samedi 22 août 2015

Une improbable fête du thé




 C'était hier, il est 17h45, je m'apprête à quitter mon havre de paix pour assouvir ma curiosité teintée de beaucoup d'appréhension. C'est dans un cadre grandiose, en pleine nature que se situe Dolce, un de ces hôtels sans âme que je nomme clapier de luxe, mais cela n'engage que moi.   
Je retrouve avec beaucoup de plaisir des têtes connues: Annik, Vincent, Pierre et Zou qui n'en sont pas à leur première fête.
Nous partageons un repas végétarien (of course)
avec deux charmantes journalistes, l'ambiance est chaleureuse, les conversations vont bon train mais je ne vois toujours pas ceux avec qui j'avais rendez-vous.
Mais les voilà, Adeline, sabine
Géraldine et Estelle, oui, oui, Eric, tu es bien entouré !
Retrouvailles joyeuses entre Belges, la minorité du moment. Le repas touche à sa fin, jusqu'ici tout va très bien mais une question me taraude, où va se passer la suite des événements ?
Estelle et moi allons en reconnaissance et la claustrophobe que je suis n'est pas rassurée en voyant cette salle immense d'autant plus que nous devons tirer une carte qui nous indiquera notre place. L'incendie de l'Innovation dans lequel j'ai perdu mon amie me revient en mémoire chaque fois que je dois affronter ces espaces clos...
Tout est prêt,
on verra bien.
L'installation se déroule dans un joyeux brouhaha.
La toute petite communauté indigène
découvre avec joie des écouteurs qui nous permettront de comprendre la langue de la fête.
Elle débute par une danse effrénée de dragons (ou de lions)
au son des tambours traditionnels.
La dégustation peut commencer
après un premier chant très joyeux.
Une scène qui m'a impressionnée : les officiants (eh oui il y a deux jeunes hommes parmi la vingtaine de jeunes filles et le masculin l'emporte encore toujours sur le féminin), les officiants donc s'avancent avec grâce vers les nombreuses théières.
Nos papilles sont en alerte mais les gestes précis et gracieux de cette souriante jeune fille nous aident à patienter.
Les sens en éveil, 
après l'odorat, le goût de ce bel Oolong de montagne
J'ai demandé de quel terroir il est issu.
La réponse est surprenante, "il y a beaucoup de montagnes à Taiwan, c'est difficile à préciser". Et pas question de mettre en cause la traduction, Lionel est un ancien étudiant de l'ISTI dont la réputation n'est plus à faire ! 
Avant même d'y goûter, la couleur du nectar suivant 
et surtout son parfum au passage des porteuses de théières éveille nos sens. 
Quel parfum envoutant provoque-t-il l'hilarité d'Estelle ? Et Géraldine n'en est pas loin non plus. Une pause
et puis à nouveau danse
 Une Beauté oriental 
et à nouveau un chant mélodieux, qui amène cette atmosphère de sérénité. 
Puis un autre Pu Er très rare, issu de théiers sauvages difficilement accessibles.
Pendant la préparation chaque thé est commenté par l'homme en blanc, provoquant parfois des rires dans cette assemblée nombreuse et très calme, presque recueillie. Il nous conseille de ne pas trop en boire pour que nous ne soyons pas pris pour des dérangés mentaux, trop tard, c'est fait... 
Autant la première infusion m'a semblé presque agressive,  celle-ci est très douce, quasi sucrée.
A la tienne, Vincent... Zou et toi êtes particulièrement calmes... 
La petite communauté, 
toujours les mêmes attitudes zen. 
Un passage en Amérique avec Singing in the rain,
et, plus surprenant encore, un twist endiablé ! 
Et Pierre n'est pas le dernier à se déhancher! 
On pourrait croire que l'ambiance endiablée gâcherait la dégustation de ces succulents thés, mais que nenni !
L'assemblée entonne alors des chants harmonieux dans la langue de Lu Yu.
Chacun suit, très concentré, les paroles contenue dans ce petit carnet de chant, je me croirais à une veillée... 
Il est près de 23 heures, ce sera le dernier service. 
Nous avons été gâtés : un Pu Er de célébration de cette fête internationale du thé en Belgique, une petite boîte de chocolat et cet étrange objet, autant de souvenirs d'un événement très particulier.
Il est passé 23h30, la nuit est douce, Sabine et moi rejoignons Anne-la Miraculeuse venue rechercher sa copine. Ce nom lui va bien, sans elle je serais encore là-bas à chercher ma voiture... En relisant mes notes sur ma terrasse par une nuit étoilée, quelques phrases marquantes parmi d'autres : "Ceux qui boivent du thé depuis longtemps paraissent plus jeunes ; Les thés bus ce soir nous feront rajeunir de 3 ans au moins ; Pas dormir est une bonne chose, le thé à la forte énergie nous détend, cela permet de devoir dormir moins longtemps", Et je confirme... Je dresse aussi le bilan de cette soirée, je m'attendais au pire, pour moi boire le thé dans une salle avec 400 personnes était impensable : brouhaha, show, mais rien de tout cela ne s'est passé, bien au contraire. Pendant le service du thé, on très grand calme régnait, atmosphère propice pour savourer la quintescence de ces excellents thés. Et même ce qui pouvait paraître saugrenu comme les dernières danses ne perturbait en rien ces dégustations. De plus, même si on ne parlait pas la même langue, dans les couloirs les sourires en disaient long sur l'atmosphère. Je veux être honnête, un grand point d'interrogation, cette sorte de culte de la personnalité me dérange profondément, j'y suis réellement allergique, secte ou manière très orientale peut-être d'accueillir un maître ? Ce n'est pas ma façon de voir... Mais je veux rester sur le positif de cette soirée, j'ai été ravie de revoir "ma famille du thé", de partager d'excellents thés dans une atmosphère qui convient au thé. Demain, une autre rencontre exceptionnelle que je ne veux absolument pas rater, et pourtant elle  devra me faire sortir de ma campagne pour aller au coeur du cœur de Bruxelles, dans un lieu dont le nom fait rêver : Le cercle des voyageurs. Autre voyage, autres émotions. Merci la Vie !
 

