dimanche 10 mai 2015

Entre thé, musique, lecture et essais culinaires, un week-end réussi


Ces longs moments passés dans mon salon bleu-thé me manquent, j'en ai besoin. Me retrouver dans ce lieu à l'ambiance si particulière m'est devenu indispensable. Bien sûr, préparer les feuilles peut se faire partout où il y a de l'eau et le matériel adéquat mais si les parfums des infusions sont les mêmes, la saveur, elle... Ce lieu est le seul endroit où, la porte refermée, je peux vivre intensément l'instant, l'esprit libéré des mille choses qui l'encombrent. Ah le poids du quotidien, cette routine qui quand on ne peut s'en éloigner devient vite un fardeau. Je ne me plains pas, je suis une privilégiée, je vis dans un cadre enchanteur, la Nature, elle, reste avec l'énergie qu'elle dégage et le renouveau qui chaque année est là comme un cadeau perpétuel.
Au rez-de-chaussée,
je suis quasi de plein-pied dans ce jardin qui change d'un jour à l'autre pour ne pas dire à chaque instant à cette période de l'année.
Comme ce parterre. Je suis certaine que si je restais assise devant suffisamment longtemps, je verrais pousser les pivoines et les delphiniums.
Ici, les voilà enfin, les bourgeons se sont épanouis et offrent leurs trésors, de belles fleurs lumineuses, je peux rester des heures à les admirer, émerveillée comme si c'était la première fois. Avant même de connaître Hanami, je pratiquais déjà...
En face du parterre des azalées, cet énorme massif de rhododendrons se réveille aussi, des centaines de boutons sont prêts à exploser, vivement dimanche prochain !
S'il fait suffisamment bon pour se promener dehors, le fond de l'air reste frais.
Un bref moment dans mon cocon avec de
Mount Fuji griffé Postcard's. En savourant ce nectar, des souvenirs émus me reviennent, une escapade londonienne en compagnie d'un phénomène... http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2011/10/suite-et-deja-fin-de-cette-escapade.html. On en a parlé la dernière fois qu'on s'est vues, il faudrait passer aux actes maintenant = message pas du tout codé, Paris c'est bien aussi ma Puce ! Une deuxième infusion de ce nectar en pensant à mon copain Bernard, mon dealer... C'est lui qui m'avait réapprovisionnée. Dimanche prochain, je reçois des invités de marque, je me suis donc replongée dans mes bouquins végétariens et j'ai testé de nouvelles recettes pendant tout ce week-end, je n'en parlerai pas encore, je veux leur laisser la surprise.
Par contre, j'ai trouvé ce cocktail sur FB (merci à celui / celle qui a eu cette excellente idée, j'ai essayé de la (le) retrouver pour la (le) citer nommément mais en vain), simplissime à réaliser mais succulent ! Ingrédients : 1 kiwi, 1 pomme, 30g d'épinards frais équeutés, 2 à 3 CS de sirop d'agave, 280 ml d'eau, 1 CC de cannelle, 1 CS de
Matcha.
Peler le kiwi et la pomme, les couper en dés et les mettre dans le blender avec le reste des ingrédients.
Mixer le tout (la touche smoothie donne une plus grande onctuosité). J'y ai rajouté quelques glaçons, ce fut notre apéritif, j'ai adoré mais pas Xavier, je ne le referai donc pas dimanche prochain, déjà que le pauvre devra se "farcir" un repas végétarien... Mais je le referai certainement pour moi, c'est un véritable concentré de vitamines ! Peut-être ne mettrai-je plus de cannelle parce qu'elle était à peine perceptible, je ne l'avais sans doute pas bien dosée. A revoir donc.
Ce matin après le petit-déjeuner un bref passage dans mon cocon. Envie d'un thé blanc, j'ai l'embarras du choix, il s'est arrêté sur le
Ye Shen Be Ya, un thé blanc sauvage du Yunnan griffé Neo-T. Et un peu de nostalgie en écoutant ce CD, cadeau de ma chère Chantal...
La saveur de l'infusion répond harmonieusement au parfum des muguets et aux notes des instruments de musique. Notes gustatives et musicales qui me font penser à cette phrase lue un jour je ne sais plus où :
