dimanche 7 décembre 2008

Encore un dimanche pas comme les autres. Taiwan et le Fujian à l'Heure bleue

Encore un dimanche à l’Heure bleue, cette fois Olivier nous a emmenés à Taiwan, à Nantou précisément, et en Chine, dans le Fujian. Nous avons en effet dégusté 3 Oolong. Nous étions 5 cette fois-ci et ce fut particulièrement riche au niveau des échanges, Anna en Lode, deux Limbourgeois étaient de la partie, deux francophones, Paul et moi et Olivier, mouscronnois d’origine (un peu des 2 ?). Le premier thé fut un Dong Ding d’avril 2008. Infusé en Gong Fu, 7g pour 20cl pendant 30’’ dans une eau filtrée à 95°. Les feuilles sèches sont superbes, roulées en grosses perles dans un camaïeu de verts. Après chaque infusion Olivier faisait passer la petite théière pour nous faire sentir l’évolution des parfums et dans le couvercle et dans le récipient. La 1e infusion donne une belle couleur jaune tirant sur le vert et une odeur de choux ou de brocolis. La tasse vide sent plus le sucré. J’ai appris que l’on appelle odeur froide ce que l’on sent dans la tasse à sentir lorsqu’on a transvasé la liqueur dans la tasse à boire, très jolie expression que je ne connaissais pas. La 2e infusion donne une saveur plus boisée, légèrement fumée avec une légère amertume. Il est aussi plus puissant, plus rond et long en bouche. La 3e infusion (20’’) est plus douce, les notes de tête ont disparu et l’odeur froide fait penser au caramel. A la 4e infusion, on a constaté une chute de goût, traduite par Lode par "on goûte l’eau". En sentant les feuilles Anna et Lode ont dit ensemble que c’était l’odeur du zeekool, le chou de mer ou rustique, je n’en avais jamais entendu parler auparavant, j’ai trouvé une photo de celui-ci, mais impossible de la transférer, de plus je ne sais si j'ai le droit de le faire. Le 2e thé proposé est un autre Dong Ding d’avril 2006. Mêmes temps d’infusion que le premier. La première a donné des notes iodées, d’algue. La 2e infusion est plus fruitée : prune compotée, fruit rouge. Les 3e et 4e infusions ont plus fait ressortir le goût de fruit un peu acide comme la groseille. Quant à la couleur de l’infusion, elle est plus dorée, "comme le Pinot de Charente" a dit Paul, ce qu’Olivier a confirmé, thé et vin sont comparables à plusieurs points. J’étais aux anges parce que je me suis remémoré mon fabuleux voyage à Taiwan et notamment dans les plantations de Dong Ding, qui signifie d’ailleurs "Brume glacée des hauteurs", situées aux environs de 800 mètres d’altitude. Voilà pour le voyage à Taiwan. Je parlerai bientôt de cette partie de mon voyage particulièrement riche, il faut seulement trouver le temps... Mais avant de passer en Chine continentale, nous avons eu droit à une délicieuse collation, des madeleines marbrées au Matcha et à l’écorce de citron confite, succulentes vraiment, ce n’est pas Paul qui dira le contraire ! Passons maintenant à un Tie Kwan Yin (qui signifie Déesse en Fer de la Miséricorde). Ici aussi 7g pour 20cl pendant 30’’ dans une eau filtrée à 95°. Olivier utilise une minuterie mais explique qu’en principe quand la théière, arrosée à l’extérieur, est sèche, le thé est infusé. Et effectivement, à 3’’ près, c’était exact. La 1e infusion donne des odeurs marines, j’y ai senti de la coquille saint Jacques, mais j'étais bien la seule… L’odeur froide, elle, était plutôt sucrée. La 2e infusion fut particulière, Pris dans le feu de la conversation, Olivier a laissé passer le temps, 50’’… Et bien lui en a pris ! Olivier et Anna lui ont trouvé une odeur et une saveur de maïs. Anna a même précisé qu’il s’agissait des cheveux du maïs dont, étudiante à Leuven, elle faisait des infusions. Quand je vous dis que cette dégustation était particulièrement intéressante par des commentaires surprenants ! J’étais admirative mais je n’ai rien perçu de tout cela, je l’ai simplement trouvé plus astringent et long en bouche. Les 3e et 4e infusions gardent encore une longueur en bouche mais il se dégage une certaine amertume qui reste cependant douce. La 5e infusion devient plus astringente, plus forte en attaque mais perd de sa rondeur, devient aussi un peu âpre. Et au niveau du goût ressortent les raisins et les abricots secs. La couleur de l’infusion est jaune paille, légèrement plus soutenue à la fin. Contrairement aux Dong Ding dont on coupe le bourgeons et 2 feuilles, ici chaque feuille est cueillie séparément. Nous aurions dû également déguster un Shui Xian, cette "Fée des eaux", un thé de rocher, qui m'avait déçue la dernière fois que j'y avais goûté mais le temps a passé si vite, Anna et Lode devaient partir (à regret je pense), qu’on n’a pas eu l’occasion. Ce sera je l’espère pour une autre fois. Je voudrais ici remercier les convives d’aujourd’hui pour les échanges très intéressants, mais aussi pour un petit cours d’histoire donné par Lode, ou Ludwig ou Louis ou Ludovic… sur le thé ? Non, sur son prénom ! Et comme chaque fois Olivier a procédé au tirage au sort pour voir qui remporterait la carafe Brita… Pour moi, ce fut Noël avant l’heure ou alors, saint Nicolas n’était pas encore reparti. Sur les 4 numéros, c’est le 2 qui est sorti. Et qui avait le 2 ? L’heure bleue était passée depuis longtemps quand je suis sortie, et pas les mains vides, j’en parlerai bientôt.

5 commentaires:

mama a dit…

Super mignon les tasses!

Mama de http://www.sirpriz.com
Echanges de cadeaux et swaps

Philippe a dit…

Bonjour Francine,

Je ne connaissais pas ton blog que je découvre seulement aujourd'hui... Toutes mes excuses ! Il est intéressant car il présente une autre approche du thé. Je l'ai rajouté dans les liens sur mon blog.

Bien à toi,
Philippe (La Galette de Thé)

Francine a dit…

Merci! Moi par contre, je connais TB le tien, j'avais la langue qui traînait par terre en découvrant tes merveilles en terre! Et me suis associée à la liste de ceux qui souhaitent avec insistance que tu continues à nous faire baver... As-tu trouvé un thé pour cette superbe coupe? Quant aux "petits riens", je suis preneuse!...

Philippe a dit…

>> "... que tu continues à nous faire baver..."

Oh tu sais, ce n'est pas le but ! Je présente simplement mon matériel, c'est tout. Je ne cherche surtout pas en tirer une quelconque gloire personnelle et encore moins à "frimer" ou quelque chose dans le genre ! C'est d'ailleurs justement cet "étalage" de ce que je possède qui commence à me poser problème car je reste persuadé que c'est perçu négativement par certains lecteurs... Je regrette d'avoir mis en ligne cette galerie de théières.

Tu parles de quelle coupe au juste ?

Francine a dit…

Je ne trouve pas que "tu fais étalage" de tes trésors, mais que tu as la générosité de nous offrir ce beau spectacle (que les superbes photos mettent bien en valeur)et les commentaires du passionné que tu es: et le partage est très dans l'esprit du thé tel que je le conçois. Et donc, je n'ai qu'un souhait, que tu continues à nous faire rêver... sans te forcer évidemment!Concernant la tasse, je "parle" de ton billet du 19/11, intitulé "Ceci est une tasse à thé"...