lundi 26 janvier 2009

Encore un WE peu ordinaire...

Après un voyage assez long, 4 heures de TGV de Bruxelles à Lyon, un changement de gare (de Part-Dieu à Perrache), une attente de 1h30, un "tof-tof" de banlieue, Lyon à Lamure et enfin un bus de Lamure à Poule-les-Echarmeaux, dans lequel j’ai retrouvé Claudine venue de Paris, le plaisir de revoir Nadia venue nous attendre. LE bonheur de retrouver cet Institut du thé. Et ce matin, la surprise : la neige avait recouvert Poule et, bien au chaud, j’ai même trouvé le paysage bien beau. A partir de 9h30, les élèves commencent à arriver, accueillis à la maison de thé par Nadia, un Oolong délicieuxmais aussi une délicate friandise, des graines de lotus. Cette fois, nous sommes 14, bien plus nombreux qu'en septembre. Puis nous montons dans le Temple pour recevoir l’enseignement de Nadia, aujourd’hui : les vertus du thé (harmonie, respect, silence, sérénité) à travers les 3 grands courants philosophiques : confucianisme, taoïsme, bouddhisme suivi d’une séance de méditation. Après ces moments forts, certains courageux sont sortis faire une promenade apéritive. Inutile de préciser que je n’en étais pas, ce qui m’a donné l’occasion d’écouter Monique raconter son histoire avec le thé. Sa grand-mère, originaire du Nord, venait à Bruxelles dans une maison près de la Grand-Place rien que pour acheter du thé. Cela n’aurait évidemment rien d’exceptionnel sauf que c’était autour des années 1920… J’étais fascinée, presqu’incrédule face à cette anecdote improbable ! La maison existe toujours, c’est La Maison du Thé rue Plattesteen. J’en reparlerai très bientôt, j’ai hâte d’aller raconter l’anecdote à Denis, l’actuel heureux propriétaire de ce lieu, j’ai promis à Monique de lui envoyer des photos du lieu. Après un délicieux repas, nous voilà prêts à (re) découvrir cette cérémonie des lettrés. Je suis très impatiente, je l’ai découverte précisément à Lyon en 2003 lors de ce mémorable festival du thé organisé par Nadia qui avait fait venir ses jeunes élèves de l’Université du thé où elle donnait cours à l’époque. J’avais alors été séduite par la grâce de ces jeunes filles dans leurs costumes qui changeaient à chaque cérémonie, la beauté des gestes, si sobres et si harmonieux, l’atmosphère recueillie, les sourires, la musique douce et différente pour chaque type de cérémonie. Et de savoir que j’allais aujourd’hui être initiée à cet art me ravissait. Je ne vais pas en parler en détail maintenant, j’attends d’être rentrée et de me procurer le matériel nécessaire mais je vous livre déjà quelques photos qui vous donneront déjà une première idée. Et plus précisément le matériel nécessaire ainsi que sa disposition : un grand plateau, 3 zhong de même contenance, 2 ustensiles : une pique et un poussoir, un petit récipient pour mettre les feuilles, un "cha he", une serviette et un petit bateau à thé. Et bien sûr la boîte contenant les précieuses feuilles. Les thés utilisés pour cette cérémonie: verts, jaunes ou blancs. Comme les photos ne le montrent pas tout à fait, la concentration est de mise. Il faut dire qu’elles ont été prises au moment où nous ouvrions notre "bonbon bonheur, une gentille attention apportée par Brigitte. Dans le mien la bandelette dit : "Tout ce que tu travailles dur rembourse tôt". Je serai donc bientôt millionnaire en thé et tout ce qui tourne autour… Vers 17h, l’apprentissage se termine, chacun retourne à son destin sauf moi, je reste dans ce lieu béni des dieux jusqu’à demain. Et à propos de dieux, voici Sangyé Menla, le bouddha de la médecine. Et Lu Yu qui veille sur cette Maison de thé où je me retrouve maintenant seule pour écrire mon billet. Encore une belle nuit puis un petit-déjeuner et après avoir bouclé mes bagages, je termine ici ce billet, dans quelques minutes, Nadia me conduira à la mignonne petite gare de Lamure où je commencerai le voyage du retour; j’espère que je pourrai l’envoyer dimanche dans le TGV, à l’allée il n’y avait pas de Wifi contrairement à ce qui dit la pub SNCF qui annonce que tous les TGV en sont actuellement pourvus…. Je repense à tous ces merveilleux moments, en buvant un fabuleux Fenguang Dancong préparé par Nadia. Je suis impatiente de m’exercer à bien pratiquer cette superbe cérémonie des lettrés une fois revenue à Bruxelles. Mais je dois me mettre en quête d’une théière en verre et son support, je trouvais celle utilisée par Nadia tellement élégante que je vais faire pareil, celle-ci me servira de bouilloire, une fois remplie d’eau à 85°, la bougie suffit pour la maintenir à bonne température. Je dois également me procurer un petit bateau à thé et un grand plateau semblable à celui-ci. Et pour terminer ce fabuleux WE, je me rendrai à la fête du Nouvel-An chinois organisée par mes amis Li-Ping et Sanmao. En évoquant ceci, je pense aussi à la gentille attention de Claudine qui nous a fabriqué une jolie carte de vœux pour cette année du Buffle. J’imagine déjà les costumes chamarrés, les pétards, sans oublier le feu d’artifice. Tout ne va pas toujours comme on le souhaiterait : pas de connexion dans le TGV du retour et ce matin j’ai appris l’indicible, cet horrible drame arrivé vendredi dans une crèche : un homme de 20 ans a tué au couteau 2 bébés et une puéricultrice, a blessé 13 autres enfants… Heureusement, j’ai rédigé ce billet hier, aujourd’hui j’en suis bien incapable pétrifiée par ce drame. Toutes mes pensées vont vers ces petites victimes, leurs parents mais aussi aux parents de ce fou qui avaient encore dans son sac les adresses de 2 autres crèches. Seul le silence a sa place face à une telle horreur. Ces petits anges ont maintenant rejoint les étoiles…

3 commentaires:

Saku a dit…

Quelle chance, quelle magie!
Aurais-tu des livres à me conseiller sur les vertus du Thé??
:)

T.alain a dit…

Joli billet ma foi...
Je te laisse mon e-mail...
alain.sophie.b@gmail.com

Merci Amicalement Alain

Francine a dit…

@ Saku: c'est vrai que ces instants sont magiques, j'ai beaucoup de chance... Un livre que j'ai ADORE: Vie du thé, esprit du thé de Soshitsu Sen, J-CG, 1994. Bonne lecture
@ Alain, merci, je viens de lire ton billet,encore une vraie tentation! Et quelle description... Mais je dois pour le moment te croire sur parole...