dimanche 1 novembre 2009

Un dimanche tout en contrastes...

Tout avait pourtant bien commencé : ce matin après avoir dormi près de 10 heures, j’ai ressuscité ! Je m’explique, mercredi a commencé le cauchemar : un nez transformé en fontaine, une pelote de fines épingles encombrait ma gorge et mes yeux devenus sablonneux, piquaient. Sans oublier que je ne toussais pas, j’aboyais ! Mais cela n’est pas trop grave, l’insupportable drame était que je ne goûtais plus rien, et vivre sans thé m’est devenu impossible ! Même quand je l’infusais à des doses excessives, j’avais l’impression de boire de l’eau très colorée et pourtant insipide ! Sylviane m’avait conseillé de boire mes "mochethés" pour avoir quand même l’effet de la théine, le problème, c’est que je n’en ai pas… Ajouter à cela 3 nuits quasi sans sommeil, et vous aurez le tableau complet de l’enfer. Hier, ma filleule m’a apporté une croûte aux fraises mais elle avait seulement le goût de sa gentillesse et pourtant, ô miracle, ce fut le début de ma guérison, merci ma Puce ! Pour fêter ma résurrection, mon gentil mari m’a emmené chez Tissens, notre restaurant préféré au village, spécialisé dans les anguilles au vert (démoniaques !) et les entrecôtes qui fondent dans la bouche. Puis je l’ai abandonné pour me rendre à Bruxelles, évidemment pour une très bonne raison, c’est le premier dimanche du mois et à l’Heure bleue, il se passe toujours quelque chose ! J’étais très heureuse de revoir Monsieur Thé et Madame Bijou, cela faisait un bail. Et j’ai immédiatement repéré le matériel méticuleusement préparé, Olivier m’annonce qu’il proposera 3 Oolongs spéciaux, je suis donc un peu étonnée de voir les théières choisies et malgré ma curiosité je me retiens de poser des questions. En attendant les autres dégustateurs, je fais le tour de la boutique et reste en arrêt devant ce nouveau modèle de Brita. Après les bouilloires intelligentes, voici les carafes intelligentes ! Cela ne pouvait donc que m’intéresser. Leur intelligence se situe dans ce mécanisme particulier, mais je n’en dirai pas plus aujourd’hui, je les baptiserai demain. Olivier nous offre d’abord un thé d’accueil véritablement FABULEUX. Les feuilles sèches sont impressionnantes.L’infusion très pâle est d’une incroyable fraîcheur, les feuilles infusées sont assez pâles également et brillantes. C’est clairement une cueillette impériale, mais de quel thé ? Avez-vous trouvé ? La nuit porte conseil et dès demain vous aurez la réponse, va-t-elle vous surprendre autant que moi ? Nous en reparlerons parce que bien sûr je n’ai pas résisté à la tentation ! Revenons maintenant à l’atelier. Le premier Oolong est un Tit Kom Yum, un Oolong de Chine entre 30 & 40% de fermentation, de consommation courante. 3 temps d’infusion : 2’, 3.30’ et 5’, 7 g dans ½ litre d’eau à 95°. Ensuite, en Gong Fu, 7g, 15 cl d’eau à 95° quelques secondes. Nicole et Laurence ont l’air d’apprécier ! Je comprends maintenant le choix de la théière d’ ½ litre, ce thé est trop âpre en petite théière, mais est agréable à boire quand on débute, il est très facile à préparer. Nous quittons maintenant la Chine, direction l’île de Kyushu pour aller à la rencontre d’un … "Oolong japonais"! C’est un thé tout récent, (il n’a pas 5 ans). Il est légèrement fermenté (10 à 15%), grande teneur de tanins et donc de catéchine. Ici aussi 2 infusions : 3 g dans 15 cl d’eau à 80°, 1’20 & 30’’. Très sceptique pourtant, j’ai été heureusement surprise ! Beaucoup de fraîcheur, assez rond (dû sans doute à la légère fermentation), il avait d’abord un goût d’artichaut puis un très léger arrière-goût de Hojicha. Une curiosité. Vint ensuite la pause gâteries au thé: un premier biscuit au goût russe : mélange Yan Krasnaïa, un vrai délice ! Le deuxième à base de Pu Er, cannelle : un pur bonheur pour nous faire oublier la pluie qui tombe avec rage. Je ne savais pas à ce moment que je vivrais un cauchemar à cause d’elle… La recette de ces 2 petites merveilles sera la semaine prochaine sur le site de l’Heure bleue : http://www.lheurebleue.net/ . Vous y trouverez des tas de nouvelles choses, cela faisait très longtemps que je ne l’avais pas visité, j’ai été très heureusement surprise. Puis vint le 3e surprenant thé : un Singbully Oolong, dont le parfum explose déjà. Vues de près, les feuilles, comme un camaïeu de bruns beige sont très belles, vais-je être heureusement surprise, j’aime particulièrement ce jardin… C’est un thé oxydé à 40 – 60%, récolté à la mi-juillet 2008. Et toujours cette préparation si méticuleuse : 5 g dans ½ litre d’eau à 85°, 3 temps différents d’infusion : 4’, 6’ et 7’. Olivier réussit ce tour de force de parler de ses thés tout en surveillant très attentivement les différentes infusions, je dis bravo ! Et voilà 2 nouveaux dégustateurs, le père et le fils qui entourent maintenant Laurence, qui semble être au Nirvana… Et voilà le résultat des 3 temps d’infusion, belle couleur cuivrée. Les feuilles infusées ne présentent plus la même palette de couleurs. Quant à moi, je suis déçue par les infusions, ce qui n’est pas le cas de mes compagnons de thé. Mais j’ai une explication : je suis tellement accroc aux Oolongs chinois et taïwanais que je ne peux considérer cela comme un "vrai" Oolong : les chiens ne font pas des chats, le savoir-faire ne se décrète pas… Par contre, je suis ravie de cette belle après-midi, j’ai particulièrement apprécié la façon de faire d’Olivier : pour un même thé, 3 temps d’infusion simultanés, à retenir, cela permet d’introduire un aspect ludique dans la dégustation. Merci pour tout cela. Et c’est sur un petit nuage que je quitte ce lieu, j’ai hâte de partager cela avec mon mari et de lui montrer mes nouvelles acquisitions. Je ne savais pas que je mettrai plus de 2 heures pour faire un trajet de moins d’ ½ heure. La raison, la mort de mon essuie-glace. Et par une pluie battante, c’est assez gênant. J’ai continué à rouler pendant 1 km mais j’ai dû renoncer, même en roulant lentement la visibilité était nulle ! Je me suis donc arrêtée avenue de Tervuren à l’angle de la rue du Bemel, j’ai endossé le superbe gilet jaune obligatoire désormais, mis mon triangle certainement pas à la distance réglementaire (que je ne connais d’ailleurs pas), puis j’ai téléphoné d’abord à ma filleule qui a toujours des idées géniales. Malheureusement pas cette fois, ce qui est assez normal un dimanche soir vers 18 h. Ensuite à mon mari qui s’est occupé de téléphoner à Europ-Assistance (je n’avais évidemment pas ma carte, elle ne m’a jamais servi à rien, je ne sais donc pas où elle est). ¾ d’heure d’attente ! Je m’installe alors à l’intérieur de ma voiture. Et là, j’ai vécu près d’une heure de cauchemar : moi qui n’ai peur de rien sauf des araignées, j’ai cru que ma dernière heure était très proche : à l’endroit où je me trouvais la vitesse autorisée est de 70 km (… sur les panneaux), je voyais donc dans mon rétroviseur les voitures arriver en trombe, coups de frein, suivis de coups de klaxon furieux ! C'est certains, je ne tarderais pas à être emboutie... Et je n’avais pas envie de mourir avant d’avoir testé mes carafes intelligentes et re-goûté ce thé fabuleux … Voilà ce que je me disais, mais je n’en menais vraiment pas large… Je grelottais et transpirais en même temps, l’idéal pour la convalescente que j’étais. Mais ce n’était pas encore mon heure et de plus, je sais maintenant que je ne suis pas cardiaque, sinon j’y serais passé ! Un très aimable dépanneur m’a annoncé que "le moteur de mon essuie-glace est grillé", il a donc mis ma voiture sur sa dépanneuse après m’avoir gentiment installée dans l’habitacle de cet énorme engin. Ma voiture est maintenant au garage et moi bien au chaud ici. Je me suis préparé un Pu Er pour me remettre de mes émotions, tout est bien qui finit bien, je n’ai rien trouvé de mieux que cette banalité pour terminer le compte rendu d’une journée qui ne le fut pas !

