dimanche 20 janvier 2019

Que du bonheur, j'ai encore tutoyé les étoiles!

Après la douceur de la période de Noël qui s'est terminée par la visite des rois mages, le retour dans la banalité du quotidien a été plus dure... La générosité de mon mari est sans limite, c'est bien connu, mais de celle-là je me serais bien passée, il m'a refilé ses virus ! Ils m'ont transformée en zombie en me privant de tout ce qui me fait vibrer. Il me restait heureusement l'admiration de la nature qui nous entoure, à commencer par le ciel 
tantôt flamboyant, 
tantôt hésitant entre l'ombre et la lumière... Mais aussi des choses très improbables, et pourtant... Notre principale activité pendant le petit-déjeuner est d'observer ce qui se passe dans la mangeoire. L'autre jour, pas encore très bien réveillée, 
je crois avoir une hallucination l'apparition de la tête du faisan 
alors qu'il n'y a aucune branche près de la mangeoire ! 
C'est un acrobate 
à l'œil perçant. 
Il a dû voler jusque sur le toit du restaurant où il s'est installé sur le faîte, la batterie de mon appareil déjà faible n'a rien voulu savoir de ce spectacle, elle s'est éteinte à mon grand dam. Mon mari a essayé de me consoler, "s'il l'a fait une fois, il reviendra" ! Acceptons-en l'augure... Ce matin en aouvrant la porte-fenêtre de ma chambre, 
je découvre un paysage très connoté ... hiver, 
je l'avais presque oublié celui-là ! 
Cette pellicule blanche recouvre tout comme une fine dentelle. 
Une belle lumière, un ciel tout bleu et un air vivifiant malgré le froid, - le thermomètre indique -3°-, je sens que la journée sera belle, je retrouve mon état habituel, enfin ! 
Et mes rituels : encore l'ambiance de Noël, je changerai le décor après le 4 février, date du nouvel-an chinois, début de l'année du cochon. La flamme de la bougie, tout un CD consacré à mon instrument préféré tandis que l'eau chauffe. 
Dans la tasse flocons de neige bleue, un Darjeeling first flush qui m'emmène très loin, sur l'Himalaya, Plaisir des sens retrouvés. Je savoure chaque gorgée, des images plein la tête, celle des cueilleuses aux doigts de fée, leur sourire que j'imagine malgré leur dur labeur, le voyage de ces feuilles qui me réjouissent tant ce matin d'hiver. 
Et une certaine stupeur en voyant dans quel décor joue ce jeune artiste qu'est Gautier Capuçon, ce n'est pas possible, je suppose qu'il pose pour la photo face au paysage savoyard de son enfance... Toutes ces émotions me plongent dans un état proche de l'extase, la vie est belle ! Ici intervient le premier grand évènement de cette année : 45 minutes passées dehors à observer cette Nature transformée en monde enchanté par le givre en respirant à pleins poumons un air si pur : traces des oiseaux sur le sol, branches qui brillent sous le soleil et cette incroyable lumière aussi. Je n'en reviens pas, c'est la première fois de ma vie que je ressens un tel bonheur à me balader alors que le thermomètre frôle à peine le 0°, que se passe-t-il donc ? Je me sens revigorée, prête à une séance de lecture. 
Pendant que chante la bouilloire, je jette un œil par la fenêtre et j'aperçois la Belle de Nuit qui se montre déjà, il est exactement 16h43, 
C'est véritablement le jour des surprises ! 
Elle me fascine toujours autant 
surtout à ce moment… 
Mais mon thé de lecture, un Hojicha odorant est prêt, vais-je cette fois enfin entrer dans l'univers de cet auteur ? Deux fois déjà j'ai refermé cette brique après quelques pages… 
Pourtant la quatrième de couverture m'avait attirée, intriguée même je l'avoue... Et j'aime Barcelone (contrairement à Madrid, allez savoir pourquoi!) La théière est vide, j'ai refermé ce livre, je n'aime pas ce style que je trouve décousu, on ne peut pas tout aimer. 