10 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci, Francine, d'affronter tes peurs ET de partager avec nous, qui restons dans le confort de nos foyers, des événements de cette envergure. J'apprécie grandement. K

Tsubo N. a dit…

Bonsoir Francine,
Merci pour ce compte-rendu grâce auquel j'apprends que Ho Tsai-Ping, taïwanais qui recrute par le biais du thé pour la secte dont il est le gourou, débarque en Europe !

Francine a dit…

@ Kris: et merci à toi pour tes mots qui me vont droit au cœur, le thé nous fait nous dépasser...

@ Tsubo: merci aussi pour tes mots, si moi j'ai fait part de mon ressenti par rapport à l'homme en blanc et de mon interrogation, tu sembles être affirmatif, pourrais-tu étayer ton propos?

A vous deux, bonne fin de journée pour Kris, de soirée pour Tsubo

Tsubo N. a dit…

aujourd'hui tout gourou qui se respecte est un gourou 2.0 avec son site : http://www.teataolove.com/index1.php

et des écrits traduits du maître bien sûr : http://www.teataolove.com/websys/modules/tadnews3/index.php

et naturellement, sur http://www.forumdesamateursdethe.fr/viewtopic.php?f=110&t=141&p=20906#p20906 et suivant, dont une petite lecture des écrits du maître : http://www.forumdesamateursdethe.fr/viewtopic.php?f=110&t=141&start=210#p21034

Tsubo N. a dit…

J'oubliais de préciser que l'on peut télécharger les écrits du maître pour se faire sa propre idée dans diverses langues dans le deuxième lien ...

Enfin, sans vouloir polémiquer ou paraitre étroit d'esprit, je prendrais les messages d'Aaron Fisher - ou plutôt Wu De comme il se fait appeler - avec de grosses pincettes même si c'est nettement plus allégé et peut être plus sympathique de prime abord et nettement moins suspect que Ho Tsai-Ping ...

Sur ce, bonne fin soirée ou plutôt bonne nuit en ce qui me concerne !

Anonyme a dit…

Un deuxième homme en blanc...
K

Francine a dit…

@ Tsubo: merci pour ces précisions, je m'en occuperai plus tard. Par contre, ce que j'ai entendu d'Aaron Fisher et encore hier, j'y adhère complètement tant ce qu'il dit est clair et plein de bons sens, et ce qu'il dégage est lumineux. Belle soirée

Tsubo N. a dit…

Je ne dis pas que ce que dit "Maître Wu De" ( c'est ainsi qu'il se fait appeler ) n'est pas éventuellement séduisant, je dis juste qu'il faut voir si ce qui est avancé est juste et plus encore quelles sont les réelles intentions derrières les belles paroles.

par exemple : "Like the Taoists before them, in the Chan tradition the truth of enlightenment cannot be transmitted in words (...)" quand on sait qu'elle est la place ( que ce soit simplement en terme de volume ou encore plus en terme d'importance intellectuelle ) des écrits Taoïstes dans la littérature chinoise et du nombre de volumes ayant pour trait de transmettre justement les rites et principes devant mener sur la voie de l'illumination et quand on sait que le bouddhisme Chan a également produit de multiples écrits ( même s'il se prétend "sans écrit" ), on peut se demander si les études d'anthropologie de Wu De on vraiment été couronnées de succès comme il le prétend ... personnellement, à la vue d'erreurs indignes même d'un étudiant de première année, j'en doute.

