samedi 30 septembre 2017

Une fin de mois comme je les aime!

Continue sur ta lancée, c'est ce que je me suis dit ce mercredi 
en voyant l'état de la balustrade mais je ressentais encore les séquelles de la veille après le jardinage, je me suis donc abstenue... Pas pour longtemps ! 
Ce jeudi matin, malgré un ciel menaçant, j'ai décidé de m'y mettre. 
Mais d'abord mes rituels : choisir le thé qui me donnera des forces sans faire battre mon muscle : ce sera le Balasun, fort en théine mais très doux en bouche. 
Tandis que l'eau chante dans la bouilloire, un coup d'oeil sur le charme qui revêt ses couleurs d'automne, beau camaïeu de jaunes... 
Plaisir des sens, émotions et pas que gustatives, ce thé me rappelle une merveilleuse journée à Grandville : http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2017/08/retour-au-paradis-premiere-partie.html, moments hors du temps à jamais gravés dans ma mémoire... Je ne sais pas encore quand, mais c'est certain j'y retournerai ! Je m'attaque à présent à la balustrade, je veux qu'elle redevienne blanche ! 
Et quelques heures plus tard, voilà le travail ! 
Le restaurant est regarni, j'aurais dû repeindre les boiseries mais ce sera pour l'année prochaine. 
Le ciel s'est paré de bleu et blanc, l'après-midi sera douce.
Retour dans mon cocon pour le thé de la récompense : un Daehsan Nokcha
infusé dans ce magnifique set coréen, encore un cadeau de mon généreux donateur, il donne au breuvage des saveurs chaudes, celle de la grande Amitié qui nous lie à jamais... 
Après deux passages, les Belles ont commencé à s'épanouir mais elles n'ont pas encore tout donné. 
La liqueur se teinte légèrement de vert et une douce astringence apparaît à présent. Quand j'ai vu le set pour la première fois, j'ai eu l'impression que le pot de justice était un peu disproportionné, mais dès la première infusion, j'ai compris qu'il n'en était rien, il a juste la bonne taille pour recevoir le contenu de cette théière que je croyais beaucoup plus petite qu'elle n'est. 
Neuf infusions plus tard, les Feuilles se sont pleinement épanouies, elles ont fait tant de bien à mon âme, 
elles vont maintenant enrichir la terre, la boucle est bouclée, je suis bien. Cet après-midi, j'attends ma chère Anne-Marie, elle n'est pas venue les mains vides... 
Ce colis est enfin arrivé de Taiwan, il contient LA théière gravée du Sutra du coeur, celle qui a provoqué chez moi un choc émotionnel quand je l'ai vue pour la première fois lors d'une fabuleuse rencontre le mois dernier :http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2017/08/ichi-go-ichi-he.html, gravée avec le sutra du coeur, j'ai senti qu'elle serait mienne. 
J'attends le Pu Er commandé pour la baptiser. 
J'ai reçu pour mon anniversaire un fabuleux cadeau de ma chère belle-fille, je n'ai pas voulu le découvrir seule, je voulais le partager, et pas avec n'importe qui ! 
C'est en tremblant un peu que j'ouvre le sachet doré, 
une explosion de parfums, à dominante fleurie envahit nos papilles. Avant même d'y goûter, nous sommes déjà au nirvana... 
Les feuilles, d'un beau camaïeu de vert, sont délicatement posées dans la théière. 
Anne-Marie y détecte le parfum capiteux des fleurs blanches 
6g, 80°, quelques secondes plus tard... Emotions gustatives intenses, nous sommes toutes les deux du côté de Pingling! 
Les infusions se suivent, toujours ces parfums fleuris et en bouche, se mêlent maintenant de légères saveurs de fruits, lychee, pêche blanche. 
Nous en sommes à la sixième infusion, les Belles commencent seulement à s'ouvrir, jusqu'où vont-elles nous emmener ? 
Un autre rituel... Merci chère Anne-Marie. 
Jusqu'ici j'avais infusé une théière à la fois, mais le pot de justice peut recevoir deux fois le contenu de cette théière ! 
