jeudi 27 novembre 2008

Un dimanche qui finit bien...

Après avoir repris la rue Saint-Louis-en-l’Isle, en quête dela Charlotte de l'Isle, me voici maintenant si pas au paradis, certainement dans un lieu créé par des fées malicieuses et très collectionneuses. Tout ici retient le regard et ce dès l’entrée : un bric-à-brac esthétique enchante mes yeux tandis que mes papilles frémissent à la vue des tartes et gâteaux faits maison. Le comptoir est jonché d’un tas d’objets dont des théières de toutes formes, principalement des animaux. Il me faut attendre un peu avant d’avoir une place assise, cette bonbonnière est pleine. A l’opposé du comptoir, adossé au mur se trouve un piano et quelques partitions, on n’attend plus qu’une fée musicienne, elle ne se montrera pas aujourd’hui.
Je suis vraiment bien placée, la table que j’occupe se trouve entre les 2 pièces, en effet ce lieu féérique comprend 3 pièces en enfilade, dont 2 consacrées au salon. La 2e pièce aussi appartient au monde des fées, ou des contes. Je commande un Darjeeling et un gâteau au chocolat puis je me plonge dans mes guides pour en savoir plus sur ce lieu magique que je visite pour la première fois, je sais déjà qu’elle sera suivie de beaucoup d’autres… Tout en dégustant cette divine gourmandise chocolatée, je m'amuse à comparer ce que Jane Pettigrew a écrit à cette réalité enchantée : "(…) It is an enchanting little tea room just big enough for a dozen people to sit surrounded by objects that seems to have popped out of old dreams and gathered here to amuse. There are puppets dangling on strings, creatures perched on the edge of shelves, good witches, dolls, and fairies flying on threads from the ceiling, baskets and boxes from India, charming little pictures propped against the wall, and masks from carnival and Halloween (…)" in Tea in the city - Paris, page 29.Voici ce que dit Gilles de celle qui a la chance de posséder ceci : "Fidèle au poste depuis 33 ans, Sylvie Langlet (…) est une artiste (céramique et poésie) qui collectionne les moules à chocolat (…)" in Le guide du thé à Paris, page 131. Je souhaite donc rencontrer la fée du lieu mais vu le monde, je ne me fais pas beaucoup d’illusion, cette maison de poupées ne désemplit pas et elle doit être très occupée dans sa cuisine mais chez les fées tout est possible et c'est émerveillée que je pénètre dans son domaine, accueillie par Sylvie elle-même, chaleureuse et enjouée qui me parle avec passion tout en continuant à préparer ses gâteaux, un vrai bonheur. Et une des étagères est pleine à craquer de ces moules à chocolat qu’elle collectionne. Et elle s’en sert bien sûr, les chocolats de toutes formes sont en nombre dans la vitrine, et à table on peut se régaler de chocolats chauds dans la tasse. Elle dédicace gentiment mes 2 guides, je serais bien restée encore dans cette cuisine mais je ne veux pas la déranger plus longtemps, je retourne donc à ma table. Mais cela ne désemplit pas, la file d’attente s’allonge et malgré mon envie de rester jusqu’à la fermeture, je cède ma place à regret pour affronter les intempéries extérieures en me promettant de mettre ce lieu dans mes favoris. Pour voir le site, il suffit de taper "la charlotte de l’Isle" et pour s’y rendre, c’est au 24 de la rue Saint-Louis-en-l’Isle, métro Pont-Marie ou Sully-Morland. Et ne m’en voulez pas si vous ne pouvez plus vous en passer, je vous aurai prévenu…

1 commentaire:

Vanessa a dit…

Oui cela aurait été dommage de le manquer!