lundi 31 août 2009

Dégustation de 8 Long Jing, une expérience peu ordinaire

Hier à 15 heures, Fanou et moi nous retrouvons chez Li-Ping et Sanmao, non pas cette fois pour partager un repas dont Sanmao a le secret mais bien pour découvrir l’univers des Long Jing. J’y retrouve avec plaisir 2 autres passionnées : Carine, rencontrée chez Terre de Chine en novembre passé lors d’un autre atelier () ainsi que Brigitte, rencontrée au Rouge-Cloître (). Je voudrais d’abord souligner la remarquable organisation de cet atelier : le matériel bien sûr mais aussi l’illustration de chacun des thés par des photos réalisées sur place. En effet Li-Ping et Sanmao ont visité chacun des jardins d’où sont issus les 8 thés, ils ont choisi de petits producteurs avec qui ils entretiennent des contacts privilégiés d’une année à l’autre. Sanmao nous retrace d’abord la belle histoire de ce thé prestigieux: ce thé est connu depuis plus de 1700 ans, son nom lui est donné sous la dynastie Song quand, en creusant un puits les paysans découvrirent une pierre en forme de dragon (Long Jing = Puits du dragon). A cette époque, il était réservé aux empereurs, il existe encore actuellement 18 théiers de cette époque, appelés d’ailleurs les Théiers de l’Empereur. Il provient de la province du Zhejiang, les plantations d’origine se situent autour de la ville de Hangzhou, sur le lac de l’Ouest. A l’origine, il était cultivé par les moines autour des temples. Mais vu le succès de ce thé, les plantations ont d’abord été étendues à une quarantaine de km de la ville et actuellement à toute la province, ce qui explique le nombre de Long Jing, ici nous n’en avons approché "que" 8. Mais qui dit multiplication des plantations dit aussi qualités très différentes dont certaines franchement médiocres (mélanges, feuilles traitées "à la manière de", mais venant parfois d’autres provinces pour répondre à une demande de plus en plus grande ; et il n’y a malheureusement aucune protection (AOC). Certains petits producteurs, moins attirés par l’argent mais soucieux d’un savoir-faire ancestral, résistent aux pressions (parfois gouvernementales…) Ce sont ceux-là que Li-Ping et Sanmao recherchent et encouragent. Je pourrais encore en dire bien d’autres choses, mais je reviens à la dégustation. Sanmao a infusé les thés dans un set de dégustation classique (3 g de feuilles infusées dans une eau filtrée à 85° pendant 3 minutes) mais nous précise bien que chez soi, le mieux est d’infuser en Zhong ou dans un verre pour les primeurs. Pendant que le thé infuse, nous observons les feuilles sèches pour constater la caractéristique principale de tout Long Jing, la technique de traitement des feuilles, elles sont plates, lisses et droites. Puis nous goûtons chacun de ces 4 premiers thés désignés pour le moment par des numéros.Chacun note ses impressions sur la liqueur mais aussi sur l’odeur et l’aspect des feuilles infusées, et nous découvrons enfin leur nom, le lieu et la date de cueillette. Le Long Jing 43, Mei Jia Wu cueilli le 3 avril. Il s’agit d’un nouveau thé (apparu dans les années 90), qui a la particularité d’arriver à maturité avant les autres et donc d’être cueilli avant LA fête, Qingming (fête de la Pure Lumière). La liqueur laisse apparaître des notes d’algues marines et un arrière-goût légèrement grillé. Le Jiu Keng, aux feuilles d'un vert légèrement fluorescent, cueilli le 17 avril, est un Long Jing organique de Xinchang. Des notes végétales très prononcées mais aussi un goût d’amandes pour des palais très aiguisés, comme ceux de Carine et Fanou, sans oublier Li-Ping et Sanmao. Brigitte et moi, admiratives, écoutons en silence, tout en continuant les dégustations. Le Long Jing Cui Feng, encore un nouveau théier de Xiao Jiang, cueilli le 10 avril. On y voit clairement du duvet sur certaines feuilles.Au niveau du goût, plus sucré et tandis que Fanou y détecte de la canne à sucre, il me fait vaguement penser à du sureau et aussi à un légume, mais lequel ? Et enfin mon préféré, le Bai Cha Long Jing de Xiao Jiang, cueilli le 10 avril. Un goût très particulier d’asperge avec une touche de grillé. Après une petite pause pendant laquelle nous avons eu droit à un Long Jing glacé à la fleur d’osmanthe… Nous passons à la deuxième partie de cet atelier dégustation peu banal, 4 autres Long Jing qui portent pour le moment seulement un numéro. Et tout de suite, ce qui frappe, c’est la différence de couleur et de régularité entre les 5 et 6, et 7 et 8, on comprendra vite pourquoi. Même procédé : observation des feuilles sèches puis dégustation. Et enfin leur nom, ce sont tous des Jiu Keng. Celui-ci est un Long Jing Jui Keng de Mei Jia Wu, de petites feuilles vert foncé irrégulière, ce thé a été traité manuellement. Celui-ci est un Long Jing Jui Keng de Anshan - Xin Chang, également traité à la main. Cet autre Long Jing Jui Keng de Xiao Jiang – Xin Chang. Les feuilles sont plus régulières, un peu plus grandes, vertes, certaines avec du duvet. Les feuilles sont aussi plus régulières et plus grandes, le vert est plus pâle, certaines sont teintées de jaune. La régularité des feuilles de ces 2 derniers thés s’explique, elles ont été traitées à la machine. Tandis que nous dégustons ces 4 derniers thés, plus astringents, Sanmao nous donne des informations sur comment reconnaître physiquement un bon thé : les feuilles sèches doivent être régulières, entières, brillantes et dégager un parfum (parfois "timide"). Les feuilles infusées donnent une indication sur la qualité de la cueillette (distance entre le bourgeon et la première feuille, aspect brûlé de certaines feuilles ainsi que le parfum que celles-ci dégagent). Pour l’infusion, il faut observer la couleur, la transparence, la senteur au niveau du nez, le goût en bouche, la rétrolfaction et la durée de celle-ci. C’est ici que s’est terminée cet après-midi, et c’est légèrement grisée que j’en suis sortie. Encore merci à vous deux pour ces moments intenses, j’attends les suivants avec impatience. Si vous aussi souhaitez vivre cela, je vous invite à visiter le site de ces 2 passionnés, http://lesfeuillesvertes.com/ , vous y découvrirez toutes les activités proposées pour un peu mieux connaître le monde fascinant de ce breuvage.

