mardi 23 février 2010

Pas un jour sans thé...

Tout d’abord un week-end très famille. Samedi, ma filleule affamée après son coaching de hockey, une de ses nombreuses activités, a d’abord pris une petite collation avec thé évidemment. Puis direction sa pièce préférée, et un délicieux Sencha Ariake (merci aux généreux donateurs : Josiane et Jean-Pierre). Entre Xavier et elle, c’est jamais triste ! Il est ébahi par son futur voyage : Inde, Népal et Tibet. Et dimanche, beaucoup plus calme, c’est ma petite mère que nous recevions, elle s’est mise au thé elle aussi. Et lundi, j'ai continué à tester les échantillons reçus de Fanou, encore un Pu Er. Les feuilles sèches sont superbes, cette palette de bruns m’impressionne, on dirait presque qu’il y a des pointes blanches. Et une odeur assez fruitée, peu commune pour cette sorte de thé. L’infusion (en théière d’un demi-litre) par contre a le goût caractéristique des sous-bois, mais il tient peu en bouche et à la deuxième infusion il a tout donné. Les feuilles, petites, sont très brillantes et ont une couleur plus uniforme. Aujourd’hui, le même thé préparé en Gong Fu, je sens déjà l’odeur d’humus. La couleur de l’infusion est plus acajou mais tout aussi transparente. Ce thé me donne soif, il a l’astringence de certains Darjeeling, pourquoi ? Après 3 infusions, le goût a pratiquement disparu mais j’ai encore plus la gorge sèche, c’est la première fois que je ressens cela avec un Pu Er, je ne comprends pas, quelqu’un a-t-il une explication ? Merci d’avance.

1 commentaire:

En Kopp Zen a dit…

What a nice weekend.

I remember having the same experience with puerh before.

I also can´t explain it & still have to explore this about puerh, but I´m glad you shared this, now I know I´m not alone with the experience.

Your post on the chinese medicine (february 18) was very very great.

/Celina