mardi 21 décembre 2010

C'est le premier jour de l'hiver... mais pour moi, c'est déjà Noël!

Je me suis levée du pied gauche ce matin, envie de rester sous ma couette en ce premier jour de l’hiver, il faut dire que je dois aller faire des courses ; puis j’ai ri toute seule : une phrase m’a traversé l’esprit encore embrumé : ouf, l’automne est passé ; et comme il ressemblait à l’hiver, j’espère que lui ressemblera au printemps… on peut rêver ! Après un petit-déjeuner avec mon mari, je m’apprête à faire la corvée courses quand on sonne. Mon mari va au parlophone, c’était un revenant… le facteur, on ne l’avait plus vu depuis jeudi ou vendredi passé à cause du verglas. Il est courageux, parce qu’on ne voit pas la différence entre la route et le jardin et qu’il se déplace à mobylette. Il nous dit que c’est assez "casse-gueule" mais il essaye de faire avec. Un colis pour mon mari et pour moi une grande enveloppe blanche ! En voyant le nom de l’expéditeur, j’ai su que ce serait Noël aujourd’hui pour moi ; je remets mes courses et monte dans mon salon. Et là, première surprise : les jacinthes, encore en boutons hier, se sont ouvertes et dégagent une odeur capiteuse et entêtante, j’avais oublié de baisser le chauffage hier soir. Je m’empresse de les mettre sur le palier puis je m’assieds pour ouvrir ce que je tiens fermé depuis trop longtemps. Des tas de cadeaux devant mes yeux émerveillés ! Non, ce n’est pas saint Nicolas, il est parti depuis 15 jours déjà. Ce n’est pas le Père Noël non plus, s’il arrive, il ne sera là que samedi. C’est Julien mon généreux donateur, et il les vaut tous les deux (au moins) ! Mais que choisir ? Je remets tous mes trésors dans leur écrin et une main innocente (la mienne, il n’y en a pas d’autre), c’est un Tuo Sheng 1993, cela promet. Mais je n’ose pas commencer l’infusion tout de suite, le parfum des jacinthes est encore trop présent, j’ouvre donc les 3 fenêtres et vais écrire ma "lettre de reconnaissance à un bienfaiteur !", selon la formule consacrée de mon père… sauf qu’alors on devait remercier pour des cadeaux la plupart sans intérêt ! Quand je reviens il fait assez froid évidemment mais ce n’est pas grave. J'installe mon matériel, je les hume mais ne perçois aucune odeur sur les feuilles sèches. Deux rinçages instantanés et une première infusion de +/- 30’’ en zhong, donnent des feuilles un camaïeu de bruns et olive, mais surtout un parfum très doux qui me fait penser à la cire d’abeille et … aux abricots secs. L’infusion est lumineuse mais je ne retrouve pas ce que j’ai décelé, c’est plus du bois sec et autre chose d’indéfinissable pour moi, je dirais une odeur de grenier. Troisième infusion, le parfum des feuilles évolue, toujours la cire mais aussi des feuilles de sous-bois, la couleur de l’infusion, toujours aussi brillante, tire maintenant sur l’acajou, mon bois préféré. J’en suis maintenant à la cinquième infusion, les feuilles sont superbes mais l’infusion est trop légère, jusqu’ici je me suis fiée à la couleur mais je vais maintenant les minuter. Infusion 6 à 1’30, et là la palette aromatique explose, encore du sous-bois mais aussi du cuir et une saveur sucrée, l’émotion gustative est à son comble, que du bonheur. Il y a certainement d’autres subtiles saveurs mais malheureusement je ne peux les nommer, je me contente de les déguster avec gourmandise. J’en suis maintenant à la huitième infusion, et toujours la même extase. Je dois malheureusement mais très momentanément interrompre ces moments hors du temps, je dois sortir faire les courses, mais je continuerai ce soir, ce thé Julien n’a pas encore tout donné. Merci à toi de m’avoir fait vivre cela, ton beau geste m’a vraiment beaucoup touchée. Et inutile de te dire que j’ai bu à ta santé.

5 commentaires:

Sébastien a dit…

Rhâââ le Tuo n°10 ! J'avais eu la chance tout comme toi de le goûter grâce à Julien, une petite merveille (le Tuo, pas Julien :)
Certainement un des plus grands chocs gustatifs de 2010 en ce qui me concerne. D'ailleurs j'ai fini par craquer et m'en prendre un avant que son prix n'augmente encore...
Si Julien a été aussi généreux avec toi qu'avec moi, j'imagine qu'il te reste encore pas mal d'échantillons somptueux à découvrir. De quoi patienter de la plus belle façon en attendant le dégel !
Bonnes dégustations !

Francine a dit…

Ah, je vois que tu sais de quoi je parle, je vais aller voir sur ton blog ce que tu en as dit, tu es plus doué que moi pour mettre des mots sur les saveurs!
Julien généreux? C'est peu de le dire! Il fait saint Nicolas et Père Noël à lui tout seul... En cela il est aussi merveilleux que son Tuo! Sur ce, je vais continuer mes dégustations, je me demande jusqu'où j'irai...

Sébastien a dit…

En relisant ce que j'en disais, je m'aperçois que je n'ai pas rendu justice au sublime de ce thé et que mon billet était plutôt court... Certaines fois, il y a tellement à dire qu'on finit par se taire et juste apprécier. Déguster. Je crois que c'était le cas pour ce thé là.

Francine a dit…

Je ne suis pas encore allée voir ton blog, mais je suis bien d'accord avec toi, il m'arrive souvent de "simplement" me laisser transporter par ces parfums qui se boivent... Je ferme ceci et vais maintenant te lire

claire a dit…

Bonjour à toi Francine et à toi Sébastien!
Merci pour ce billet qui m'a permis de revisiter le blog Vacuithé!
Bons préparatifs pour les fêtes!