jeudi 21 avril 2011

Je n'ai pas pu y résister...

J’ai décidé de vider mes boîtes et d’achever mes "vieux" thés verts pour faire la place aux nouveaux, très prochainement. Ce matin avant d’aller faire les courses je choisis un Lü Zhen, un thé tout simple, facile à préparer. Puis direction Waterloo et Braine-l’Alleud pour remplir le frigidaire. Je vais aussi chercher les tisanes que j’ai commandées et j’étais bien décidée à ne faire que cela. Mais je n’ai pas pu résister au Lotus bleu et à ce qu’on y sert… En attendant le thé choisi, je regarde de tous côtés à l’affut de nouvelles découverts, et je suis servie : "Vivre zen, c’est être lucide, trier ce qui passe et ce qui demeure, c’est goûter le bonheur du présent et, coque de noix dans l’océan de l’Absolu, s’arrimer d’instant en instant à l’éternel." Cette phrase me parle vraiment, chaque mot incite à la méditation.Monsieur Tchang m’apporte bientôt le bonheur sur un plateau. J’ai choisi cette fois un Gao Shan à 40% de fermentation. Emotion gustative intense, le parfum s’échappe de la théière, qu’est-ce que cela va donner dans la tasse… Immédiatement après la première gorgée, une palette aromatique impressionnante, mais je n’en perçois que quelques-unes : du beurre frais avec une pointe de vanille. Mais aussi des fruits cuits. Et en humant les feuilles après la première infusion, parfum à la fois boisé et fruité.Et j’ai eu soudain envie de perles de longévité, qui se marient très bien avec ce breuvage à la chaude couleur or.Ce sont des petites boulettes de riz fondant légèrement sucrées fourrées de sésame. La troisième infusion est légèrement plus pâle et les aromes sont maintenant plus subtils. C’est à regret que je quitte ce lieu dont se dégage une si grande sérénité. Cet après-midi, je continue à vider mes boîtes de thés verts. Ce sera ce qui me reste du Bai Yun Wu, un thé grand thé cultivé en montagne. C’est certainement un des thés que je renouvellerai, l’infusion est très fraîche, à la fois ronde et douce avec une saveur végétale et un arrière-goût sucré. Et aucune amertume malgré un surdosage voulu. La deuxième infusion est semblable à la première avec cependant une saveur supplémentaire que je ne parviens pas à définir. La troisième infusion par contre a plus évolué, elle reste assez suave mais je perçois maintenant comme un arrière-goût de torréfaction. Les feuilles infusées présentent un camaïeu de verts mais aussi certaines feuilles dont les bords sont ourlés de brun. En les regardant de plus près, on aperçoit les différentes formes et longueurs de ces feuilles qui vont me manquer… Et je me répète avec émotion cette belle phrase sur le zen, j’ai vécu avec intensité ce bonheur indicible de l’instant.

2 commentaires:

Julien ÉLIE a dit…

J’ai décidé de vider mes boîtes et d’achever mes "vieux" thés verts pour faire la place aux nouveaux, très prochainement.

Une question que je me pose à ce sujet : vu le nombre impressionnant de thés que tu présentes et de sachets complets en photo, comment arrives-tu à tout boire ?

Une dizaine de personnes chez toi avec une grande consommation de thé ? :-) ou alors beaucoup de dons ?

Francine a dit…

J'ai bien ri en te lisant! Je suis une très grande consommatrice, je suis "théolique", je bois du thé du matin au soir (et la nuit j'en rêve). Je reçois aussi pas mal d'amis et quand ce que je sers plait, mes hôtes en reçoivent en souvenir des bons moments...