5 commentaires:

Sylviane a dit…

Ma pauvre, que d'émotions pour une ressucitée de la grippe H1N1 ??? bon pas besoin de vaccin si c'est le cas.

Je pense bien que tu as dû avoir peur. En Belgique ils roulent tous comme des fous et ne respectent pas les limitations de vitesses même avec un brouillard à couper au couteau. C'est arrivé à ma fille jeudi dernier elle rentrait de Luxembourg vers minuit et sur l'autouroute qui la ramenait vers Arlon il y avait un brouillard effrayant elle m'a dit qu'elle a eu réellement peur cette nuit là.
Et en plus dans un cas comme le tien le temps parait vraiment long, long...
J'ai hâte que nous explique les nouveautés sur la carafe Britta, qu'est-ce que cela peut être ???

Francine a dit…

No comment pour hier... Et je vais de ce pas baptiser ma blanche carafe, l'autre sera pour le living. As-tu trouvé le nom du fabuleux thé? Bonne journée!

sylviane a dit…

non , mais je suis un peu feignantes et je sais que tu finira par nous le dire

Laurence a dit…

Bonjour Francine,

J'ai lu vos aventures, et je suis ravie que vous soyez saine et sauve!
J'ai été ravie de vous rencontrer ce dimanch; cet après-midi en petit comité amateur de thé était vraiment agréable. Cela bien sûr aussi grâce à Olivier et Muriel qui sont des hôtes hors pair, faut-il le préciser? Vivement la recette des biscuits au Pu Er...

A bientôt j'espère,

Laurence

Francine a dit…

Merci Laurence, j'ai moi aussi été ravie de rencontrer "les 2 soeurs", j'espère vous revoir très vite dans ce lieu si accueillant! On peut compter sur madame Bijou et monsieur Thé... A bientôt donc.