Nous en sommes à la douzième infusion, Anne-Marie doit malheureusement rejoindre ses pénates mais nous avons déjà pris date pour d'autres moments d'extase... A très vite donc ! Merci pour ces moments hors du temps, nos échanges toujours si riches, nous étions au coeur de l'âme du thé et de l'amitié... 
J'ai du mal à quitter ce lieu empreint d'une atmosphère si particulière, je jette un oeil sur ce petit dépliant qui me fait penser un peu à un parchemin : Monsieur Wei, l'actuel propriétaire, 80 ans, appartient à la quatrième génération de ces cultivateurs de cet exceptionnel Baozhong introduit dans le Whenshan il y a 150 ans. Celui que m'a offert ma chère belle-fille est un thé de concours, le meilleur que nous ayons jamais dégusté. J'ai rempli la petite théière d'eau froide pour voir ce que les Belles offriront après une nuit... 
Ce vendredi matin, le fond de l'air est doux, comme l'est la lumière. Je me suis empressée d'aller goûter le Baozhong froid, je n'en attendais pas grand chose, c'est quand même la treizième infusion, j'avais tort, la liqueur est d'une incroyable douceur, je ne résiste pas, je l'infuse une fois encore à chaud, 
je n'ai pas de mots pour décrire "ce parfum qui se boit", 
MERCI ma chère Hsiaolin, ta générosité envers moi est sans limite... Je te revaudrai cela. 
Un dernier regard sur ces Belles et une infinie reconnaissance envers celles et ceux qui ont veillé sur ce trésor vert, en ont cueilli les feuilles, les ont traitées avec savoir-faire et passion. 
Elles vont maintenant retourner à la terre pour l'enrichir . Zéro déchet donc mais grande richesse... 
Un bon moment avec ma chère Catherine, au programme : thé, un vieux Tie Kwan Yin, papotage, thé, papotage... On se revoit demain, j'ai hâte. 
Après-midi sur ma terrasse, dans la théière, un Hojicha 
Au restaurant, des mésanges, une sitelle aussi mais impossible de les immortaliser, dès que j'allume l'appareil, elles s'envolent, elles aussi semblent vouloir leur droit à l'intimité... Des instants d'éternité. 
Il ne faut cependant pas oublier que l'automne est à la porte, il suffit de regarder le ciel ! Ce samedi, dernier jour du mois sera gourmand, d'abord 4 heures d'atelier culinaire animé par Catherine : ambiance très animée, nous nous sommes régalées, MERCI chère Catherine, à très vite ! Ensuite, chez mon amie Martine, grand-mère d'un petit Thomas de 15 ans, que ses parents ont rejeté parce qu'il est autiste, il faut beaucoup de progrès, il a été déclaré Asperger, il a une incroyable talent en dessin, mais malheureusement, il les déchire de manière très géométrique dont il fait des puzzles. J'aurais voulu immortaliser cette belle journée mais rien n'est parfait, j'ai oublié mon appareil photo. Ainsi s'achève ce mois de septembre dont je ne veux retenir que les bons moments, merci la Vie...
 

2 commentaires:

Carine Amery a dit…

Bonjour ma chère Francine,

J'ai l'eau à la bouche de lire ta dégustation avec Anne-Marie.
Le rayonnement de son sourire est le meilleur gage de l'excellence de l'infusion!

Je ne sais pas ce qu'est le pot de justice.
Veux-tu m'expliquer de quoi il s'agit?

Félicitation: tu récures à la perfection!

Je te souhaite une excellente journée et t'embrasse

Francine a dit…

@ Carine: merci pour tes commentaires! Concernant le Wenshan Baozhong, nous sommes allées toutes les deux à Pinglin, nous avons toutes les deux savouré d'excellents Baozhong, mais celui-ci dépasse tout... Tu n'es pas obligée de me croire sur parole, dès que nous nous reverrons, tu pourra le savourer...

Le pot de justice est en fait le pot de réserve. Plutôt que de verser le contenu dans les petits bols, on verse tout son contenu dans le pot de justice, cela permet à chacun d'avoir exactement la même saveur dans son bol, sinon, le premier servi aura une liqueur plus "légère" tandis que le dernier sera plus concentré

Tu as raison, je mérite une médaille, je déteste récurer!

Belle fin de journée, bons thés et à très vite, bisou