vendredi 10 décembre 2010

Le meilleur et ... le pire

Hier un coup de fil tout à fait inattendu a transformé une partie de journée: un peu (beaucoup) folie avec mon amie Caro, en transit forcé à Bruxelles car bloquée par la neige, son Eurostar a été supprimé. Cette femme d’affaires a enfin quelques heures rien qu’à elle… et à nous ! Après avoir dévalisé des librairies du centre de la capitale, elle arrive ici, chargée comme l’âne de saint Nicolas. Vu mon état, elle m’a offert en clin d’œil ce livre en me disant que "tu l’as certainement mais tu pourras l’offrir". Elle aurait dû rester ici jusqu’à ce matin, mais elle a pu prendre son train hier soir. J’adore ce genre d’imprévu, cela n’a finalement duré que 3 heures, mais on a bien ri !
Ce matin, la maison était entourée de brouillard alors qu’hier, il y avait une belle lumière d’hiver. J’avais le choix entre rester sous la couette ou y retourner après avoir bu de quoi me réchauffer le cœur. Je n’ai fait ni l’un ni l’autre, en cause : http://www.mademoiselle-the.fr/ le nouveau blog de Claire, une passionnée de ce "parfum qui se boit". Je l’ai parcouru avec gourmandise, c’est un blog dont j’aime beaucoup l'esthétique et la conception : les rubriques sont variées et invitent au voyage dans le monde du thé. Il est vivant aussi : vidéo, photos qui défilent. Bref, un très beau bébé qui va grandir très vite je le sens, et dont je suis déjà fan ! Merci Claire et bienvenue dans ce monde si riche et plein de partages. C’est une des photos qui m’a décidée à boire une fois encore du Haicha mais en grande théière cette fois. La boîte qui contient ce thé vient de chez Neo-T, une adorable boutique que j’ai découverte il y a un an avec mon Club (voir ). Et à propos de ce thé curieux, j’en sais maintenant plus grâce à Flo-Nihoncha, je vous renvoie donc à son site, très documenté :
http://sommelier-the-japonais.blogspot.com/2010/06/kama-iri-cha-redecouverte-reevaluation.html
http://sommelier-the-japonais.blogspot.com/2010/09/ureshino-1ere-partie-kama-iri-cha.html Quant à la dégustation d’aujourd’hui, j’ai été heureusement surprise : il donne mieux en grande théière qu’en zhong ou en kiushu, il convient donc bien comme thé de lecture. Et j’en viens donc au livre offert par Caro. Non, je ne l’avais pas, et pour cause… Je l’avais trouvé à Lille, au Furet du Nord (ou à la Fnac, je ne me souviens plus) lors d’une escapade chez Cha Yuan du temps où il n’était pas encore installé à Bruxelles. La file aux caisses était très longue, je l’avais donc feuilleté… et l’avait laissé à la caissière. Non pas parce qu’il était abîmé, mais bien parce que j’avais repéré 2 âneries au sujet de la couleur des thés, je me suis dit que si tout le reste était du même acabit ! J’ai donc raconté cela à Caro qui m’a dit : "cette fois tu le lis en entier pour faire les corrections, comme au bon vieux temps où tu étais responsable des Travaux de Fin d’Etudes, et si c’est trop dur, tu penses à moi, lol". Je m’y suis donc "collée", le résultat a dépassé mes craintes … pourtant je n’ai pas tout lu (et ne suis pas prête à le faire, sauf si ma généreuse donatrice insiste). J’ai bien sûr retrouvé les "perles" concernant les familles de thés. Concernant le thé rouge, je lis page 52 : "(…) Mais ! Les Chinois donnent tout même l’appellation de thé rouge à une sorte de thé extrêmement fermenté, qui subit une ultime étape dite de "postfermentation" qui peut s’étaler sur plusieurs années(…)". Et à la page suivante, concernant le thé semi-fermenté : "Il est également appelé thé rouge en Asie". Une petite dernière ? Page 60 à la rubrique Thé jaune, j’apprends "qu’il appartient à la catégorie des thés verts (…) Il provienne (…)"… Je vous passe les erreurs de style, et les erreurs orthographiques vous en avez un exemple de chaque plus haut. Pour couronner le tout, aucune source citée alors que, à part la production personnelle - très vite repérable - de l’auteure, c’est du recopiage ; la prof que j’ai été appelle cela des erreurs de matière et du plagiat. Bref ce non-livre sur le thé va rejoindre une certaine BD sur l’histoire du thé… J’aurais pu écrire à l’éditeur comme je l’ai fait pour la BD, mais je pense que ce serait peine perdue, j’attends toujours la réponse du premier. Je ne comprends pas comment des éditeurs acceptent des choses pareilles, même s’ils ne peuvent pas tout connaître ils auraient pu voir l’absence de sources, et le comité de lecture aurait pu relever les incorrections, mais peut-être que cela n’a plus d’importance. Heureusement qu’il y avait le thé, le vrai, cette boisson qui m’aide à supporter ce dilettantisme, pour rester (difficilement) correcte.

2 commentaires:

claire a dit…

Merci Francine pour ces encouragements et votre accueil pour la naissance de ce blog de thé! J'y mets tout me coeur et je me régale à faire évoluer Mademoiselle Thé. Je suis aussi le blog de Sommelier en Thé Japonais depuis longtemps. Une perle dans l'univers des thés japonais! (je l'ai mis en Blog de Thé favoris d'ailleurs!)
A bientôt!

Francine a dit…

Ce fut un plaisir, j'attends avec impatience le remplissage des rubriques...