dimanche 26 février 2012

Jour après jour...

Il est des moments dans la vie qui nous apprennent que l’on peut toucher l’inaccessible, qui nous révèlent ce qu’on ne soupçonnait pas en nous. C’est ce que je découvre depuis près de 15 jours avec émerveillement et beaucoup d’émotions. Ma plus ancienne amie vit ses derniers jours terrestres et va partir comme elle a vécu, en conquérante. Elle n’a plus de famille biologique, elle a beaucoup travaillé à l’étranger, je suis le seul lien qui lui reste en Belgique. Depuis mercredi, je sais que chaque minute est comptée, alors j’ai mis mon quotidien entre parenthèses, mais pas le thé dans lequel je puise ma force et ma sérénité. Et être sereine dans ces moments, ce n’est pas évident, partagée que je suis entre la promesse que je lui ai faite et l’envie égoïste que l’échéance ne soit pas trop proche. Deux de mes petites-filles ont souhaité aller chez Cha Yuan pendant cette semaine de congé, alors, c’est ce que nous avons fait vendredi. En les attendant, j’ai choisi un Pu Er en vrac infusé en gong fu. La première arrivée, Emilie n’avait pas encore goûté ce thé si particulier. Conquise dès la première gorgée, par ce "thé qui réchauffe et qui est moins liquide que les autres." Sa sœur Sarah partage ce plaisir. Arrive maintenant le choix des plats, et celui du thé. Ce sera un Matcha frappé au lait de soja, un vieux classique pour elles. Le cha soba avec des baguettes, c’est tout un art… En attendant le dessert, Mimi se fait les poumons… J’aime ces moments de bavardages, de rires, d’intimité aussi avec des petites-filles qui ont si bien grandi, cela réjoui mon vieux cœur un peu fatigué. Merci mes chéries, vous êtes des trésors. Combat de dragons de papier… Et le dessert, ces perles de dragon précisément qu’elles aiment tant. L’heure tourne, il est bientôt temps de quitter ce lieu chaleureux. Tandis que Sarah va passer son permis de conduire, je rentre avec Emilie. Direction mon salon bleu-thé pour une séance de "tricothé" … sans thé mais avec du Sobacha. Ces heures m’ont vraiment fait du bien, je me suis détendue à leur contact. Hier et aujourd’hui, nous avons préparé la "cérémonie du passage", encore d’autres moments quasi indicibles. En rentrant tantôt, j’ai continué à relire Ressusciter, de Christian Bobin dont j’ai aimé tous les livres, particulièrement celui-ci dont quasi chaque paragraphe est sujet à méditation. "Les visages sont les plaques sensibles des âmes – ce sur quoi, après ce qu’il aura fallu de temps et d’obscurité, elles se révèlent."

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Chere Francine,
Quel beau titre pour ce billet, jour après jour.
Je pense fort a vous.
Maria

Anonyme a dit…

je suis de tout coeur avec toi.
Mich

En Kopp Zen a dit…

Ma sympathie à votre ami. Votre générosité est source d'inspiration .. vous êtes une personne admirable, Francine.
/Celina

Francine a dit…

@ Maria: MERCI pour tes pensées et pour le superbe texte trouvé ce midi

@ Mich: merci, je t'ai sentie très proche. A très vite

@ Celina: merci à toi, je souhaite simplement à ceux que j'aime de vivre une telle Amitié