Par contre, j'aime le spectacle qui s'offre à moi, il est passé 18 heures et la Lune, toute pâle tantôt, brille si intensément dans un ciel uniformément noir, ce doit être la pleine lune ! Chose assez inhabituelle, je tombe de sommeil, je vais donc rejoindre les bras de Morphée à l'heure où je devrais choisir mon thé du soir, les émotions sans doute après cette journée à la fois surprenante et si riche de nouvelles sensations ! Quand on va dormir avec les poules, pas étonnant de se réveiller avec les coqs… 
Il est 5 heures, je ne sais ce qu'il en est de Paris, mais moi je suis en pleine forme après avoir admiré l'Astre et quelques étoiles qui brillent dans un ciel tout noir. Il doit faire glacial, je ne m'attarde donc pas, direction mon cocon pour siroter mon premier thé dans une ambiance assez particulière, d'habitude quand je vis en horaire décalé, c'est dans l'autre sens… 
Parfum de pinède avec ce 25 décembre vert qui envahit la pièce plongée dans la pénombre. 
Prise par l'atmosphère, j'éteins la faible lumière pour ne plus être éclairée que par la flamme vacillante de la bougie, moment de méditation dans un silence complet, interrompu seulement par le crépitement de cette bougie spéciale, elle ne fond quasi pas... Après avoir partagé le petit-déjeuner avec mon mari qui me trouve fatiguée – j'ai déjà une longue journée derrière moi, ce qu'il ne sait pas ! -, retour dans mon cocon 
après un passage sur ma terrasse. 
Mais contrairement à hier, je n'y resterai pas malgré la belle lumière et je n'ai aucune envie d'aller me balader par cette température polaire, juste une envie de thé et de musique… 
Poudre de Jade sur fond noir. 
Pendant que l'eau chauffe... Impossible à écouter, c'est cacophonique, cela fait mal aux oreilles fragiles de l'occidentale que je suis ! Il faudra que je l'amène à Cathy quand j'irai à Anvers pour qu'elle m'explique d'où viennent ces sonorités… 
Matcha fouetté qu'il me reste à savourer 
Encore un moment de méditation, la paix est en moi, je vis intensément l'instant, l'esprit libre de toute pensée parasite. Souvent le dimanche nous allons manger au restaurant mais il fait vraiment trop froid malgré la superbe lumière du soleil. Après le diner, envie d'aller enlacer mes arbres malgré les craintes de mon mari mais ce fut très court, même habillée comme pour une expédition polaire, j'étais transie. Pour me réchauffer, j'ai LE remède, infaillible… 
Découvrir ce surprenant  "Formose black tea" d'Alishan, cadeau de la compagne de mon petit-fils : http://la-theiere-nomade.blogspot.com/2018/12/trois-journees-flamboyantes.html. Je n'en avais jamais entendu parler, le seul thé rouge que je connaissais était celui découvert lors de mon périple dans la Belle Île, celui du Lac du Soleil et de la Lune dans le district de Nantau. 
Les feuilles dont certaines semblent assez longues sont torsadées d'un brun foncé émaillé de notes plus claires, je ne détecte aucun parfum mais mon nez fait des siennes après mon escapade de tantôt… 
Tandis que l'eau chauffe, une musique de là-bas, j'ai acheté ce CD à des chanteurs de rue à Chiufen si ma mémoire est bonne. 
Très belle surprise : le breuvage brillant, d'un beau brun acajou est très parfumé, notes boisées dominantes, je l'ai infusé 4 minutes à 90°. Merci à vous deux pour ce beau cadeau ! 
Les feuilles infusées, d'un camaïeu de bruns sont parsemées de petites branches, 
certaines même virent vers le vert olive. Beaucoup d'émotions en repensant à mon voyage initiatique et à toutes les belles rencontres dans ce pays où j'ai laissé une partie de mon âme… 
Il est près de 18 heures, c'est la première pleine lune de l'année ! Mais pour les lève-tôt, vers 6 heures, elle sera rouge sang, et cette éclipse sera très visible paraît-il... J'espère en être! Un week-end de tous les superlatifs se termine, la vie est belle ! 

