thé en buvant un Gabaron Cha pour me calmer… La fabuleuse histoire du thé ne méritait pas cela ! Mais mon dernier mot sera MERCI à ma généreuse petite soeur...

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci, Francine et Petite Soeur: je viens d'annuler ma commande de ce livre (en date du 9 janvier et qui devait arriver en avril).
Kris

Jean-Claude a dit…

Chère Francine.

Je suis enchanté par ma petite visite sur votre blog.
Ici, tout est reposant, simple, raffiné, chaleureux et instructif.
Cela me change un peu car il faut bien dire que mon univers thé est, me semble-t-il, bien moins "cool" que le vôtre...
Poussée à l'extême dans l'analytique et, plus ennuyeux, les achats, ma passion pour les thés chinois n'a guère de frontière.

Si vous me le permettez, je viendrai de temps à autre respirer chez vous... La bonne odeur du thé!

Francine a dit…

Bienvenue sur mon blog, Jean-Claude. Un grand merci pour ces qualitifs élogieux et à très vite

Anonyme a dit…

La forme suffisait à rebuter, le fond semble à l'avenant:

http://librairie.critic.over-blog.fr/article-28618324.html

Kris

Francine a dit…

@ Kris: c'est peu de le dire concernant la forme, j'ai rajouté un commentaire sur le lien que tu as cité ainsi qu'un copier - coller de la lettre aux correcteurs dont je n'ai toujours aucune réponse! Et je vais demander à Vanessa d'enlever la pub pour cette BD indigente