jeudi 15 novembre 2012

Ce 14 novembre, j'ai une fois encore tutoyé les étoiles...

Particulière, cette journée l’a été à plus d’un titre. D’habitude, j’effectue seule mon périple dans ces lieux que j’aime, des endroits qui, pour la plupart, ont marqué des jalons dans ma voie du thé. Ce ne fut pas le cas aujourd’hui.
Pour me rendre à la gare de l’Est, je traverse ce passage dont un des hauts murs est un vrai jardin suspendu. Une foule immense se massait dans la gare, jamais je n’ai vu autant de navetteurs. Non, ce n’était pas un rassemblement pour une quelconque manifestation, seulement des habitués du RER et de ces pannes incessantes… Je les plains. Dans le métro par contre, une très belle surprise : une artiste qui a déclamé des poèmes de Prévert avec un talent évident, cela m’a beaucoup touchée, j’aurais voulu parler avec elle, mais elle est descendue avant moi, je l’ai seulement remerciée d’avoir partagé ce talent, cette émotion.
En sortant des entrailles de la terre, la vieille dame essaie d’émerger du brouillard, cette brume lui donne une aura particulière qui appelle à la rêverie.
Première étape, LA crèmerie, dont je ne me lasse pas d’admirer ces murs, témoins d’un savoir-faire évident d’artisans du passé.
Je revois Sylvie avec beaucoup de plaisir, j’aime l’entendre parler de ces thés que j’aime. Elle a du travail avec ma commande et celle de mes amies qui se reconnaîtront.
J’hésite entre 2 Yunnan, et j’ai le plaisir de pouvoir goûter celui que je ne connais pas, préparé par laeMaître des lieux.
Déjà les feuilles sèches ont un aspect inhabituels, si elles ont bien le parfum typique des Yunnan, elles sont d’abord traitées comme des Oolongs.
Les feuilles infusées sont impressionnantes,
 mon choix est fait, ce sera le Golden Pearls, j’en reparlerai. quand, rentrée chez moi , je découvrirai toutes ses subtiles saveurs et ce parfum à la fois très Yunnan et très "autre chose".
Deuxième étape, la Maison de la Chine avec celui qui va m’accompagner pendant le reste de cette mémorable journée. Il a accepté de découvrir les univers de thé que j’aime. Cela faisait bien longtemps qui je n’y étais plus retournée, je l’ai choisi parce que le mercredi il y avait un buffet au menu dont je garde des émotions gustatives intenses. La formule a malheureusement été abandonnée et remplacée par des Dim Sum, décrit sur une carte à l’illustration très connotée d’une certaine époque.
 La licorne elle-même aurait été subjuguée par cet appendice spécial, et sans nul doute un peu jalouse...
Autre nouveauté, ces assiettes.
Thés infusés dans des théières en porcelaine blanche.
Il faut que jeunesse se passe…
 Toutes les saveurs subtiles se retrouvent dans ces plats composés de riz et de salades
 ainsi que les 6 sortes de Dim Sum. Desserts sans aucun intérêt, ils ne sont pas chinois.
Chez Thés de Chine,
Deux personnes qui comptent beaucoup pour moi, ils ont marqués ma route du thé par leur authenticité, la qualité de leur contact humain et la vraie passion qui les anime.
 Vivien nous suggère la dégustation de deux Oolongs: un Oriental beauty pour Guillaume,
Un Rou Gui pour moi.
Quel bonheur d’entendre 2 spécialistes parler de leur approche du thé et de sa signification profonde.
C’est un moment fort pour moi, émouvant, l’Orient et l’Occident réunis.
Vivien nous propose aussi de découvrir cet Alishan tout récemment arrivé de la Belle Île. Infusé en zhong de porcelaine blanche.
 Et les commentaires de l’expert.
Nous passons maintenant au quai de l’horloge.
Fu de Cha, découverte toute récente pour moi dont je garde un souvenir ému : http://la-theiere-nomade.blogspot.fr/2012/07/comment-terminer-en-beaute-absolue-une.html

Décor épuré, raffiné alliant avec audace le contemporain chic mais sobre
et la tradition de préparation de cette boisson millénaire.
Ici aussi, échange très pointu sur ces objets " inanimés".
Accompagnements traditionnels qui pourraient paraître surprenants
... mais qui se marient très bien avec ces 2 Tie Kwan Yin.
Et j’ai encore appris, si Damien n’a pas remis le couvercle sur les théières, c’est pour éviter que les feuilles ne "cuisent" à cause de la chaleur. renvoyée par la paroi de la théière.
Grande concentration du dégustateur

Les heures passent, les belles ont tout donné. Encore des moments d’échanges vrais sur cette boisson qui nous réunit aujourd’hui. Et qui nous unit depuis plus de 8 ans.
L’année dernière à cette date précise, j’avais été invitée dans ce lieu au nom mythique (http://la-theiere-nomade.blogspot.fr/2011/11/je-nai-pas-de-mots-assez-forts.html ). J’ai voulu rendre l’invitation, j'y tenais absolument.
 Raffinement
des plats.
Présentation sobre
ou plus artistique.
Un seul bémol mais de taille: le thé, incompréhensible dans ce lieu. Par contre, nous avons été émerveillés par le  tout jeune homme qui nous a servi à table qui parlait des plats non pas comme un robot qui récite sa leçon mais comme quelqu'un qui se l'est réapproprié et les fait vivre en nous mettant l'eau à la bouche.
Que dire de plus?
Fou rire en découvrant le contenant de la glace. Il ne manquait plus que la petite spatule en bois...
C’est ici que s’est terminée cette journée riche d’échanges alternant des moments de rires, de fous rires mais aussi des moments plus graves sur notre philosophie de la vie. Merci cher Guillaume de m’avoir consacré tant de ton précieux temps, c’est un magnifique cadeau. Je te revaudrai cela.Une fois encore je constate que Les gens du thé sont une même famille.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Magnifique et j'en ai l'eau à la bouche. Bizouille Mich

Cathy a dit…

Superbe billet ! Moi aussi j'ai l'eau à la bouche ;) Que d'émotions....

Biz
Cathy

BrigitteD a dit…

Quelle chance tu as ! Oui les étoiles sont dans tes yeux et dans ton récit , merci ++
bisous

Mab a dit…

Magnifique!
Bizzzzzz étoilées

Vanessa a dit…

Oh oui je reconnais cette dame, rencontrée sans toi cette fois-ci, avec qui j'ai beaucoup parlé du Toupet de légumes.

Francine a dit…

Merci pour vos jolis mots ils me touchent vraiment.
A Vanessa, tu en as du toupet... MDR.