lundi 2 mars 2009

Du virtuel au réel, premier épisode

Je continue maintenant ce billet commencé hier, il se fera en plusieurs étapes.
Ce WE fut dense et riche, entièrement consacré au thé. En effet, Loula et son ami Frédéric sont venus découvrir la réalité des thés dans cette capitale qui, loin de valoir Paris dans ce domaine, recèle cependant quelques trésors et quelques "Personnages". Je vais essayer de vous faire participer à l’événement, malheureusement je ne sais ce qui s’est passé mais les 2/3 de mes photos sont ratées… il faudra donc se contenter de peu. (Et sans personne: vu son métier, Loula ne souhaite pas apparaître sur Internet). Pour commencer ce périple, goûter à la maison, je leur ai fait découvrir un thé du Sikkim, un Temi (dont j’ai déjà ). Installation puis premier grand RV chez Li-Ping et Sanmao où nous retrouvons Thomas. Là, nous avons été gâtés (pour changer…). Nous avons eu droit à 2 thés en apéritif, le premier fut un Pu Er Mao cha "matière première", cela commençait très fort pour moi, en effet, j’avais reçu ce thé le 4 janvier dernier et j’avais voulu l’infuser chez moi. Aujourd’hui, je sais comment faire et ce qu’est exactement ce thé curieux. Il a été cueilli en 2006, torréfié quelques minutes puis séché au soleil pendant une seule journée et retourné à la main, il n’est donc pas compressé, d’où son nom "matière première". J’en parlerai plus en détails un de ces jours quand je l’infuserai dans mon salon. D’autant que Sanmao s’est arrêtée à 5 infusions (il y a autre chose au menu…) De même pour le suivant, un 2e Pu Er, cueilli également en 2006 mais celui-ci provient d’un théier âgé de 20 ans. J’ai été particulièrement séduite par l’aspect de ce petit carré qui parait à peine compressé et encore très vert malgré ses déjà presque 3 ans. L’infusion est assez pâle et le reste même à la quatrième. Les feuilles infusées sont très grandes comme on pouvait s'y attendre d'ailleurs en observant la mini brique. Sanmao nous explique que si celles-ci restent élastiques et lisses, c’est un signe de qualité, j'ai encore appris ce soir. Nous passons maintenant à table. Quatre entrées qui ravissent les papilles après avoir ravis les yeux. Je ne vous les décris pas cette fois, les photos parlent d’elles-mêmes. Ensuite les plats, quatre également accompagnés d'un riz blanc. Ici aussi, saveurs subtiles et variées. Dois-je vous préciser que les plats se sont entièrement vidés...Après un dessert nous revoici au salon pour déguster un dernier thé, et pas des moindres : un Shui Xian, un thé de rocher de 1992. Avant même d’y goûter, cela m’a rappelé celui que Thomas avait eu la gentillesse de me préparer quand je suis allée adopter mes belles, je vous renvoie à son blog ainsi qu’à celui de Lionel, ils en parlent tous les deux avec compétence et passion et moi j’ai pris trop peu de notes, j’observais les visages… ils en disaient long. Nous sommes déjà samedi quand nous quittons nos hôtes, après plus de 4 heures de bonheur. Encore merci à vous deux, on se retrouvera très vite.

3 commentaires:

Loula a dit…

C'était en effet une soirée merveilleuse, annonciatrice du reste du week-end!

Thomas a dit…

Merci pour ce beau compte-rendu. Je n'oublie que rarement les thés que je bois, par contre, en ce qui concerne la nourriture c'est autre chose, j'avias déjà du mal à me souvenir dimanche de ce que j'avais mangé... Très belle surprise gustative pour moi qui ne suis pas très familier de la nourriture chinoise...

Belle soirée et belle rencontre.

le second thé en petite brique carrée n'était pas un pu er (Sanmao nous en a juste montré un fait avec des théiers plus de 20 ans pour nous monter la différence).
Cette mini-brique dose est un wulong de faible oxydation fait à base de théiers SHUI XIAN provenant du terroir de Anxi, d'où certaines notes évoquant les célèbres Tie Guan Yin de la même région, compressé sous vide juste après oxydation (donc sans travail de roulage)(c'est ce que j'ai compris)

Francine a dit…

Merci Thomas. Ah la la, j'ai besoin de vacances, je téléphone ce matin à Sanmao au sujet du 2e Pu Er...