dimanche 15 juillet 2012

Un dimanche de rêve!

Aujourd’hui, ma journée sera japonaise et studieuse, je voudrais essayer de "percer le secret" de certaines techniques employées pour la fabrication des chawan dont j’avais entendu parlerrler chez Mei dimanche dernier : http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2012/07/une-fabuleuse-apres-midi-de-voyage.html.
 Ils sontsuperbement Illustrés ici sur une des photos envoyées par Cathy.
Pour bien commencer, d’abord créer l’ambiance. Un moment de tristesse en pensant à celui qui ne servira plus. Il repose maintenant en paix dans mon armoire, il n’est pas quastion que je le jette (= message pas du tout codé à ma filleule !) Je choisis évidemment un thé en rapport avec le thème de cette journée : un Matcha de chez Tamayura.
 Ce chawan me touche aussi bien sûr, c’est un cadeau de ma chère Chantal et le Matcha ressort très bien sur ce bleu très foncé. J’ai aussi un petit sourire rétrospectif en le préparant, je me rappelle ma première expérience ! http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2008/05/mon-premier-cha-no-yu.html
 Heureusement que j’ai persévéré…
Après ces moments  tout entière dans le hic et nunc, concentrée sur ces gestes qui transforment la poudre en mousse de jade, me voilà maintenant prête pour l’étude. Elle sera accompagnée d’un Sencha, encore un fond de boîte de chez ThéÔdor. Il est temps que je programme une petite escapade à Paris, cela tombe bien, mon mari se sent mieux.
Je commence par le catalogue de la fabuleuse exposition du Musée Cernuschi. J’avais été bouleversée par ces "poteries", et ressenti des émotions esthétiques très fortes face à ces "simples objets" dont je ne connaissais rien. J’avais l’impression de voir les artistes à l’œuvre tant ces bols me donnaient l’impression d’être vivants. J’ai ressenti la même chose des années après au Musée de la Céramique d’Andenne à tel point que je l’ai visité 2 fois : http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2010/03/encore-des-moments-de-partage-tres.html http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2010/03/musee-de-la-ceramique-dandenne-le.html
Ici, j’ai une pensée particulière pour ma chère Framboise, j’espère qu’elle continue à se soigner et que je pourrai bientôt l’accueillir ici pour fêter sa complète guérison. J’ai toujours cette même émotion en le feuilletant une fois encore.
 Et je trouve aussi ce que je cherche ! J’ai un fou rire en lisant que la technique des poils de lapin se nomme en fait fourrure de lièvre. Je ne m’étais pas arrêtée sur cette forme que je trouvais trop "triangulaire", je préfère de loin les formes rondes que la main peut mieux enveloppées. Ces chawan ronds me font toujours penser à cette citation de Soshitsu Sen : "Je tiens dans les mains un bol de thé : toute la nature se retrouve dans sa couleur verte. Fermant les yeux, je trouve en mon cœur une eau pure et de vertes montagnes. Assis seul, silencieux, buvant le thé, je sens qu’il devient une part de moi-même. Partageant ce bol avec les autres, eux-mêmes font un avec lui et la nature. Que l’on puisse trouver une sérénité intérieure durable en compagnie des autres est le paradoxe de la Voie du Thé" 
Je retrouve ici ce que Cathy m’avait donné dans son commentaire : "(…) malheureusement pour le moment je ne pas te donner de plus ample information (il faudra remettra çà et à quand tu veux !!) Sauf pour le bol vert " Temmoku" nom dérivé de la montagne chinoise Tianmu (province de Zhejiang). Au départ les bols étaient destinés uniquement pour les empereurs et se sont les moines zen, Japonais après avoir étudiés là-bas qui en ont rapporté au Japon et lui ont donné un nom Japonais. Dans la cérémonie de thé Japonaise ce bol a une grande valeur du fait de son histoire pour montrer le "respect" du bol on le met sur un "piédestal" comme tu l'as dit, en bois laqué noir ou couleur naturelle." Le catalogue fait également allusion à ce socle mais il n’est pas illustré.
En le remettant dans la bibliothèque, je tombe sur celui-ci. Peut-être vais-je trouver ces fameux socles ? Malheureusement non malgré d’autres nombreuses informations. Par contre, sur le chawan (page 14): "(…) L’un des objets utilitaires probablement parmi les plus anciens de l’histoire humaine, dans toutes les civilisations du monde. En Asie, il est encore toujours l’unique bien des moines-mendiants. L’expression "transmettre le bol et le bâton" utilisée au Japon pour décrire la transmission de pouvoir de maître à disciple, marque bien l’importance du bol dans la vie quotidienne".
Autre source d’information, magnifiquement illustrée, j’aime le contact de ce grand livre aux pages glacées si douces, et dire que j’ai lu l’autre jour dans le journal que l’avenir des livres-papier est gravement menacé, que d’ici 20 ans, ils auront quasiment disparus, au profit de ces tablettes, quel cauchemar ! J’espère ne jamais connaître cela !
