dimanche 31 mars 2013

Comment qualifier cette journée ? Et la suivante ?

Ce samedi matin, j’ai dû quitter la maison sans prendre la moindre goutte de thé pour aller faire une prise de sang. En rentrant, je me suis évidemment rattrapée.
Et pas avec n’importe quoi, ce Hong Yu de chez Zen ZooThésaurus à la saveur mentholée qui en fait un thé à la fois corsé pour réchauffer et curieusement avec les notes rafraîchissantes de la menthe, mais pas que.
En savourant chaque gorgée, je pense aux moments hors du temps passés dans ce petit coin de la Belle Île à Paris : http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2011/11/cette-fois-cest-la-fin.html C’était un de mes incontournables, il ne reste plus aujourd’hui que le restaurant.
Après une deuxième infusion et la fin de cette musique de là-bas, je pense à ces cueilleuses dont le métier est donneuses de bonheur. Le temps passe tout à coup très vite, la sonnette retentit.
En attendant Xavier, elle prend un apéritif maison (mais pas la mienne, il arrache !)
Repas traditionnel, chez Tissens dans une ambiance pas triste comme chaque fois que ces deux-là sont ensemble.
Un dessert pour digérer mais ni thé, ni café. Retour à la maison où une surprise de taille m’attend.
Ma filleule vient fêter … Noël, pas parce qu’elle devient gaga, mais parce qu’elle est spéciale et que c’est pour cela que je l’aime…

Elle ne m’apporte donc pas des œufs mais bien des macarons… "de Paris. " Elle ne connaissait pas encore l’AMMTF (= message codé…)
Et bien sûr SON thé, le Yamato Kabuse Sencha de ThéÔdor.
Si pour le thé, elle n’a aucune hésitation, par contre dans cet écrin, il y a l’embarras du choix.
L’excellence liquide et l’excellence solide vont si bien ensemble... Et comme elle me l’a si bien dit, avec un air bien à elle et parlant des macarons: au moins tu es certaine d’avoir ceux-ci…
C’est elle qui a préparé la deuxième infusion… Pour remplir les bols, Puce, il ne faut pas boucher le haut du couvercle, c’est par là que se fait l’appel d’air…
Ces moments précieux, parsemés de franches rigolades, passent trop vite malheureusement.
L’heure du départ a sonné, déjà. Merci ma Puce pour tout ce que tu es pour moi, j’ai passé un merveilleux Noël… surtout avec les macarons ! Je suis toujours impressionnée par ta "zenitude" et ta façon d’aborder la vie. Je me suis rappelée cette belle phrase trouvée Au Lotus bleu chez Tchang de Chine: Vivre zen, c'est être lucide, trier ce qui passe et ce qui demeure, c'est goûter le bonheur du présent, et, coque de noix dans l'océan de l'Absolu, s’arrimer d'instant en instant à l'éternel." 
Retour en cuisine où j’ai rendez-vous avec un Pu Er scandaleux...
Avec lui, ces muffins ont un parfum de scandale, d’audace et de génie. Pour le goût, j’attends l’avis de mes invités de demain. Ainsi se termine ce samedi de Pâques, deuxième jour d’un week-end magique.
Ce dimanche matin, malgré un ciel tourmenté et peu de lumière, mon cœur est heureux.
 Le premier thé du jour sera donc ce fameux Tumsong griffé ThéÔdor qui vient précisément du Jardin des cœurs heureux qui me procure toujours autant d’émotions gustatives et pas que. Tout en le savourant avec gourmandise, je me rappelle ce proverbe indien : "Fais du bien à ton corps pour que ton âme ait envie d’y rester", je me souviens d’autres émotions de la même force quand j’ai dégusté 2 autres Darjeeling : http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2011/06/voyage-dans-lhimalaya-entre-singbulli.html A ce moment déjà, c’est ce proverbe indien qui m’est venu à l’esprit. Et les motets de Charpentier participent à créer cette atmosphère de détente et de plénitude. L’après-midi sera consacrée en grande partie … aux thés.
Et d’abord cette galette que Sophie a reçue à Taiwan.
Infusé dans les règles, ce Pu Er donne des saveurs typiques de ce thé particulier que les non habitués que sont Sophie et Christophe ont vite fait d’apprivoiser. 
Les muffins au Pu Er scandaleux, très bien assortis à l’autre Pu Er, n’ont bientôt plus été qu’un bon souvenir gustatif…
Après 6 infusions, les belles n’ont pas encore tout donné, je continuerai ce soir. Claude, Hsiaolin et petit Dragon Georges nous avons pensé à vous pendant cette dégustation, bisous à vous trois. Et inutile de vous dire que je décompte les jours !
Thé suivant : dans cette jolie boîte (qui irait très bien dans ma collection) que va-t-on découvrir ?
Des langues de moineaux dont le parfum s’est fortement atténué. Comme Christophe l’a suggéré : quizz : qui reconnaîtra ce thé spécial à l’infusion très pâle et un peu acidulée ?
Voici les feuilles infusées.
Last but not least… cette curiosité
Une infusion de pistils de fleurs, mais lesquelles ?
A la santé d’Emi et d’Alexandre ! Alexandre est mon premier petit-fils, établi en Chine, qui parle chinois après seulement quelques mois, bravo mon "petit" chéri. Emi est sa copine.
On ne sait pas trop ce que l’on boit… mais cela passe.
Ce qui est certain, c’est que ce sont des pistils, mais de quoi ?... Il a aussi été question de canon, mon petit, celui de Sophie qu’elle a qualifié de « gros canon », ce qui a provoqué un vrai fou rire ! (= message codé…). Il est déjà temps de nous quitter, merci à vous deux pour ces partages et la prochaine fois, ce sera un repas entier au thé !
Revenue dans mon cocon ce soir, analyse de cette brique qui ne dégage quasi pas de parfum.
Les feuilles d’un camaïeu, parsemées de tiges plus claires, se coupent facilement.
Les infusions continuent, j’en suis à la 10; la liqueur, toujours aussi brillantes devient plus douces, un peu sucrées même.
Pendant cette succession de passages, je me replonge dans ce beau livre consacré uniquement aux Pu Er.
Je tourne ces pages qui me font rêver.
Peut-être y découvrirai-je sa sœur ou sa cousine…
Sans oublier de vider les bols, ici la 12e infusion qui donne une liqueur dont les notes terreuses font la places à des notes de plus en plus sucrée (miellée ?). 
Treizième passage : l’infusion, toujours bien brillante est devenue plus orangée et les saveurs se sont réellement atténuée, c’est le moment de rendre les feuilles à la terre pour amender le sol dans lequel les pensées ont souffert cet hiver à rallonge.  Merveilleuse fin de week-end qui clôture un mois decmars qui le fut tout autant, surtout les 5 week-end!

1 commentaire:

Eva Kengen a dit…

Pour les fleurs: osmanthus?
Pour le thé, je passe mon tour.
Un beau mois d'avril!
Eva