lundi 23 janvier 2012

Aujourd'hui, premier jour de l'année du Dragon, que du bonheur!

Dire que cette journée fut flamboyante est un bel euphémisme… Dès mon réveil, des tas d’images m’ont trotté en tête, aujourd’hui sera consacré à ce nouvel-an lunaire. La première à qui j’ai pensé est LingLing, mon amie taïwanaise qui m’a envoyé cette carte dorée, et les mots qu’elle contient sont des trésors, merci pour cela ma chère Lingling, pour ce fabuleux Dragon d'eau. Et l'eau est la mère du thé...Mon premier thé sera donc taïwanais, ce fameux Long Jing qui reste un mystère pour moi mais dont j’aime la saveur à la fois piquante et légèrement sucrée. J’ai évidemment choisi une théière de circonstance. Tout en savourant chaque gorgée, je pense à tous ceux qui portent ce beau signe, et à deux d’entre eux en particulier, les seuls que je connaisse personnellement d'ailleurs…En observant ces belles feuilles, je pense aussi à Zen Zoo Thésaurus, à la gentillesse de Yu hsin grâce à qui je me retrouve à Taiwan chaque fois que je viens prendre un thé là, et j’y suis rarement seule, le thé partagé n’en a que plus de saveur (http://la-theiere-nomade.blogspot.com/2011/11/cette-fois-cest-la-fin.html). Toute cette journée sera consacrée à la célébration de ce jour particulier pour la plupart des Asiatiques. Et bien sûr ceux de qui j’ai croisé la route, ici en Europe ou là-bas à Taiwan. Vivien est de ceux-là. Ce sera donc maintenant ce Long Men Xiang, un fabuleux thé vert, à la fois tonique et sucré. Je prépare d’abord ce beau matériel qui vient de chez Thés de Chine. Je suis toujours émue parce que ces petits zhongs (adaptés à mes petites mains) me font penser à des dinettes, petite fille, j’adorais préparer des tas de choses pour mes poupées, je n’ai pas beaucoup changé, même si je ne joue plus à la poupée… Dans le zhong préchauffé, ces petites feuilles roulées dégagent déjà un parfum très végétal, cela promet! Et c’est l’explosion des saveurs dès la première infusion. Merci Vivien de nous avoir proposé ce nectar, je dis nous parce que c’est chez Thés de Chine que j’ai rencontré Ségolène et Patrick et que c’est autour de ce thé que nous avons parlé (trop brièvement) de notre passion commune… Les infusions se succèdent, 4 au total et je me demande comment un "vieux" thé vert, cueilli au printemps, peut encore apporter tant de "verdeur"… Je le conserve, sur les conseils de Vivien, dans le bac à légumes du frigidaire, mais je ne peux imaginer ce que donnerait ce thé au lendemain de la cueillette. Merci les cueilleuses, sans vos doigts de fées, jamais je n’aurais ressenti de telles émotions gustatives. Adieu mes belles, je vous rends à la terre. Ce midi, j’invite mon mari dans "notre" restaurant chinois, le Shangri-La du Lac à Genval. A la fin du repas, il me dit qu’il ne m’a pas senti très "présente". C’est vrai, lui ai-je dit, j’étais en Chine près d’un autre lac, je guettais la sortie d’un beau dragon… Dans ces cas-là, il sait qu’il vaut mieux me laisser à mes délires, sauf que ce n’en était pas un, mais qui peut comprendre… Ah, j’oubliais, Shangri-La veut dire paradis en chinois, j’y étais donc. Retour dans mon cocon, où je m’apprête à déguster le Hong Yu découvert chez Zen Zoo Thésaurus grâce à Mademoiselle Thé (http://la-theiere-nomade.blogspot.com/2011/11/vendredi-une-journee-marathon.html ). Je prépare donc mon beau bateau à thé, qui vient de là, et quand je veux ouvrir le paquet, fou rire… ce n’est pas le Jade rouge ! Que s’est-il passé ? Il faut vraiment que je retourne à Paris, cela ne va pas du tout… Je décide alors de changer de décor pour la découverte d’une "vieillerie". Un thé antique, le Lao Cha Wang déniché chez Thés de Chine. Les feuilles sèches, immenses et assez foncées, sentent… le papier d’argent. Attente en musique, inspirée de poèmes du temps de la dynastie Song, jouée sur des instruments traditionnels. Chaque fois que j’infuse un thé que je ne connais pas, je mets Lu Yu à mes côtés, j’aime l’air facétieux de ce Sage. Que vais-je découvrir sous ce champignon particulier ? Première infusion, ce que je goûte me fait penser à des palmiers, ces délicieuses gâteries, mais je suis étonnée, le parfum est plus présent que sa saveur. Je continue les infusions en poussant un peu plus, mais je n’obtiens pas vraiment quelque chose d’extraordinaire. A la dernière infusion, toujours décevante, je me dis que j’aurais dû écouter Vivien, le Sage qui m’avait déconseillé ce thé, ajoutant que ce n’est pas parce que c’est la mode que c’est nécessairement bon. J’en connais une qui me dirait "ça t’apprendra à faire des achats compulsifs" … insolente filleule, c’est bon que "je t’aime sinon je te détesterais". Je ne fais que la citer, elle m’a sorti ça un jour, je suppose que je lui avais fait une remarque, mais j’aime assez la formule… ceci dit, je réessayerai en théière, et si cela ne va toujours pas, il me restera la boîte ! Elles sont quand même belles ces grandes feuilles… Une petite pause maintenant pour regarder LE DVD. Que du bonheur, mais, comme a dit Brigitte hier, c’est trop court ! Autre émotion ici, je me suis souvenue comme si c’était hier qu’Olivier avait eu la grande gentillesse de m’inviter dans sa caverne d’Ali-Baba dans son ancienne implantation. J’ai assisté, fascinée à la préparation d’une quinzaine de thés. Et que dire des dégustations ! Douce nostalgie… Merci cher Olivier pour cette générosité qui te caractérise si bien. Après un souper vivement expédié, je reviens dans mon salon bleu-thé. C’est l’heure d’un Pu Er maintenant. Et pas n’importe lequel. Et ici aussi de beaux souvenirs de rencontres très thé, et ici aussi émotion et nostalgie (http://la-theiere-nomade.blogspot.com/2011/10/comment-exprimer-tant-de-bonheur.html ) Je l’infuse cette fois dans ma théière dragon, cadeau d’une de mes anciennes étudiantes. Au moment où je verse cette précieuse liqueur, ne voilà-t-il pas que ce dragon me tire la langue, pas vite gêné celui-là. Je pensais d’abord vous conter cette superbe histoire de la naissance du dragon, mais l’heure passe, nous sommes bientôt demain, ce sera donc pour plus tard. Mais pour vous mettre en appétit : "Autrefois les dragons n’existaient pas, jusqu’à ce qu’un jour…" Deux infusions plus tard, je vais rendre ces belles feuilles à la terre. Durant toute cette belle journée, j’ai pensé aussi à ma famille du thé, à toutes ces belles rencontres qui ont embelli ma vie, je leur dis merci. Si tous les jours de cette année du Dragon d'Eau ressemblent à aujourd’hui, ce sera une année flamboyante et heureuse, merci la Vie !