"Il existe des notes qui s'aiment et engendrent l'harmonie". La saveur douce de la paille fraîche et la délicatesse de ce thé particulier me donnent des frissons, j'aurais aimé prolonger ces moments magiques mais le devoir... Après avoir soigné mon mari, retour en cuisine pour continuer mes essais. J'ai retrouvé l'envie de créer des plats même si j'ai toujours besoin au départ d'une recette surtout pour des produits nouveaux pour moi. Je me rappelle mon dégoût (le mot n'est pas trop fort) quand j'ai découvert l'aspect du tempeh http://la-theiere-nomade.blogspot.be/2014/08/chose-promise.html que j'ai fini par apprivoiser cependant. Il n'en est pas de même pour le seitan par contre : sa texture, son aspect ne m'inspirent pas, je n'ai donc aucune créativité pour le préparer, mais j'espère que ce matin j'y arriverai, j'en ai l'envie c'est un bon début. Mais ce ne sera pas pour aujourd'hui, mon mari est venu aux nouvelles pour le repas de midi et quand il a vu
"ces steaks bizarres" (le seitan), il m'a invitée au restaurant, "c'est un jour particulier"... Même si je pense que ce "jour particulier" était un prétexte, j'ai accepté et pas n'importe où, chez Yannis, et comme son nom l'indique ce n'est pas un chinois, dans ma folle jeunesse j'ai adoré ce pays où j'ai des souvenirs plus que délirants, j'y suis allée 21 fois, même pour des week-ends, à l'époque le billet d'avion à condition de ne pas avoir de bagages-soute ne coûtait quasi rien. J'ai même appris la langue alors qu'après 2 ans d'Humanités gréco-latines, j'ai bifurqué vers les Modernes (je n'ai à vrai dire pas eu le choix mais c'est une autre histoire...), la preuve qu'il y a un temps pour tout et que quand la motivation est là... et pourtant je détestais les langues! Malheureusement, faute de pratique, j'ai quasi tout oublié. Ambiance comme là-bas, et repas surréaliste : moi qui ne bois jamais de vin, j'ai accompagné le mezzé royal pantagruélique d'un verre de retsina ! Il faut savoir que dès que je bois une gorgée de vin, je deviens rouge écarlate, et qu'après un verre je ne sais plus trop qui je suis. Comme c'est moi qui conduis pour le moment, mon mari avait des craintes et a même parlé de prendre un taxi pour rentrer... Mais ce n'est pas tout, après le dessert il avait envie d'un capuccino, "prends un thé si tu veux", j'aime ce genre d'humour, on sait que les Grecs sont de grands amateurs de ce breuvage...
Par contre pour cela ! Voilà avec quoi j'ai terminé ce magnifique repas ensoleillé. Nous sommes rentrés entiers à la maison, et là deuxième surprise :
"tu ne m'inviterais pas à boire un thé sur ta terrasse, d'en haut le jardin doit être tout beau à cette époque".
Je n'en reviens pas mais je m'empresse de préparer un
Daehsen Nokcha griffé ThéÔdor. Je me disais bien qu'il y avait un problème, pour le moment il doit encore porter des verres fumés même à l'intérieur et donc dès qu'il est arrivé sur cette terrasse inondée de soleil, il a fait demi-tour,
après avoir admiré le jardin cependant,
C'est vrai qu'il est de toute beauté, et ce sera bien mieux encore les jours prochains.
Je reste sur la terrasse pour profiter de ce soleil estival et je cherche l'inspiration pour réaménager les jardinières tout en savourant ce nectar, entre Chine et Japon.
Puis retour vers les recettes, sur les cinq testées, deux revisitées sont vraiment très bonnes, la troisième est bonne sans plus ; par contre les deux autres manquent d'équilibre gustatif, il faut que je les retravaille.
Mais pas pour le moment, temps de farniente avant les Saints de glace qui se pointent demain, s'ils pouvaient oublier... J'aime ce dicton très vrai que je peux vérifier aujourd'hui. Moments de méditation aussi face à cette Nature dont je ne peux me passer, elle me ressource, me détend, enchante mes yeux par ses cadeaux qui changent jour après jour, me chatouille le nez par ses parfums subtils. Comment ne pas l'aimer, ce faisant, elle fait tant de bien à mon âme, un vrai havre de paix. J'ai savouré chaque moment de ce beau week-end, toutes ces sensations positives me donneront la force dans les jours moins lumineux, Albert Camus a dit : "
Il n'y a pas de honte à préférer le bonheur», j'adhère, évidemment...

2 commentaires:

Thé Tea-Cha a dit…

Ah! Francine, quel beau jardin ! Comme il doit être agréable d'y boire un thé...

Douce Nuit,
Ségolène

Francine a dit…

@ Ségolène: je ne te le fais pas dire... Vous êtes tous les deux les bienvenus comme tu le sais, j'en serais ravie! Bonne fin de soirée, bons thés