Sur son site, on peut vraiment s'interroger sur la véracité de bon nombre de citations ... erreurs de traduction ou pure invention destinée à s'appuyer sur de soi-disantes paroles de grands personnages du thé dont on parle beaucoup mais dont finalement peu de monde à réellement lu les écrits ?

"L'approche intellectuelle n'est pas vraiment compatible avec la pratique et l'Esprit du thé." Si cela résume sa pensée, rien de plus faux à mon sens : l'intellectualisation du thé commence avec Lu Yu ... Sen No Rikyu a laissé de nombreux textes, directement ou par le biais de ses disciples, l'ouvrage d'Okakura Kakuzo est-il autre chose qu'une intellectualisation du thé ? En réalité, cette intellectualisation n'a jamais cessé. Elle est sans fin, même si les interrogations et les formes de cette interrogation changent ...

Pour le personnage de Wu De en lui-même, on peut clairement le considérer comme un disciple de Ho Tsai-Ping qui a trouvé plus lucratif de créer sa propre mouvance, à destination de l'Amérique du Nord tout d'abord ... et qui vise maintenant l'Europe en plus ... bref, la sphère occidentale, dont il connait peut être un peu plus les codes que Ho Tsai-Ping qui ne semble pas avoir compris que l’exubérance dont il fait preuve parait plus suspecte qu'elle ne rassure ... tout le contraire de l'approche de Wu De, non ?

Maintenant, quels sont les vrais buts de Wu De : tout d'abord, mettre en avant ses puerh ... rien de condamnable, c'est l'activité de nombreux vendeurs ... on pourra douter de la réelle rareté de ce qu'il vend puisqu'il en tire une partie de son financement : ignorance ? tromperie sur la marchandise ? Personnellement, je m'en moque ...

Pour les thèmes de l'amour des autres, l'amour de la nature, la peur des dérives du monde contemporain ... bref les thèmes porteurs mis en avant, ils sont séduisants, clairs et pleins de bons sens pour reprendre tes mots ... reste le partage ...

Voilà le vrai but : le partage ... masi pas n'importe lequel : Il est indiqué noir sur blanc : " Donation: at the end of the evening there will be an opportunity to practice giving in the form of donation. " car voilà bien le vrai but : séduire pour attirer les donations pour son "temple" : faire rentrer l'argent car le petit aréopage qui gravite autour de lui ne va pas se contenter de thé ...

Francine a dit…

@ Tsubo: j'ai eu du mal à te lire jusqu'au bout tant je n'ai pas aimé ce ton, bien loin de ce que j'ai ressenti en rencontrant en vrai cet homme qui m'a profondément marquée. Je ne suis pas allée sur son site et ne compte pas y aller, je ne parle pas suffisamment l'anglais mais je peux t'affirmer que ce que m'ont dit mes deux amies qui ont passé pas mal de temps chez lui, est à des années lumière de ce que tu écris, elles l'ont vécu et ce n'est pas le genre à se laisser embobiner. A côté de cela, il y a ceux qui voient le mal partout, tant pis pour eux,les on-dit et les ragots, je laisse cela à ceux qui n'ont rien à dire...

Tsubo N. a dit…

Chère Francine, pour ma part, je laisse chacun juge de ses opinions. Je ne peux cependant pas éluder la responsabilité de l'écrivain et ne peux qu'indiquer des sources solides et indiscutables, que ceux qui le désirent en fasse lecture.

En ce qui concerne ce que j'avance sur le Tao et le Chan, il existe deux ouvrages faciles à se procurer ( Ester Bianchi, Le taoïsme - fondements courants - pratique et Rosella Marangoni, le zen - fondements - courants - pratiques tous deux aux éditions Hazan ) qui permettront, à ceux que cela intéresse, d'avoir accès à des travaux d'universitaires abondamment illustrés et étayés de références tout en étant accessibles à tous, ce qui n’est pas un mince exploit en la matière.

Pour ceux qui voudront lire les textes originaux eux-mêmes, les éditions des Belles Lettres ont lancé en 2010 la collection bilingue "bibliothèque chinoise", présentant à chaque fois le texte original et son édition universitaire / traduction. Il y a déjà 19 volumes parus et il en parait 4 par an dans cette collection. A ce jour, on pourra y lire notamment les écrits de maître Wen ( Livre de la pénétration du mystère ) et les écrits de maître Guan ( Les Quatres traités de l'Art de l'esprit ).

Enfin, pour le reste, entre les livres, la revue Global Tea Hut. Tea & Tao Magazine, la revue The Leaf. Tea & Tao Magazine, les sites respectifs de ces deux publications, le blog, le site du centre, les pages Facebook, le compte twitter, le compte google+, le compte Instagram, les podcats, la chaine Youtube et la page galloree de produits dérivés, chacun y trouvera suffisamment de matières à réflexion.