5 commentaires:

En Kopp Zen a dit…

Merci,Francine!..images très impressionnantes de dragons... laissez-nous continuer à déguster thé dans cette grande année du dragon! /Celina

Anonyme a dit…

Beau billet Francine, à l'image de votre journée de toute évidence remplie d'émotions, affects et bonnes saveurs. Bonne année du Dragon ! (María)

Francine a dit…

@ Celina: thanks dear Celina, the same for you!

@ Maria: Oh oui, ce fut une journée flamboyante, j'espère que les 387 jours que compte encore cette année du Dragon sera du même acabit... Belle année à toi aussi, infusée des meilleurs thés, avec le Dragon d'eau ce ne devrait pas être insurmontable!

Vanessa a dit…

J'adore ta manière de passer d'un thé à l'autre dans la journée. Je n'ai malheureusement pas cloisonné assez de temps pour faire de belles dégustations différentes... c'est donc une belle dégustation entourée de breuvages plus rapides.
Je note ce thé Long Men Xiang... mmm

Superbe formule d'amour détestation... et mince, j'aurais adoré un peu plus de la naissance du dragon

Francine a dit…

@ Vanessa: merci pour ton message. Patience, tu en sauras bientôt plus sur la naissance du Dragon... Quant aux thés différents... no comment!