En voyant la table des matières, j’ai des chances de trouver ce que je cherche.
Au chapitre intitulé Historique de la cérémonie du Thé, il est fait allusion à ces Tenmoku "à la couverte en fourrure de lièvre", sauf que l’illustration montre un chawan à couverte en "tache d’huile" (page 20).
Ce chapitre va sans doute m’en dire plus sur ces histoires de "poils de lapin-fourrure de lièvre."
Un superbe exemple de bol Tenmoku illustre le raffinement de cet objet de thé cerclé d’argent. Et l’explication de l’origine du nom et sur cette fameuse technique : "(…) c’est d’un monastère des Monts Tianmu, près de la capitale Hangzhou au Zhejiang, que le moine Dôgen aurait rapporté au début du XIIIe siècle, le premier bol de Jian. Les Japonais ont donné à ces pièces le nom de tenmoku à partir de la prononciation japonaise du nom Tianmu. La beauté de ces bols tient aux effets surprenants de "fourrure de lièvre", plus rarement de "gouttes d’huile" ou de gouttelettes blanches entourées d’un cerne bleuté, provoqués lors dela fusion de la couverte très riche en oxyde de fer, les différents oxydes ne se mélangeant pas. Par ailleurs, la couleur sombre, à reflets chauds des tenmoku met admirablement en valeur la couleur du thé, verte du thé fort (koicha) ou plus blanche du thé léger (usucha)".
Et tout de suite après, "Ces bols, à base étroite et ouverture large, souvent cerclée de métal, étaient posés sur des présentoirs, généralement en laque, parfois incrusté de nacre." Par contre ici, aucune allusion à l’Empereur, il faudra que je demande à Stav., je vais les inviter ici pour un gong fu cha, une cérémonie des lettrés ou les deux. Je dois aussi dire que je suis déçue par ce support trop chargé à mon goût, on ne voit que lui, il ne met pas en valeur le chawan. Mais les goûts et les couleurs…
Il me reste à parcourir LA bible des thés du Japon et de tout ce qui tourne autour pour faire court. J’en ai déjà parlé ici, encore une belle rencontre: http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2011/12/voyage-dans-lautre-pays-des-thes-verts.html  
 Et dans le chapitre intitulé Les objets du chanoyu, se trouve un tenmoku sur son socle, beaucoup plus sobre que le précédent.
J’ai déjà beaucoup appris mais toujours rien sur la technique liée à la pintade, encore un oiseau symbolique dans l’Antiquité et certainement en Chine, mes premiers bols à sentir et à goûter en représentent, j’en ai déjà parlé ici : http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2012/07/tout-arrive.html .
J’ai épuisé mes sources d’information, il va bien falloir que je me résigne à me servir d’Internet. Mais avant cela, je termine la 3e infusion de ce Sencha. C’était un essai, je ne l’ai jamais fait avant, me contentant de deux. Je suis vraiment très heureusement surprise ! La couleur a légèrement foncé mais la saveur est surprenante, plus de notes marines mais bien végétales et … sucrées, un vrai plaisir gustatif. Associé à cette musique envoûtante, je suis sous le charme.
 J’admire ces belles qui ont été si généreuses et avant de les rendre à la terre, j’en grignote quelques-unes, je commence à avoir faim. Je regarde l’heure, il est à ce moment-là 15h45 ! Il faut dire que je suis seule aujourd’hui, père et fille passent la journée ensemble et vont manger au restaurant. Un vrai bonheur que de vivre à son rythme sans penser aux contingences matérielles… Pour rester dans les légumes, je me fais vite une petite salade et me voici prête à continuer mes recherches.
J’ai mis beaucoup moins de zèle à trouver l’info, je déteste lire à la verticale. J’ai quand même bien ri, les premières infos furent médicales!
Et voilà les perdrix qui m’intéressent… mais ce que je lis ne correspond pas à ce que j’ai vu chez Mei !
Dimanche passé, j’avais photographié le fond de ce bol raffiné,  aujourd'hui, l’œil de perdrix vous salue ! J’arrête ici mes recherches, mais pour ceux qui seraient intéressés par des infos plus techniques, c’est ici : http://ceramica.wikia.com/wiki/C%C3%A9ramique_chinoise  Cathy m’a fait parvenir d’autres photos de cette magnifique après-midi de dimanche passé :
 celle avec Mei et LE pinceau qui l’a bien fait rire.
 Et celle-ci qui montre bien l’ambiance de ce partage, merci chère Cathy. A mon tour de les partager.
 Je retourne maintenant en Chine pour achever une autre boîte, celle contenant un reste de Long Jing de la Magie du Thé. Et relire ce livre, rescapé du grenier : Balzac et la petite tailleuse chinoise que j’avais adoré, j’en parlerai plus tard, ce que je veux déjà dire c’est que c’est un des rarissimes livres portés à l’écran qui ne m’a pas déçue, au contraire, j’y ai trouvé une incroyable poésie malgré la dureté du sujet.
 En regardant ces pois de senteur sauvages, je me demande ce qui va en rester après ces pluies torrentielles et quasi discontinues, quelle tristesse ! Mais en compensation, quelle merveilleuse journée de complète liberté… Thé-lecture, thé-musique, et enfin thé, encore et toujours, la vie est belle !

