lundi 15 décembre 2008

Un thé de printemps en hiver

J’ai horreur de la grisaille et du froid, j’ai donc cocooné dans mon salon bleu-thé. J’ai renoncé à l’escapade londonienne du WE prochain, nous partons 2 jours plus tard pour la Hollande. Je l’ai remplacé par un dîner et me voilà donc replongée dans mes livres de recettes. Et le thé choisi cette fois est un Long Jing de printemps, que d’habitude je prépare en zhong. Aujourd’hui, je l’infuse dans une de mes théières spéciales, un superbe cadeau déjà ancien de mon généreux mari. C’est une théière en porcelaine recouverte de métal précieux et des bols assortis. Je ne l’emploie qu’à cette époque-ci, son scintillement particulier me fait penser à Noël. Elle a une contenance de 75cl. J’y ai fait infuser 9 g de thé, pendant 3 minutes. L’eau est à 80°. Les feuilles sèches sont d’un beau vert dont se dégage un parfum de fleurs, mais lesquelles ? La couleur de l’infusion est mise en valeur par celle du bol, assez pâle dans un zhong, elle est plus brillante dans ce beau bol argenté. Et en feuilletant Thés et Mets, j’écoute Florilège grégorien par les moines de Solesmes. Encore un moment chaleureux dans cet endroit qui l’est tout autant. Et parmi de superbes objets.

2 commentaires:

Rose a dit…

Un service à thé royal ! Le mariage de l'argent et de l'or de l'infusion est magnifique ; j'entends presque les anges chanter :-)

Chaleureusement.

Rose

Vanessa a dit…

C'est vrai que dans ces bols ta liqueur est merveilleuse... et tu as raison, le brillant doré ou argenté réchauffe rien qu'à l'oeil. Bon cocoonage... et je t'envie Amsterdam!