mardi 25 janvier 2011

Suite et fin des aventures du Nuo Mi Xiang Cha

Troisième et dernière expérience avec ce petit Nuo Mi Xiang Cha, je suis assez curieuse de voir ce que cela va donner. Après avoir ébouillanté la théière, j’y dépose ce petit nid. (2) Deux rinçages de 30 secondes plus tard, il ne se passe pas grand-chose.Première infusion de 3 minutes et transvasement immédiat dans cette théière et la tasse préchauffées. Un mot sur cette théière que j’ai depuis longtemps : je l’avais choisie à l’époque pour les différentes graphies de thé, sur le couvercle. Mais aussi en dessous de la soucoupe. Le dessous de la tasse nous indique la provenance de ces ustensiles : Wtoctawek semble être une marque polonaise, ce qui expliquerait le mot Herbata qui signifie Thé dans cette langue. Par contre, l’épaisseur de la tasse ne convient pas vraiment à la plupart des thés mais pas de problème pour celui-ci, ce n’est pas un grand thé. Aujourd’hui, c’est un thé d’accompagnement, je veux absolument achever le pull de mon mari… que j’ai défait malgré les protestations du destinataire parce que le produit fini ne me convenait pas. Deuxième infusion, également à 3 minutes, je suis frappée par la douceur du breuvage sans aucune astringence. Mais les feuilles n’ont pas encore toutes pris leur indépendance. Entre 2 rangs de tricot, ce thé est facile à boire, sans se poser de question. Par contre, en buvant cette 3e et dernière infusion, toujours aussi douce, je me demande pourquoi j’avais craqué pour ce thé à l’époque, je ne pense pas que je l’aurais sélectionné maintenant. Et la réponse s’est imposée à moi et est liée à ma façon d’appréhender les saveurs du thé. D’abord, à l’époque, je recherchais tout ce qui était curieux. Mais surtout, et c’est encore le cas aujourd’hui, je suis très sensible à l’ambiance du lieu et au contact avec les vendeurs. Et l’accueil à Esprit ethnique fut très chaleureux, je me demande ce qu’est devenu celui qui m’a parlé avec passion de ses thés et de ses théières ; je me souviens de son prénom : Laurent… Je ne regrette pas d’avoir testé cette façon d’infuser ce petit nid, des trois c’est celle que j’ai préféré. Ceci dit, je pense que je n’en reprendrai pas sauf pour la cuisine si cela s’avère intéressant. Je me demande maintenant comment recycler la théière verte "bambou" qui doit être imprégnée d’eau de riz. Si quelqu’un peut m’éclairer, cela m’aiderait beaucoup, merci d’avance.

4 commentaires:

Nicolas a dit…

Bonjour Francine,
Avant de donner un conseil quelconque, j'aimerais poser 3 questions.
1/ Il y a-t-il une odeur génante dans la théière?
2/ Si tu infuse uniquement de l'eau, ressort-il de la théière une eau à l'aspect différent (couleur, aspect) ?
3/ A quel type de thé la destines-tu ?

Sylviane a dit…

Je me souviens que nous avions un thé de la même famille sinon identique, mais en vrac, pour un salon à Nantes.
Nous l'avons fait déguster pendant 4 jours et il a eu un grand succès auprès du public. Sans doute à cause de son goût.
Personellement je l'ai vite trouvé écoeurant.
Je trouve que c'est un thé impossible à boire comme cela. Peut-être en mangeant ???


Sinon je viens de terminer une nouvelle dégustation d'une partie des pu er envoyés par Olivier (merci, merci et encore merci). Je fais des découvertes !!! magnifiques... Je pense que l'on verra le pu er sous un autre jour qui n'a rien à voir avec ce que l'on connait, après notre première dégustation de dimanche.

Francine a dit…

@ Nicolas: merci déjà pour tes conseils, mais avant mes réponses:1) l'odeur n'est pas gênante, c'est même assez agréable;
2) Je vais faire cela à l'aise demain ou après-demain, et je te dis quoi; 3) soit Oolong soit Pu Er

@ Sylviane: c'est exactement ce que je compte faire, accompagner un repas.
Quant aux Pu Er d'Olivier... tu me fais saliver! Je rêve de rencontrer cet homme si compétent, généreux et modeste.

Philippe de Bordeaux a dit…

Chère Francine,

Je confirme le mot "Herbata" veut bien dire Thé en Polonais : cela m'a fait tout drôle de voir l'inscription ainsi déposée ainsi que son origine.

La Pologne produisait et produit encore des porcelaines de haute qualité : Meissen, la firme allemande de renommée internationale est un héritage de la Pologne : les allemands s'étant accaparé ce territoire ...

Votre fidèle lecteur Franco - Polonais.

Amitiés .

. PHILIPPE .