dimanche 6 janvier 2019

L'Epiphanie, fête de la LUMIERE

Cette année toute neuve a déjà 6 jours et pas un nuage (sauf dans le ciel...) rien que de l'amour, de l'amitié, de la tendresse, de la joie, de la musique, du thé, de la folie, du bonheur tout simplement ! Un premier très calme, passé avec mon mari devant la télévision à écouter le fameux concert du Nouvel-An, le 2 avec ma filleule pour fêter son anniversaire, le 3 rebelotte, invités par sa fille. J'ai eu le bonheur de revoir deux de mes petites-filles, Sarah c'était prévu mais Mimi est en plein blocus, c'était donc la bonne surprise. J'aurais voulu immortaliser ces moments mais j'avais oublié LA carte mémoire, heureusement, ces instants magiques sont gravés dans la mienne. Retour au ras des pâquerettes le 4 pour des tâches beaucoup moins excitantes mais parfois nécessaires...Pour Noël, mon mari voulait m'acheter un pull, une écharpe et un tube de chez Bompard, j'avais refusé, j'en ai assez mais quand il a une idée en tête... Il est revenu avec deux tours de cou rikiki et de couleur tellement ternes, je pouvais en choisir un, l'autre est pour notre belle-fille. Arrive le samedi, et la folie ! Devant mon air déconfit (pour ne pas dire dégoûté...) il me propose de l'accompagner pour les échanger et choisir moi-même quelque chose pour Hsiaolin, et voilà le commencement de la folie, j'ai accepté, moi, en ville et pendant les soldes que je ne fais jamais ! Tout d'abord, refus de me reprendre ces horreurs, "ce sont les soldes, on ne les reprend pas" sur un ton condescendant. La pauvre, elle ne savait pas à qui elle avait affaire. Je hausse le ton, ce qui dans ces boutiques ne se fait pas, les personnes présentes dans le magasin se retournent. "Mademoiselle, je ne repartirai pas avec ces choses". Elle va donc appeler sa patronne, je lui refais mon laïus avec une air archangélique qui me va très mal quand on me connait. Cela ne marche pas, même réponse et puis tout change quand je lui dis que mon mari, monsieur Vercruysse a cru bien faire. Réponse : "Ah le docteur", et tout s'est arrangé par miracle... ou plus exactement parce que la veille de Noël, il avait déjà acheté la moitié du magasin ! Il a insisté pour que je prenne un pull corail, une couleur que j'aime beaucoup pourtant mais il m'a fait le coup il y a 2 ans avec un pull bleu, je ne l'ai mis une fois, tout cachemire qu'il est, il me gratte et j'ai horreur de cela. Par contre, j'ai finalement accepté une écharpe, un bonnet et des gants parce que je ne me fais pas d'illusion, l'hiver, le vrai va arriver... Il me propose alors de passer par La boîte à musique, un lieu d'infinies tentations tout à côté du magnifique musée des Instruments de musique, il veut acheter un cadeau pour ma filleule. J'ai accepté évidemment, d'autant que j'ai pu enfin commander le disque de musique japonaise, j'en ai profité pour acquérir quelques CD de violoncelle et de harpe, mes deux instruments préférés... Il est près de midi, troisième proposition ; dîner en ville, oui à condition que ce soit aux Brasseries Georges, très beau cadre, nourriture soignée, service impeccable et surtout tout près de la forêt... Ici s'achève cette journée assez surréaliste dont nous avons reparlé le soir, du genre : "Tu vois que ce n'est pas si terrible d'aller en ville avec ton mari". Pendant la soirée, je me suis amusée à aller rechercher quelques fêtes de l'Epiphanie sur mon blog, entre autres les 2 dernières: http://la-theiere-nomade.blogspot.com/2018/01/premiere-semaine-de-cette-annee-toute.html , http://la-theiere-nomade.blogspot.com/2017/01/une-premiere-semaine-bien-remplie-2017.html. Mais aussi celle partagée avec Fabienne; http://la-theiere-nomade.blogspot.com/2013/01/fin-dun-week-end-ou-il-encore-ete.html, ma filleule :
http://la-theiere-nomade.blogspot.com/2009/01/vive-la-reine-et-le-th.html, que de merveilleux souvenirs ! Ce matin, je me prépare à fêter la venue des Rois Mages qui clôture cette période que j'affectionne particulièrement. Rituels :
choisir un thé, ce sera le 25 décembre vert. Combien de temps vais-je encore garder ce décor que j'aime….
Pendant que l'eau chauffe, découvrir une de mes nouvelles acquisitions, 
allumer la bougie, 
et enfin savourer ce breuvage si odorant qui me mène dans une forêt de pins. Bonne fête de Noël à mes amis grecs, Xronnia polla ! 
Monsieur 
et madame viennent nous saluer mais je n'ai pas beaucoup de temps pour les observer, je dois préparer la table. 
Tout est enfin prêt, il ne manque que les invités, revenus à temps des sports d'hiver. 
A peine arrivé, petit Dragon a faim… Et soif, pour lui du kiddibul et pour nous un Dong ding;
Qui va avoir la fève, il en a une "vague" idée, ou plutôt un souhait... Mais chose incroyable, nous avons tous fini notre part de galette et personne ne l'a trouvée ! 
Nous sommes 5, il y a 6 morceaux, je lui explique que c'est la part du pauvre... Qu'avant, il arrivait que des pauvres qui avaient faim venaient sonner aux portes et on leur donnait à manger. C'est tellement important pour moi d'inculquer aux enfants les valeurs de Noël 
Mais il est temps de mettre les Rois Mages dans la crèche. Et puis il faut trouver une solution pour trouver le trésor, couper ce morceau en 5 par exemple... 
Et le manger en faisant attention aux dents. 
Mais que se passe-t-il ? 
Le voilà Roi, et il a choisi sa Reine… 
Après avoir mis la vache dans son pré, 
un peu de couture avec maman, je ne sais pas ce qu'il a fabriqué, c'est un secret. Entre le récit de ses exploits sportifs, sa conférence sur les coccinelles, on ne s'ennuie pas avec ce petit bonhomme facétieux mais si craquant. 
Il me semblait bien qu'il manquait quelque chose, la séance grimaces… Il faudra oublier cela, demain c'est la rentrée des classes!
J'ai gardé le meilleur pour la fin, le plus émouvant aussi, son cadeau : "Rien que pour toi Nanny" : une enveloppe qui contient... mes étrennes ! Je revois encore ses yeux brillants et son regard si tendre en me la donnant, l'émotion me submerge ! Je n'en reviens pas encore... Avant de terminer mon billet, je pense à mes deux petites-filles qui commencent leurs examens, mes chéries, on se verra début février quand ces festivités seront terminées. Cette année a merveilleusement commencé, que ça continue ainsi !