dimanche 29 mars 2009

Ce fut l'apothéose!

Ce dimanche, nous avons rendez-vous à 11h30 chez Li-Ping et San Mao, dernière étape de ce WE bruxellois pour ces infatigables théophiles nantais. Au programme : dégustation de 2 thés, "légère" collation (j’avais convenu avec San Mao de quelques petites bouchées vapeur et un potage…), et un dernier thé avant le retour. Vous allez voir comment tout cela s’est traduit en chinois ! Nous sommes répartis en 2 tables: Pascale, Guillaume, Françoise, Danielle et Dominique avec San Mao ; Sylviane, Bernadette, Eric et moi avec Li-Ping. Chaque thé est présenté par San Mao, et comme on peut le constater, Li-Ping l’écoute avec attention. Le premier est un thé vert d’Anhui, le Lu An Gua Pian (Tranche de melon de Lu An), dont la cueillette est particulière : uniquement la 2e feuille. Nous apprenons aussi que la terre est fertilisée par des chauves-souris. Nos hôtes ont choisi une théière en verre parce que le thé refroidit vite et surtout pour voir le spectacle : la danse des feuilles. Pascale, Guillaume, Françoise admirent les gestes précis et harmonieux de San Mao tandis que Danielle et Dominique prennent note ("ordre" de la présidente...). Pas de couvercle pour ne pas cuire les feuilles. Nous admirons les feuilles après 3 infusions tandis que nous recevons des conseils de conservation : au frigo et une double protection, le sachet bien fermé dans une boîte hermétique. Le suivant est un thé de rocher, le Shui Xian qui provient d’un théier centenaire. Et à notre table, nous le dégustons dans des bols du même âge. Celui qui nous est proposé a été traité le premier jour de la cueillette, il est donc très jeune. La cueillette se fait en pliant les branches (le théier mesure 2 mètres). Les feuilles infusées sont vraiment grandes. Impressionnant.Vient maintenant le moment du repas avec comme mise en bouche des œufs de cailles traités de manière très thé… Arrive le repas "frugal", comme je vous l’ai dit, je ne connaissais pas la traduction chinoise mais voyez la photo. Alors que jusqu’à présent une joyeuse animation régnait, le silence tout à coup s’installe, les convives font honneur à ces gâteries. Puis le dessert: glaces au Matcha et au Pu Er et haricots rouges bien à l’abri dans une pâte de farine de riz au coco. Le tout accompagné de thé vert glacé à la fleur d’osmanthus et à la citronnelle. Mais que cherche donc Sylviane?Le 3e thé proposé nous emmène au Sichuan, c’est un Gong Fu Mao Feng, un essai réalisé par un professeur d’université. Les feuilles sèches, composées du bourgeon et de 2 feuilles sont très sombres et contrastent avec les feuilles infusées très cuivrées (et un peu surexposées par le flash). La couleur de la 1e infusion, assez pâle fait place à une couleur plus ambrée à la 3e infusion. Une fois de plus, j'ai eu du mal à mettre des mots sur ce goût que je connaissais pourtant. J'ai finalement mais difficilement trouvé, il m'a fait penser à ce fabuleux Jukro, je vais m'en préparer un dès demain.Un hôte particulier vient nous rejoindre, connait-il seulement son bonheur ? Il a 7 vies l’animal, nous n’en avons qu’une et encore tellement de choses si belles à découvrir et de moments forts comme ceux-ci à vivre. Je crois la séance terminée mais Li-Ping me glisse à l’oreille une suggestion, il trouve le groupe tellement sympathique, passionné qu’il me demande s’il peut proposer un 4e thé. Je suis aux anges, en effet depuis le début j’observe attentivement les réactions de chacun, je ne vois que plaisir et joie sur les visages, alors une telle proposition ! Nous avons donc droit à un trésor : un thé de rocher de 1992. Dommage que la photo ne dégage pas le parfum de cette merveille ! Pendant que San Mao fait passer le sac doré, Li-Ping nous parle de sa rencontre avec Monsieur Lu, le producteur passionné de ce thé de garde. Il est non seulement passionné mais perfectionniste, à tel point qu’un jour il a appelé un de ses concurrents, ils se sont enfermés dans une pièce et pendant des heures ont fait des essais pour améliorer la qualité de ce thé… Et, excellente nouvelle, son fils est atteint du même virus, la relève sera donc assurée. Un bon thé de garde ne peut se faire qu’avec un très bon thé au départ et un séchage très précis au feu de bois. Avec ce thé le goût évolue très fort d’une infusion à l’autre, cela va des champignons au chocolat en passant par la châtaigne. Elle devient de plus en plus soyeuse, suave mais même après 6 infusions aucune astringence ni amertume, du beurre, quelle douceur ! Il suffit d’observer les convives pour voir qu’ici on atteint des sommets ! Et vient la fin de ces moments magiques et intenses, des mercis chaleureux à nos 2 hôtes, je vous souhaite un merveilleux voyage dans votre pays, celui des "dix mille" thés (ce qui signifie une infinité). Chacun s’en retourne maintenant vers son destin, mais je sais que nous nous reverrons. Nous avons encore tant à partager ! Mais j'ai l'impression tout à coup que les mots sont trop pauvres pour traduire toutes ces émotions que nous procure cette boisson magique. Merci à tous pour ces moments si riches, j'en redemande...

5 commentaires:

Loula a dit…

C'est vrai que la rencontre chez San Mao et Li Ping a été pour nous aussi un moment merveilleux, un moment qui a conquis même mon copain, qui n'est pas mordu de thé (mais il a bien aimé ceux dégustés et je ne parle pas de la nourriture en plus!!)

Vanessa a dit…

Oh, là là fabuleux, quel bonheur... je t'envie tous tes week-end passionnels!

Francine a dit…

C'est vrai, ce n'est que du bonheur!

Anonyme a dit…

merveilleuse rencontre dont nous ont parlé sylviane et pascale...merci pour toutes ces images..
ansophil

Francine a dit…

Merci Ansophil, et je suis prête à remettre cela quand vous voulez!