5 commentaires:

María del Sur a dit…

La liberté, quelle merveille, et quelle joie de vous lire Francine pleine d'énergie et de passion pour vos thés et la vie tout court.
Un abrazo de ce Sud,
la guerrière

Thé Tea-Cha a dit…

Bonjour Francine,
Cela me fait plaisir de lire que ton mari va mieux.
Ton billet est fort agréable à lire et riche d'informations.
J'aime beaucoup la photo du matcha dans le chawan bleu foncé, le vert y ressort si bien, si vif!
J'ai vu que tu pensais retourner à Paris. Nous nous organisons également pour passer à Paris cet automne, notamment pour visiter l'expo "Le thé à Guimet - Histoire d’une boisson millénaire" (du 3 octobre 2012 au 7 janvier 2013)... Peut-être même sauterons-nous dans un train pour Paris dès cet été pour voir la famille.
Je te souhaite de passer une merveilleuse semaine.
Ségolène

Francine a dit…

@ Maria: ah la liber-thé, un rêve réalisé ce dimanche... Et Paris se profile à l'horizon, sauf accident de dernière minute, j'y serai du 25 au 29 ou au 30... Abrazo très mouillé du nord

@ Ségolène: je me suis effectivement bien amusée à le rédiger. Je serai évidemment à Paris pour voir cette expo, mais si tout va bien j'y serai déjà à la fin du mois, y chercher le soleil et, à défaut, me consoler en buvant quelque thé! Bonne soirée, bons thés

Cathy a dit…

Bonjour Francine,

Merci à toi pour ce superbe billet avec toutes ces infos....
Dis moi mes yeux ne sont plus ce qu'ils étaient mais as tu déjà recollé ton chawan ? ou en as tu 2qui sont bleu ?
Profite de ton séjour Parisien :)
Je te t'envoie encore un mail
Grosse bise

Francine a dit…

@ Cathy:ne t'inquiète pas pour tes yeux, le chawan est un cadeau de mon amie Chantal, disparue le 27 février dernier, elle était passionnée du Japon et y a vécu 9 ans. Ce chawan ne vient pas de là, il est assez beau, irisé et sauf avec l'emploi du flash, on le croirait noir. Ceci dit, l'autre repose en paix, mais à quelque chose malheur est bon, grâce à un commentaire de Sébastien (Vacuithé), j'ai découvert un blog +++: thé et céramique, son avant-dernier est consacré aux chawan qui ont subi des "dégâts", j'en ferai un billet, tellement je trouve cela beau! Bonne soirée, bisou et à très vite