lundi 6 août 2012

Un lundi spécial

Ce matin, c’est un courriel de ma chère Maria qui a décidé de mon emploi du temps de ce lundi.
 Elle y parlait entre autres de ce livre très joliment présenté et magnifiquement illustré : Thé, Rituels et Bienfaits. J’ai décidé de le relire, c’est aussi le ciel incertain qui m’a décidée plutôt que de jouer à la femme d’intérieur. Ce livre passe en revue la plupart des pays producteurs de thé et leur façon spécifique de le préparer. Egalement quelques recettes de cuisine aux thés caractéristiques de chacun des pays.
Je commence par le Japon et accompagne ma lecture d’un thé représentatif du savoir-faire de ce pays : le Yamato Kabuse Sencha de ThéÔdor. Ces belles serviront en cuisine, je vais préparer des cœurs de cabillaud avec une sauce hollandaise dans laquelle je mettrai ces feuilles très tendres.
Pour aborder le chapitre consacré à la Chine, je change de thé et d’ustensile.
 Ce sera ce délicieux Collines d’Or griffé Georges Cannon. Et j’en ai bien besoin pour supporter les « coquilles » que je découvre, tant du point de vue de l’écrit que des photos. L’écrit d’abord : j’apprends que LU YU est un "célèbre moine bouddhiste". NON madame, il a été recueilli par un moine mais n’a jamais voulu en être ! Ce billet de 2010 raconte son histoire : http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2010/03/sur-les-pas-de-lu-yu-premier-maitre-du.html. Il ne faut pas confondre bateau à thé et mer à thé.
 Cette jolie illustration montre une mer à thé. L’auteure l’a intitulée "cérémonie du bateau " il faudra que j’en parle à Nadia, qu’elle mette au programme de l’année prochaine cette fameuse cérémonie dont je n’avais jamais entendu parler jusqu’ici, et je crains de ne pas être la seule…
Toujours dans le même genre : si la description du zhong est correcte, la photo pour l’illustrer présente un set de dégustation, ce qui n’a rien à voir !
Et last but not least, la recette liée au thé chinois se fait avec du ... Gyokuro ! Et voilà que cette photo se met au diapason de l'info, tordue...
J’ai besoin de m’aérer pour digérer ces couleuvres, malheureusement cette promenade digestive sera de courte durée.
 J’attaque maintenant le chapitre consacré à l’Inde.
Avec un thé représentatif, le Makaibari de Magie du Thé. S’il manque la référence au Sikkim (et au Temi dont il est issu…), j’ai apprécié le petit paragraphe consacré aux cueilleuses : "(…) Pour leur rendre hommage, sur les caisses importées en Europe dès le début du printemps, figure le profil de ces cueilleuses tenant dans la main le premier et précieux « pékoe » ou bourgeon de l’année."
 En voilà l’illustration issue du livre de Jane Pettigrew : Le Thé, livre du connaisseur paru en 1997. C’est avec une certaine appréhension que j’aborde maintenant le chapitre consacré à Taiwan. Je préfère lire d’abord et puis me préparer un de ces Oolongs qui ont fait la réputation de la Belle Île.
Et là, c’est le coup de massue ! La seule illustration sensée représentée ces thés, je rêve, il faut bien fourguer un peu de pub pour ces "thés " qui ont disparu depuis, et pour cause ! Je suis furieuse, et je pense à cette phrase d’une fable de la Fontaine : "Si votre ramage ressemble à votre plumage…". L’emballage est effectivement très alléchant, mais le contenu en est très loin ! Quand je pense que cette auteure a eu une boutique de thés, circonstance aggravante… Quand j’ai acheté ce livre, j’avais seulement regardé les images. Je sais maintenant que je ne le lirai jamais jusqu’au bout, je ne supporte pas le manque de rigueur de ceux qui, sous prétexte qu’ils en savent un peu plus que les autres se permettent d’écrire n’importe quoi. Et que dire des éditeurs ? Ce livre va maintenant rejoindre une certaine bande dessinée sur le sujet http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2009/02/un-dimanche-tout-en-contrastes.html  ainsi que le thé pour votre santé http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2010/12/le-meilleur-et-le-pire.html. Heureusement, il en existe bien d’autres ! J’ai passé le reste de l’après-midi avec mon mari étonné de me voir si énervée après avoir passé autant de temps dans mon cocon.
Avant de redescnedre, je me préparer cette tisane détox.
Un dernier regard à cette merveille de la nature, et je vais rejoindre Londres et mon mari pour assister au triomphe des 2 petits poucets belges, les twins Borlée qui sont en finale. Ceci dit, je ne regrette pas de m'être replongée dans ce livre, j'espère chère Maria qu'il t'aura quand même apporté quelques infos...

4 commentaires:

Brigitte DAVIDS a dit…

merci Francine pour tous ces renseignements , bisous
brigitte

Francine a dit…

Et merci à toi pour ta fidéli-thé (je sais, c'est facile...) Bonne soirée, bons thés, biz

charlotte billabongk a dit…

Bonjour,
Les bêtises dans les bouquins qui traitent du thé sont légions! Je trouve cela toujours un peu irritant. Et en effet, je me pose aussi la question: mais à quoi pensent les éditeurs?
Globalement, on a bien du mal, en Occident, à trouver de la littérature théière vraiment sérieuse...
Merci pour cet article, très instructif.

Francine a dit…

@ Charlotte: merci pour ton si gentilcommentaire. Eh oui je confirme: au début de ma passion pour le thé, je n'y connaissais RIEN, j'ai doncacheté tout ce que je trouvais sur ce sujet, j'étais comme une éponge, j'aspirais tout ce que je découvrais avec délice et petit à petit, j'ai constaté des dissonnaces voire des erreurs, je considère cela comme de la malhonnêteté intellectuelle.Sur ce, bonne journée, bons thés