10 commentaires:

Framboise a dit…

Un rapide coup d'oeil sur ta dégustation des thés Long Jing... Je relirai tranquillement, à tête reposée ce soir.
Tu as dû te régaler en buvant les paroles de Li-Ping et Sanmao, ils savent parler du thé...
J'attends avec impatience ma dégustation de dimanche, ce ne seront pas des Long Jing mais des thés japonais, changement d'horizon.
Plein de choses pour la semaine qui démarre !

Francine a dit…

Me régaler est le mot. Tu ajoutes les échanges et tu es au paradis...

Celina a dit…

Moment merveilleux! ... et les congés de thé sont si beaux.

This is really something to look forward to. I also like your precious posts. Fruit and tea is a harmonious match I think. I´ll try the way you do it sometimes.

Francine a dit…

Thank you for your post Celina, and good luck for tea cooking.

Anonyme a dit…

Je confirme , un régal pour les explications et la dégustation de ces thés .Merci à toi Francine de retranscrire si bien les paroles de Sanmao et de nous faire revivre cette superbe après-midi de partage qui m"apprend tellement ...Brigitte

Francine a dit…

Merci pour ton message, Brigitte. C'est vrai que je prends plaisir à relater ces moments forts mais je suis rarement contente du résultat, certaines choses sont indicibles... Déjà merci pour le CD sur La Route du Thé, et j'espère à très vite!

Framboise a dit…

Francine,
Comment trouves-tu les mots pour parler de ces thés? Ton émotion est même palpable...
1000 merci.

Framboise a dit…

Francine,
Je n'avais pas trop la pêche aujourd'hui, alors j'ai suivi le fil des pages de ton blog jusqu'à glisser un petit message au tout début, en mai 2008.
J'ai un peu mal aux yeux, il y a beaucoup à lire, beaucoup à voir... Un immense bonheur !
Merci et chapeau l'artiste !

Francine a dit…

C'est un plaisir partagé...

Fanou a dit…

Bonjour Francine,

Comme d'habitude tu a su trouver les mots justes et précis pour décrire ce merveilleux après-midi.
Merci de m'avoir permis de faire la connaissance des ces 2 passionnés du thé qui ne demandent qu'à partager, très humblement, leur savoir et leur joie.

A bientôt
Fanou