mardi 2 octobre 2012

D'hier à aujourd'hui ou de l'Enfer au Paradis...

Le mois d’octobre avait très mal commencé, hier a été une journée cauchemardesque que je ne pensais pas oublier de sitôt. Et pourtant, il a suffi d’un coup de fil et du facteur pour que je retrouve mes esprits. Après les paroles rassurantes et si chaleureuses arrivées sur mon GSM,
Je me prépare LE Tumsong, ce Jardin des cœurs heureux griffé ThéÔdor.
Non, je ne suis pas retournée à Paris, j’en ai trouvé chez Cha-Hû-Thé à Louvain-la-Neuve. (http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2012/09/un-festival-des-thes-particulier-celui.html ) Déjà quand j’y étais mercredi dernier j’ai eu un fou rire quand une pensée saugrenue m’a traversé l’esprit : pourquoi aller à Paris si je trouve mon bonheur ici… Saugrenue vous dis-je.
Et un livre. Pas pour le relire mais parce que depuis quelques jours une citation me trotte en tête, c’est dans ce livre que je l’ai trouvée. Je ne sais pas qui est ce docteur mais il a tout compris et à une époque où cette boisson miracle était encore assez confidentielle sous nos latitudes… J’en ai profité pour feuilleter à nouveaux ce livre qui date un peu mais qui m’a beaucoup appris à l’époque.
Puis, j’ai voulu baptiser ces superbes verres achetés également dans cette caverne d'Ali ...Thé qu'est Cha-Hû-Thé. Comme je n’ai plus de Gunpowder, je suis retournée vers On va se revoir, griffé ThéÔdor, qui m’a bluffée alors que j’étais très sceptique. (http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2012/09/ou-il-est-question-de-belles.html J’avais besoin d’une musique ensoleillée, j’ai choisi Patrick Victor, et ces airs si nostalgiques des Seychelles. Mon voyage a été interrompu par mon mari qui m’annonce que le facteur est passé pour moi et que c’est certainement du thé…
 Cela m’a fait descendre… et remonté aussi vite, je sais à quoi je vais consacrer cet après-midi pluvieux mais seulement dehors ! J’aurais besoin d’une grande théière et d’un thé de lecture.
Ce livre est accompagné d’une grande enveloppe dont le contenu m’enchante : un éventail des flaveurs et une très gentille dédicace! J’espère bien qu’on se verra, j’irai à Paris en novembre.
Dès la première page, une autre émotion, merci chère Lydia mais si je pense effectivement avoir l’œil éclairé, les papilles par contre…
 Je connaissais déjà La roue des saveurs qui m’avait impressionnée (http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2012/09/encore-une-journee-de-pur-bonheur.html ) Je veux tout savoir sur cet éventail, connaissant Lydia, c’est un outil à la fois didactique et ludique.
Le Tie Kwan Yin est prêt, je commence la lecture par L’Eventail des flaveurs de thé (pages 44 à 47) et je reconnais bien le souci de Lydia de coller au plus près de l’origine du thé par l’éventail et de le mettre au service de son expertise d’ingénieure agronome.
Et j’ai encore appris ! Je n’avais jamais entendu parler ni rencontré le terme Uchiwa, je sais maintenant qu’il s’agit d’un clan de ninjas dans l’univers des mangas dont le symbole est un éventail! Je n’ai jamais lu de manga, jusqu’ici je croyais que les ninjas étaient des tortues…
Un autre chapitre m’intéresse au plus haut point, même si je reste fidèle à mes incontournables, j’espère y découvrir de nouveaux lieux… et je suis gâtée mais j’en parlerai une autre fois quand je préparerai mon périple parisien.
 Ici, je suis au Nirvana ! Les recettes proposées sortent des sentiers battus, je salive de plus en plus, les émotions gustatives rien qu’en les lisant me donnent envie de les essayer presque toutes, ce sera pour bientôt !
Après une deuxième infusion, je retire les feuilles qui dégagent encore un parfum puissant, ce qui me fait penser qu’elles n’ont pas encore tout donné.
 Je m’apprête à les infuser à nouveau, mais tout excitée par mes découvertes, j’ai heurté cette théière, une de mes préférées… En temps "ordinaire", j’en aurais été malade, cette Simple yet perfect me rappelle un superbe séjour à Vienne où je l’ai achetée, je n’en ai jamais vue ailleurs. (http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2008/09/avant-la-suite-de-lhistoire-des-thires.html 
Mais aujourd’hui, tellement enthousiaste pour ce que je vis, si cet accident m’attriste, j’ai immédiatement une idée pour donner une deuxième vie à cette théière.
 Je voudrais trouver un artisan qui pourrait me la recoller, la peindre et noter cette merveilleuse phrase.
Les couleurs d’automne sont belles sous le soleil qui a fait sa réapparition, pour décompresser, je vais faire un petit tour de jardin.
Retour dans mon cocon, plusieurs recettes découvertes utilisent des thés parfumés. J’en profite pour en choisir un que j’emploie souvent pour mes desserts, c’est Sans complexe, griffé ThéÔdor. Je reviens ainsi à mes premières amours. Contrairement aux ayatollahs du thé, qui souvent d’ailleurs s’autoproclament spécialistes en thé (alors que je n’y vois que de l’intolérance), mais je ne suis pas spécialiste, seulement passionnée…
 Et je continue à dévorer cette mine de … Thé et d’informations inédites et surprenantes.
Les heures passent, je dois maintenant, à regret, fermer cette Bible. Un "petit" (17/12 cm), qui a tout d’un grand ! Ce format de missel permet de l’emporter dans sa poche ou dans son sac, ce que je ne manquerai pas de faire lors de mon périple parisien. Mille mercis chère Lydia pour ce merveilleux cadeau qui m’a fait vivre un après-midi de rêve, je le prolongerai demain.

2 commentaires:

Brigitte DAVIDS a dit…

Bonsoir Francine
Quelle chance , recevoir de si beaux colis !
C'est très triste pour ta belle théière mais je dois dire que le texte est super bien trouvé pour lui donner une "deuxième" vie .

Francine a dit…

@ Brigitte: eh oui, je suis chanceuse. Je dois dire qu'en voyant les morceaux ce midi, j'ai eu un pincement au coeur et j'espère trouver l'artiste qui lui donnera effectivement une deuxième vie avec ce superbe texte. Patience...