vendredi 7 août 2009

A propos d'un très vieux plat, d'un poète gastronome et du taro...

Aujourd’hui, je vous emmène en voyage, à Taipei d’abord dans un superbe restaurant où j’ai mangé pour la première fois ce porc très spécial (voir ). De mon voyage à Taipei, j’avais retenu que c'était un plat typique et très recherché, à base de thé la viande est infusée pendant des heures et s'appellerait Po Do Lo, du nom d'un poète fou de ce plat... Je n’étais plus très sûre de ce que j’avais retenu et surtout je trouvais cela un peu court, j’ai donc demandé confirmation à mon amie Ling-ling, elle m’a également donné l’adresse du site de cette "Maison en bois de bambou" http://www.istea.htm.tw/ Mais j’ai voulu en savoir plus et c’est Sanmao qui m’a donné les détails suivants: "Concernant le "Dong Po Rou", c'était une recette de Su Dong Po (1036-1101), fonctionnaire de la ville de Hangzhou à l'époque de Song. Ecrivain, poète, peintre, et aussi passionné de la cuisine. En 1088, il a dirigé les habitants de Hangzhou pour réaménager le Lac de l'Ouest (Xihu), qui était dans un très mauvais état. Pour remercier Su Dong Po, les habitants lui a offert des tas de proc et du vin. Alors il a demandé son cuisiner de couper le porc en moreaux de carré, et les préparer selon une recette de Sichuan, son pays natal, mais adapter le goût de Hangzhou. Après quelques heures de mijoter, il a distribué un morceau de viande à chaque ouvrier. Tout le monde a trouvé que la viande était délicieuse, et donné un mon comme "Dong Po Rou"(Rou=viande). Aujourd'hui, il devient un plat le plus réputé de Hangzhou". Et elle a rajouté : "Je serai ravie d'aller à Hangzhou avec toi, et goûter le meilleur Dong Po Rou et Longjing à côté du lac de Xihu. Quel bonheur!" C’est noté ! Je n’ai pas été étonnée d’apprendre que ce plat était très ancien, je me rappelle avoir lu beaucoup à propos de Confucius, suite à la superbe exposition qui lui a été consacrée pendant l’année de la Chine à Paris. Je recopie ici les infos recueillies : "Qufu, province du Shandong, est le pays natal de Confucius. Dans sa famille, la cuisine jouissait d'une grande réputation pour le raffinement de son art culinaire. Des différences subtiles se remarquaient jusque dans la préparation d'un germe de soja ou d'un filament de jambon. Les recettes servies lors d'un banquet illustraient un travail superbe dont l'art surpassait le simple naturel. Souvent, ses cuisiniers préparaient des mets savoureux avec du poulet, du canard, du pigeon, de la caille, de la viande et des assaisonnements. Les fonctionnaires et les mandarins constituent les piliers du développement de la cuisine chinoise. Parmi eux, il y eut des gens aussi intelligents que travailleurs. En se posant comme créateurs, ils estimaient que la cuisine était non seulement une jouissance matérielle, mais aussi une jouissance spirituelle. Dans le milieu des fonctionnaires, les mets délicieux s'appelaient aussi les "plats cultivés". Pour revenir à ces émotions gustatives dans ce lieu de raffinement, j’avais choisi, avant manger, de m’offrir d’abord un thé et l’hôtesse m’a proposé un Tie Kwan Yin. Déjà quand elle m’a apporté le matériel, j’étais conquise mais elle m’a montré comment le préparer, et là, j’étais positivement éblouie par ses gestes harmonieux et dès la première gorgée, j’étais au paradis ! Plus rien n’existait que de jouir de ce nectar. Mais aussi de profiter de ce que je voyais de ma table… C’est donc un des lieux où je retournerai lors de mon prochain voyage.
Et maintenant quelques détails sur le taro. Pour cela, je vous emmène à Chiufen, un ancien village minier situé dans les montagnes du Nord de Taipei, c’est là que j’en ai mangé pour la première fois comme petit-déjeuner avec mon amie Lingling. Le petit établissement se trouve au tout début d’une ruelle typique qui propose plusieurs dizaines de spécialités culinaires avec dégustations gratuites. De l'apéritif. Au dessert. Là-bas, je me suis contentée de déguster, entre autres, cette chose curieuse dont je n’avais jamais entendu parler. Le taro est également utilisé dans la préparation de ces petits pains sur base de farine de blé + du taro coupe en petits morceaux ou de l'infusion de thé vert. On en mange au petit déjeuner ou quand on a un petit creux. Le taro est une plante vivace dont on consomme la racine. Et à propos de racine, mon gingembre continue à pousser à vue d’œil. Pourquoi ne pas essayer avec le taro ???

2 commentaires:

Celina a dit…

So beautiful chinese food and lively taipei scenes. In my case, the Dong Po Roue gives good memories of home and chinese origin. I can never be more aggreeable with what you´ve written about: the cooking not only a physical enjoyment but also spiritual. It was really awesomely rich to read this post.

Anonyme a dit…

(( chanson écrite dans la forêt du Labrador au Québec))

NOUS FÛMES NOMADES CASSANDRE


nous fumes nomades Cassandre
nous fumes nomades Cassandre

hier j’ai dormi
dans la forêt du labrador
j’ai fais un feu
mais j’avais froid
sans toi dehors

nous fumes nomades Cassandre
Nous fumes nomades Cassandre

hier on m’avait
donne deux sandwichs au poulet
j’aurais aimé les partager
tu me manquais

REFRAIN

tes 19 ans Cassandre

c’etait la vie
avant l’barrage de Manic 5

c’etait l’mont Wright Cassandre
avant l’enfer
d’la mine de fer
en plein hiver

c’était surtout
la jeune femelle caribou
et le vieux mâle encore debout

c’etait surtout
la jeune femelle caribou
et le vieux mâle
vagabond fou

COUPLET 2

vieux mâle au doux regard
celui d’monsieur Bernard

qui s’est battu
pour sauver son chalet du feu
avec son fils
4 nuits sans fermer les yeux

c’est fascinant à voir
un bout d’forêt toute noire

y a des souvenirs de jeune femme
qui s’enflamment au fond de soi
se consumant tout comme
un ancien feu de joie

COUPLET 3

debout je marche la vie
debout je prie la vie

pour que la riviêre de tes rêves
soit aussi belle
que la petite Manicouagan

devant laquelle j’écris
la tendresse de mes cris

parce qu’une nuit
t’as pris l’bateau
qui t’a conduite
de Bécomo à Rimouski

Pierrot
vagabond céleste


Pierrot est l'auteur de l'Île de l'éternité de l'instant présent et des Chansons de Pierrot. Il fut cofondateur de la boîte à chanson Aux deux Pierrots. Il fut aussi l'un des tous premiers chansonniers du Saint-Vincent, dans le Vieux-Montréal. Pierre Rochette, poète, chansonnier et compositeur, est présentement sur la route, quelque part avec sa guitare, entre ici et ailleurs...

www.reveursequitables.com

www.enracontantpierrot.blogspot.com

www.demers.qc.ca
chansons de pierrot
paroles et musique
nous fûmes nomades Cassandre

le vagabond celeste
youtube, simon gauthier conteur


MONSIEUR 2.7K

roman phénoménologique

www.reveursequitables.com, presse, monsieur 2.7k