lundi 22 juin 2009

La fête d'hier côté cuisine

Voici, comme promis, les recettes d’hier, faciles à réaliser, elles demandent seulement d’être préparées la veille pour que les thés puissent "imbiber" les ingrédients. D’abord un mot de la fleur de thon à l’ananas : j’ai simplement fait mariner pendant 3 heures le thon dans de la sauce aigre-douce dans laquelle j’ai ajouté 5 g de thé broyé Toupet de légumes. Le reste est classique : ananas frais (épluché et découpé par mon mari !), et du riz pour rizotto… parce que je n’en avais plus assez d’autre ; on mélange le tout et on moule la préparation. Pour la mousse de saumon prévoir 200g de saumon fumé, 1 ravier de chavroux, 100 g de fromage blanc et 3 g de thé Thalasso, j’en parlé (merci Alexandra et Steph, je vous attends pour vous le faire découvrir). D’habitude, je mélange les fromages et je découpe le saumon en très petits morceaux que j’incorpore à cette préparation pour avoir en bouche 2 types de texture. Ici, j’ai tout mis dans le robot pour obtenir une pâte lisse afin que le thé imbibe bien le tout. Cela a donné un mélange dans lequel on percevait bien un arrière-goût d’algue, la prochaine fois, je mettrai 5 g de ce thé particulier mais ne connaissant pas comment il réagit, je n’ai pas voulu forcer. D’autant que je l’avais testé dans l’eau de cuisson du bulgur et que j’avais trouvé que l’algue était trop présente et ne se marierait pas avec l’ananas. Pour la mousse de jambon : 200 g de jambon blanc coupé en cubes, 150 de fromage blanc, 5 g de thé cocotte broyé (Darjeeling à la tomate et pétales de rose). Je n’ai mis ni herbes ni échalotes pour ne pas "écraser" la saveur du thé, mais j'ai ajouté quelques morceaux de tomates séchées. Ici aussi, on goûtait une saveur particulière mais il a été difficile de dire si c’était lié au thé parce que pour décorer j’ai aussi ajouté des morceaux de tomates séchées, ce que je ne ferai plus la prochaine fois. Pour la mousse de roquefort : 150 g de roquefort, 150 g de fromage blanc, 2 pommes (d’habitude je mets des poires mais j’ai voulu essayer autre chose), ce qui a donné un léger goût acidulé. Et bien sûr, le traditionnel apéritif au thé "Je t’aime" : premier essai, d’habitude je réservais ce thé très parfumé (dominantes noix de coco, amandes) pour les glaces et les madeleines. Mais c’est à refaire, comme contraste avec les zakouskis aux goûts très prononcés. Mais avant cet apéritif, j’ai inauguré un de mes 2 cadeaux, un Jian Ming Bai Cha dont l’aspect des feuilles sèches fait penser à du Bi Lo Chun, il embaume réellement, je perçois comme une odeur de jeunes cosses de petits pois. Et, magie de la photo macro, on voit clairement ici ce que l’œil ne perçoit pas vraiment, ce magnifique duvet blanc dont la plupart des feuilles sont entourées. Et pour ce thé si particulier, j’ai appris une autre façon de l’infuser dans un verre. On en remplit d’abord le tiers avec une eau à 85°. Puis on verse 2.5 g de feuilles. Je pense à ces si adroites cueilleuses dont les doigts de fée permettent une telle finesse. Alors, tout en observant le va-et-vient de ces jeunes belles, on hume le parfum délicat et subtil. Puis, quand les feuilles se sont presque toutes couchées au fond du verre, on le remplit en versant l’eau contre les parois pour ne pas brûler les jeunes danseuses si délicates. Lors de la première infusion (très pâle, comme les 2 autres d'ailleurs), les feuilles commencent à s’ouvrir et on aperçoit bien le type de cueillette : le bourgeon et 1 (ou parfois 2) jeunes feuilles. Quant au goût, on a l’impression de boire du beurre tout frais parfumé aux jeunes pousses d’épinard. A la 2e infusion, elles ont vraiment pris de l’ampleur et la saveur reste très douce, aucune amertume. Quant à la 3e infusion, je l’ai préparée plus de 3 heures après la première, en laissant sur les conseils de mes généreux donateurs de l’eau à hauteur des feuilles. Ici aussi et à ma grande surprise, si la saveur est plus prononcée, l'infusion reste d’une grande douceur ! Les feuilles infusées, maintenant toutes développées sont d’un vert très clair et assez uniforme. Le détail nous en montre la délicatesse. Il est maintenant bien à l’abri dans dans sa boîte qui a pris place dans une alcôve de mon salon bleu-thé. Un grand thé pour un grand geste de ces 2 amoureux du thé qui partagent avec générosité et grande compétence leur passion. Encore merci à vous deux de me faire voyager à travers ce verre de thé.

1 commentaire:

Elodie a dit…

Merci Francine pour toutes ces recettes. L'idée d'un thé apéritif me plait beaucoup.