dimanche 16 novembre 2008

Une Table d'hôte en 3 actes: Acte 1: un Lu An Gua Pian

Nous revoilà une fois encore chez Sanmao pour savourer sa table d'hôte. Il y a encore cette fois tellement à dire que je vais rédiger 3 billets séparés correspondant aux 3 temps forts de cette journée si festive. Comme chaque fois, tout commence par un apéritif sous forme d’une dégustation de thé. Et pas n'importe lequel! Au programme de ce jour : Li-Ping est des nôtres et un Lu An Gua Pian nous attend. Sa région de production est l’Anhui et son nom signifie Pépin de pastèque de Lu An, en référence à la forme de sa feuille.
Pendant que Sanmao prépare cette première infusion, Li-Ping nous explique que la cueillette de ce thé est très fragile, on ne prélève pas le bourgeon mais seulement la 2e feuille et bien sûr elles sont cueillies une à une. C’est un thé naturellement bio, il est cueilli à 800 mètres d’altitude, à cette hauteur il n’y a plus de nuisibles et l’engrais n’est pas nécessaire, ce sont les chauves-souris qui pourvoient à l’enrichissement du sol. Comment? Réfléchissez un peu... A ce genre de "bio"-là, je crois volontiers...
Les feuilles sèches sont vert-émeraude. Leur séchage demande également un savoir-faire évident, de la force, de la rapidité et de la patience, 2 équipes sont nécessaires. Les feuilles sont disposées sur de grands plateaux de bambou tenus par 2 hommes qui le portent au-dessus d’un feu de bois pendant quelques secondes ; puis, pendant que la 2e équipe fait le même travail, les premiers tournent tout de suite les feuilles et repassent ensuite au-dessus du feu, cette opération se répète entre 80 et 120 fois, c’est le résultat de ce labeur que nous dégustons maintenant.
Voilà donc cette feuille pépin de pastèque... un peu (beaucoup) surexposée.
D’abord végétale et légèrement sucrée, l’infusion passe progressivement à des nuances plus fleuries sans que je puisse mettre un nom sur la saveur perçue. J’ai d’abord eu l’impression de boire de la verdure fraiche, genre gazon mais j’ai été la seule à le percevoir, mon mari, un peu impertinent, m’a d’ailleurs demandé si j’avais l’habitude de boire de l’herbe… Après, j’ai trouvé l’infusion acidulée, avec une légère amertume. Eric, un des convives, a introduit une notion très intéressante pour décrire ce que je qualifiais d’acidulé : GAN, ce qui signifie +/- sucré, amer, doux, le tout dans la foulée…
J’ai particulièrement aimé le duo Sanmao – Li-Ping, il faut dire qu’ils sont allés sur place, qu’ils connaissent personnellement le producteur et qu’ils ont assisté à la transformation de ce nectar. Entendre parler 2 passionnés me transporte, leurs explications étaient tellement vivantes que j’avais l’impression d’assister en personne à cette transformation, de percevoir les odeurs. Un jour peut-être… Premières émotions gustatives et plein de belles images. En tout cas, merci à vous deux, nous sommes déjà comblés, et cela ne fait que commencer!

1 commentaire:

Vanessa a dit…

Gan? Intéressant... et puis ces "anecdotes" de fabrication nous rendent le thé encore plus désirable, merci!