lundi 12 décembre 2011

Quelle journée! Mais tout finit par un beau voyage

Ce matin, pleine de bonnes résolutions, je décide d'insérer des photos sur Facebook à l'aide du kit ad hoc très bien expliqué envoyé par Claire. C'était sans compter sur mon allergie des machines. J'y ai pourtant mis de la bonne volonté. Premier essai raté, je ne suis pas parvenue à envoyer la moindre photo. Une seule solution, le réconfort avant un nouvel effort: il me fallait un thé à la fois corsé et assez doux, ce sera le Ming Orchidée, saveur caractéristique des Yunnan, mais fleuri et donc plus doux. Les feuilles sèches ne dégagent aucun parfum tandis que les feuilles infusées ont celui de la terre mouillée du Yunnan. Et mon joli crapaud à 3 pattes sensé me porter une triple chance de réussite! http://la-theiere-nomade.blogspot.com/2009/09/retour-vers-le-pu-er.html . Deuxième essai, je parviens à envoyer une photo sur F de B, mais pas à la place que je voulais, pas sur la page "toutes boîtes". Je recommence et toujours le même résultat. J'ai voulu constituer un dossier, je ne sais pas où les photos ont disparu. Un 3e essai aura raison de ma patience (très limitée dans ce domaine). Je n'ai aucune empathie pour cet objet inanimé qui n'a pas d'âme! Comment entrer en communication avec cet engin, toucher des petits carrés noirs ne me procure aucune sensation. Je retourne alors à ce que je sais et j'aime faire. Au moins ces objets inanimés-ci ont une âme... Et que dire du livre! Rien que de le toucher, le sentir procure un bien-être bientôt amplifié par la lecture. J'aborde à présent une partie beaucoup plus technique, mais agréable à lire cependant: comment les théiers sont arrivés au Japon, les cultivars, les différents terroirs, la façon de récolter les feuilles, de les traiter. Très étonnée par l'usage insolite des ventilateurs... ils ne protègent pas de la chaleur mais " lors des saisons froides, pour remuer les masses d'air, afin d'éviter qu'elles ne stagnent et ne causent du tort à la croissance des plants de thé qui redoutent le gel: l'air étant plus chaud à quelques mètres au-dessus du sol, les ventilateurs projettent cet air chaud vers le sol où l'air est plus froid, et réchauffent ainsi les arbustes." (page 98) Trois pages sont consacrées à l'avenir du thé japonais après Fukushima (page 113 à 115). Je suis convaincue par ce que j'ai lu, de toutes manières, j'avais décidé de continuer à boire ces thés que j'ai dû apprivoiser après les avoir rejetés.La boîte est vide à présent, il faudra que je retourne chez Teasmith, le seul endroit à ma connaissance où on trouve du Kuki Hojicha. , Puce, c'est quand tu veux...J'aborde à présent "Les thés japonais qui n'en sont pas..." Comme le sobacha, par exemple. Et je dois corriger une de mes erreurs, je croyais que les pâtes à la farine de sarrasin et matcha (ou un autre thé?) portaient le même nom, ce sont des cha soba... J'en suis maintenant à la septième partie le thé japonais dans tous ses états qui commence par traiter de l'eau, et là "stupeur et tremblement", je lis "tout d'abord quel que soit le type de thé, l'eau doit être préalablement portée à ébullition pendant trois à cinq minutes (...)" je peux comprendre pour les régions où on ne trouve ni eau en bouteille ni filtrée... " Mais également, dans le cas d'une eau minérale, d'extraire le trop-plein d'oxygène qui gêne l'infusion en s'agglutinant sur les feuilles de thé. Enfin cela permet aussi aux feuilles de ne pas flotter et de rester au fond de la théière." Eh bien, moi qui ai redécouvert la subtilité de certains thés japonais depuis que j'ai une bouilloire intelligente... La fin du livre parle de recettes de cuisine, de trucs de grand-mère ainsi qu'un carnet d'adresses, joliment intitulé Voyage sur les routes du thé. Sans oublier un très utile glossaire. Me voici à la fin de cette mine d'or qui m'a fait voyager dans ce Japon dont je me suis méfiée longtemps. Je reprendrai certainement ce "guide", je mets les guillemets parce qu'il est beaucoup plus qu'un simple guide. Merci Valérie pour tout ce que j'ai appris. Ce livre a comblé un vide. J'attends avec impatience le blog!

7 commentaires:

Cathy a dit…

Je pense que pour les photos sur FB c'est réussie,j'ai été voir !!!
Merci de nous donner par petit morceau le contenu du livre car ma patience va être mise à l'épreuve le téléphone de Cha Yuan ( Br.) est sur répondeur !!

Bonne soirée

Anonyme a dit…

Bonsoir Francine!

Juste pour dire qu'il me semble que je bois du Kuki hojicha sans le savoir chaque hiver depuis plusieurs années (!!)
Je le commande sur un site thé vert japonais d'uji (Hibiki an), très sérieux avec de chouettes thés, mais M. Atsushi Yasui l' appelle autrement : houjicha karigane.
Je pense que c'est le même principe puisque ce sont les tiges et non du bancha.Croyez vous que cela fasse une différence du point de vue de la teneur en théine?
Amicales pensées!
Tilotama

Francine a dit…

@ Cathy: merci les photos, oui mais je ne suis décidément pas FB... Si tu veux je téléphone à Jean-Benoît demain ou je lui envoie un mail pour te réserver LE livre. Je ne désespère pas emmener Fanou à Anvers, mais pas avant janvier. Bonne soirée, biz

@ Tilotama: je t'avoue que comme je ne suis pas sensible aux effets de la théine, je n'ai pas fait trop attention aux infos la concernant, ceci dit je sais que le Hojicha ne contient quasi pas de théine, on peut en boire le soir et même en donner aux enfants.Mais je peux me renseigner. Bonne soirée, bons thés

cathy a dit…

Oh merci Francine, si tu pouvais faire celà car aujourd'hui aussi pas moyen de le joindre.

Et profite de cette soirée de fête...

Francine a dit…

@ Cathy: je lui envoie un courriel à l'instant, bonne soirée, biz

Vanessa a dit…

Impressionnant! J'ai toujours des surprises avec les "astuces" pour une infusion de choix mais là, faire bouillir quelques minutes avant...
Il m'a l'air bien complet en effet ce guide. Il me donnerait presque envie.
Question kuki hojicha, je pensais en avoir dans les magasins bio (le thé de 3 ans) http://iam-like-iam.blogspot.com/2009/01/lhiver-est-l.html... mais la qualité, j'ai maintenant un doute.

Tu es sur Facebook maintenant, pas croyable! Plus que moi!

Francine a dit…

@ Vanessa:ce "guide" est en effet une mine d'or avec des aspects surprenants. Pour le kuki hojicha, j'irai voir ton blog et laisserai un message.
Qaunt à Face de Bouc (pour toi, ce serait plutôt Face de Livre) c'est ma filleule qui me l'a installé avant son tour du monde, elle préférait m'écrire par ce biais, mais en fait je déteste ce média (médium?), c'est une sorte de toutes boîtes, j'étais sur le point de le liquider quand une de mes amies m'a envoyé un mail disant qu'on parlait beaucoup d'une boutique du nom de ThéOdor en me demandant si je connaissais! te rappelles-tu cette superbe rencontre dans cette crèmerie?